Dans le 13/14, deux élus FN lâchent Stéphane Ravier

À la une
le 12 Jan 2016
2

Coup sur coup, Karim Herzallah – transfuge de l'UMP en 2015 – et Karine Harouche ont décidé de quitter Marseille bleu Marine pour siéger comme non-inscrits. Ces départs s'inscrivent dans une série de défections et de mises à l'écart au sein de la mairie d'arrondissements marseillaise comme dans le département.

Conférence de presse Stéphane Ravier (au centre) lors du ralliement de Karim Herzallah (à droite) en février 2015.

Conférence de presse Stéphane Ravier (au centre) lors du ralliement de Karim Herzallah (à droite) en février 2015.

À un mois d’intervalle, ils ont tous deux signé leur lettre de démission du groupe Marseille bleu Marine. Karim Herzallah puis Karine Harouche n’en pouvaient plus des méthodes du sénateur et maire FN des 13e et 14e arrondissements Stéphane Ravier jugé peu partageur dans l’exercice du pouvoir. Le 10 décembre, Karim Herzallah avait été le premier à prendre la plume comme nous l’expliquions dès le lendemain.

Venu de l’UMP en février 2015, Karim Herzallah espérait se voir confier des responsabilités au sein de la nouvelle mairie de secteur. Présenté comme conseiller d’arrondissements délégué à l’action sociale, il n’a jamais exercé effectivement cette fonction. Stéphane Ravier a en effet peu goûté l’intervention vive de cet élu au conseil d’école de la Busserine, alors rapportée par plusieurs médias.

Les parents d’élèves témoignaient « de menaces allant jusqu’à l’intimidation physique », ce que Karim Herzallah a toujours nié. « J’espère que vous n’avez pas perdu de vue que nos administrés ont voté pour une équipe, constituée d’hommes et de femmes de valeur, qu’ils ont basé leurs espoirs sur cette équipe et non pas sur un seul homme », écrit Herzallah dans sa lettre de démission.

« Aux dernières nouvelles, il annonçait qu’il siègerait parmi les non-inscrits, confirme Stéphane Ravier par SMS. Mais M. Herzallah est très changeant. D’ici le prochain conseil, il peut encore changer ! » S’il tente de minimiser aujourd’hui sa défection, Stéphane Ravier avait à l’époque largement médiatisé son ralliement présenté comme un symbole du « rassemblement de tous les patriotes » que le Front appelle de ses vœux.

À la différence de Karim Herzallah, Karine Harouche était candidate aux municipales sur les listes du Front en 2014. Cette ancienne commerçante de La Rose compte elle aussi poursuivre son mandat sur les bancs des non-inscrits. Elle a signé un courrier en ce sens ce lundi. « Je ne me retrouvais plus dans la logique de ce groupe dont le fonctionnement n’était ni honnête ni sincère. J’étais quatorzième sur la liste, Stéphane Ravier m’avait promis une délégation et ne me l’a jamais donnée. Petit à petit, il a supprimé des réunions de préparation du conseil d’arrondissements pour décider seul. Ça ne me convient pas », explique-t-elle à Marsactu. Faute d’avoir reçu un courrier de sa part, Stéphane Ravier ne s’est pas exprimé au sujet de Karine Harouche.

Stéphane Ravier est désormais en froid avec ses premier et deuxième adjoints, la conseillère municipale Marie Mustachia et son collègue de fils, Antoine Maggio. Ces tensions viennent s’ajouter à de nombreux départs et mises à l’écart au sein du Front dans les Bouches-du-Rhône. Au soir du second tour des régionales, le sénateur niait avec la plus grande énergie les tensions dans son parti.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Lafcadio Lafcadio

    Faute d’orthographe, c’est s’il tente et pas s’ils tentent.

    Signaler
    • Jean-Marie Leforestier Jean-Marie Leforestier

      Merci Lafcadio ! C’est corrigé.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire