Comment la Ville a laissé disparaître l’atelier Nadar

À la une
le 2 Juil 2014
40

Depuis plusieurs jours, une benne stationne devant les fenêtres murées du n°77 la Canebière, face à l’hôtel de police. Les trois ouvriers qui s’affairent ne savent pas que les gravats qu’ils évacuent sont les derniers vestiges de l’atelier Nadar, partie la plus précieuse de ce site historique classé. Le dimanche 15 juin, les marins-pompiers sont appelés par des voisins de l’immeuble pour l’effondrement d’une toiture. Accompagnés de chiens, ils s’affairent dans le tas de gravats pour tenter de retrouver d’éventuelles victimes. Heureusement, le lieu est vide. En revanche, l’atelier installé en 1897 sur la Canebière par Gaspard-Félix Tournachon dit Nadar est en grande partie détruit. Avec lui disparaît “le dernier studio de photographe professionnel du 19ème siècle à ce jour connu et préservé en France et sans doute au-delà”, comme le décrit un document de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac).

Si l’immeuble donnant sur la Canebière n’a pas été touché, il ne reste du bâtiment d’arrière-cour que deux murs en pierre et des rangées de poutres nues. Le lieu où le pionnier de l’art photographique réalisait ses portraits de notables et les ateliers où les ouvriers faisaient les tirages n’existent plus. Appelé sur place, le propriétaire de l’immeuble, Farid Mhoumadi, parle de “catastrophe”. “J’ai eu surtout peur que l’on trouve quelqu’un dans les décombres, indique-t-il. Du monument historique, il reste encore la partie donnant sur la Canebière. Elle est en très mauvais état mais elle est encore debout”. Concernant les causes du sinistre, il évoque un effondrement de la toiture qui a tout emporté avec elle. Jugé dans un état “préoccupant” par les services de l’Etat, le lieu avait fait l’objet d’une procédure de classement de ces mêmes services. En 2011, l’architecte des bâtiments de France (ABF) avait rendu un avis défavorable pour un permis déposé par Farid Mhoumadi.

Zone de protection

“Cet immeuble est protégé car il est situé dans une zone de protection du patrimoine urbain et paysager, expliquait avant le sinistre Hélène Corset qui dirige le Service territorial des architectes du patrimoine autrement appelé ABF. Nous sommes donc consultés pour avis pour tout permis de construire situé dans cette zone de protection. Or, le projet décrit dans le permis de construire n’était pas compatible avec la conservation de cet ensemble. La construction de logements remettait en cause du maintien de l’atelier en l’état.” L’architecte saisit alors le conservateur régional des bâtiments historiques pour qu’il mette en oeuvre une procédure de protection du lieu. Dans l’attente de l’examen par la commission nationale des monuments historiques, un arrêté d’inscription est pris par le préfet de région en février 2012.

“J’ai rencontré plusieurs fois le propriétaire et me suis rendu sur le site avec lui, décrit Robert Jourdan, le conservateur régional. Il paraissait tout à fait disposé à construire un projet culturel pour permettre la conservation du site et sa présentation au public. Il a donné son accord pour le classement. Je lui ai indiqué qu’il pouvait bénéficier de financements du ministère de la culture pour cela”. Pendant un an et demi, le fonctionnaire dit n’avoir plus eu de nouvelles de l’intéressé. Et il a appris par nous le sinistre du 15 juin. “C’est incroyable. Je suis navré d’apprendre cela. Cela fait plusieurs mois que je tente de joindre M. Mhoumadi sans y parvenir. Tout ce que je peux vous dire c’est qu’il avait obligation de m’informer de tout évènement concernant ce site.”

Farid Mhoumadi indique qu’il a lui-même cherché à joindre le service de Robert Jourdan a de nombreuses reprises dans les jours qui ont suivi le sinistre : “Je n’avais pas son numéro direct à l’époque. J’ai donc appelé son service. J’ai été mal aiguillé dans un premier temps puis je suis tombé sur sa secrétaire. Monsieur Jourdan m’a ensuite rappelé. C’est important car j’ai toujours l’intention d’y réaliser un projet culturel dans la partie qui donne sur la Canebière.” L’intention paraît louable mais cette partie comprend surtout les salles d’attente où les notables marseillais patientaient. Une fois leur tour arrivé, ils empruntaient un escalier en bois qui menait à l’atelier où ce pionnier de la photographie artistique opérait.

Un document du ministère de la culture décrit avec minutie, “la grande couverture en verrière qui permettait de photographier en lumière naturelle ; deux cabines en bois, dont la plus grande était la cabine d’habillage et de maquillage et la plus petite la cabine du collodion (on y vérifiait sur le champ la qualité des clichés), les dalles de verre incluses dans le plancher pour éclairer les salles du laboratoire situées au-dessous, l’escalier du fond avec sa balustrade de bois découpé qui permettait de descendre dans le laboratoire”. De tout ceci, il ne reste que les débris évacués par les ouvriers jour après jour. Mais, au-delà de cette navrante disparition, ce sont les circonstances de la vente de cet élément patrimonial qui pose question.

Des hospices à la Ville

Durant près d’un siècle, l’immeuble est resté la propriété de l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HM) qui l’a hérité d’une certaine madame Mouriès en 1850. Après le départ de Nadar, le bâtiment conserve sa fonction d’atelier photographique. Associée à Nadar dès ces premières années marseillaises, la famille Detaille occupe le lieu jusqu’à la fin des années 1980. En 1996, l’AP-HM décide de vendre son bien désormais inoccupé à la Ville de Marseille. Cette dernière le revend au sein d’un lot immobilier à sa société d’économie mixte Marseille Aménagement l’année suivante. En effet, la SEM est en charge de la rénovation du centre ville par le biais du périmètre de restauration immobilière (PRI). Ce dispositif permet à la puissance publique de vendre des immeubles inscrits dans un périmètre à des investisseurs qui peuvent défiscaliser le montant des travaux entrepris.

Pourtant pendant dix ans, rien ne se passe au 77 de la Canebière. Marseille Aménagement mène une longue procédure d’éviction du snack qui occupe le local commercial. Cette procédure n’arrivera jamais à terme. En effet, alors que la Ville a pris la décision de clôturer l’opération PRI à la fin de l’année 2009, la SEM décide de vendre. Pourtant il est prévu que son patrimoine soit restitué à la Ville pour que celle-ci poursuive la rénovation inachevée du centre-ville. D’autre part, cette vente intervient alors que Marseille Aménagement est au coeur de la tourmente. Son président, Philippe Sanmarco avait démissionné la même année en considérant que sa gestion restait opaque. C’est lui qui a déclenché l’enquête de la chambre régionale des comptes, qui a débouché l’an dernier sur un rapport d’observations d’une grande sévérité.

Vente avant clôture

Concernant cet immeuble de la Canebière, la vente se déroule en deux temps et enjambe opportunément la date de clôture du PRI fin 2009. En effet, selon l’acte de cession que nous avons pu consulter, celle-ci a fait l’objet d’un avant-contrat le 6 octobre 2009 avant que les partis concernés repassent devant le notaire en mai 2010. Or, à notre connaissance, les biens de Marseille Aménagement n’étaient plus en vente à deux mois de la fin du PRI. Pour le vendeur, cela présente l’avantage d’inscrire dans le contrat une clause résolutoire qui l’oblige à réaliser des travaux dans un délai de deux ans sous peine de sanction financières. Même si, de mémoire d’observateur du PRI, cette clause est de pure forme. Pour l’acquéreur, l’avantage est à chercher du côté du prix puisque l’immeuble – certes en mauvais état – ne lui a coûté que 167 000 euros.

D’autre part, le contrat de vente mentionne en gras le fait que “l’acquéreur s’engage à réhabiliter lesdits biens, en vue d’y réaliser des logements étudiants conventionnés.” Cette dernière mention est d’autant plus surprenante que la direction de Marseille Aménagement ne peut ignorer que le lieu a une histoire patrimoniale. En effet, Gérard Detaille – qui y est né – poursuit depuis longtemps le projet d’y installer une maison de la photographie. Elle permettrait d’exposer les nombreux objets du temps de Nadar dont elle a fait don à la Ville. En 2004, le conseil municipal a même approuvé “le principe de création d’un lieu de mémoire” et le lancement d’études de faisabilité.

Résidence Nadar

De son côté, Farid Mhoumadi se refuse à commenter les circonstances d’acquisition de ce bien. En revanche, il affirme qu’il savait déjà qu’il y avait là l’atelier Nadar. “A l’époque, en accord avec le vendeur, j’avais l’intention d’y réaliser des logements étudiants en sollicitant une aide de l’ANAH [agence nationale d’amélioration de l’habitat, ndlr], reprend Farid Mhoumadi. On m’avait indiqué qu’il y avait là un vestige d’un atelier Nadar mais, à Marseille aménagement, on m’a dit qu’il n’était pas classé et qu’il suffisait d’apposer une plaque commémorative sur la façade. J’avais même l’intention de l’appeler résidence Nadar.”

Joint par nos soins, l’adjoint d’arrondissement UMP Gérard Detaille affirme avoir appris par hasard la vente de ce bien à un particulier aux préoccupations a priori très éloignées de la photographie. Chef d’entreprise, Farid Mhoumadi se décrit comme un commerçant qui réalise des opérations immobilières notamment dans le centre-ville d’où il est originaire. Pourquoi Marseille aménagement s’est-il empressé de lui vendre à quelques mois de la clôture du PRI alors même que la direction de la SEM et la Ville connaissaient l’histoire de ce bien ?

Du côté de la Ville, on dit avoir découvert la transaction lors de la rétrocession du patrimoine de la SEM en 2010. “Ensuite, nous avons plusieurs fois tenté de racheter mais le propriétaire actuel n’était pas vendeur”, indique-t-on au service du patrimoine. Concernant la vente tardive, le directeur général des services, Jean-Claude Gondard considère qu’il s’agit là d’une cession tout à fait normale entre la SEM et un de ses clients. Quant au projet culturel porté par Gérard Detaille, il en écarte l’hypothèse. “Ce projet a été évalué à 3 millions d’euros. Cela paraît complexe de mettre autant d’argent public dans un tel projet. L’époque n’est plus à ça.”

Porté par la Ville, par l’Etat ou son actuel propriétaire, le projet d’un musée Nadar paraît aujourd’hui dans le même état que l’atelier qui aurait pu l’abriter : un champ de ruines.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Delair Delair

    Une nouvelle fois l’incurie municipale. “On” sait pas, “on” comprends pas, “on” était pas là, c’est pas “nous”, c’est la faute aux “autres”.

    Signaler
  2. NIno NIno

    C est terrible. Partout ailleurs ce lieu aurait ete sauve, restaure, mis en valeur et on pourrait le visiter! Nadar, merde !? Ils n ont donc aucune culture a la mairie??

    Signaler
  3. Anonyme Anonyme

    pourquoi l’état n’a-t-il classé ce lieux avant? que fait la rue de valois?

    Signaler
  4. Mistral Boy Mistral Boy

    On a fait semblant d’être capitale de la Culture en 2013, mais si Marseille est capitale c’est celle de l’incompétence, de la magouille et de la médiocrité.

    Signaler
  5. zaqsa2000 zaqsa2000

    La culture made in GAUDIN of MARSEILLE….

    Signaler
  6. François Thomazeau François Thomazeau

    A gerber. Cette ville ne se respecte pas elle – même

    Signaler
  7. Anonyme Anonyme

    c’est pas perdu pour tout le monde 167 000 euros l’immeuble sur la canebière….Encore un bel exemple de la gouvernance des 2 G marseillais : Guerini Gaudin jean claude et jean noel les enfants de fABIANI..

    Signaler
  8. piéton de Marseille piéton de Marseille

    Heureusement , nous allons avoir bientôt la première Discothèque dans un parc Naturel. Merci Mr Gaudin pour une politique culturele courageuse

    Signaler
  9. leravidemilo leravidemilo

    Plouf! Le “lieu de mémoire” de la délibération municipale de 2004,et ses études de faisabilité se sont noyés dans le pastis marseillais. L’imposture des politiques de labellisation n’en est que plus criante,pour cette capitale des marigots.

    Signaler
  10. JL41 JL41

    « Porté par la Ville, par l’Etat ou son actuel propriétaire, le projet d’un musée Nadar paraît aujourd’hui dans le même état que l’atelier qui aurait pu l’abriter : un champ de ruines. »
    Bravo pour la conclusion qui résume à merveille cet article si bien documenté !
    Un sacré personnage ce Gaspard-Félix Tournachonse, aussi terrible que son nom : http://www.ledevoir.com/culture/television/411968/mardi-1er-juillet-le-premier-documentaire

    Signaler
  11. Anonyme Anonyme

    C’est pas grave !! A la place on fera une mosquée !

    Signaler
  12. Toine Toine

    Bon ben voila qui devrait une fois de plus conforter la belle image de Marseille en France: ville de chômeurs, grévistes et cassos dirigés par des gros elus ignares et clientélistes.
    Elle est pas belle la vi(lle)e?

    Signaler
  13. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Une belle histoire qui rappelle celle du Tore (www.marsactu.fr/archi-et-urbanisme/pavillon-de-partage-des-eaux-monument-historique-a-labandon-30315.html), ainsi que celle de tant de vieilles bastides : on fait semblant d’avoir un projet de mise en valeur du lieu, on laisse mariner pendant une décennie en s’abstenant de tout entretien, on constate ensuite qu’il n’y a plus rien à sauver et hop ! la place est nette pour une opération immobilière. Et tout le monde regarde ailleurs.

    Très ancienne recette marseillaise, qui explique pourquoi une ville vieille de 2600 ans soit si pauvre en monuments historiques…

    Signaler
  14. savon de Marseille savon de Marseille

    Qui c’est Nadar ? Un Footballeur ? Non ? Ah ! … ouf .

    Signaler
  15. Frédéric PRESLES Frédéric PRESLES

    Plus nul que ça c’est pas possible….

    Signaler
  16. Jacqueline Jacqueline

    Marseille capitale de la l’INCULTURE !!!!

    Signaler
  17. Anonyme Anonyme

    Finalemnt Gaudin vaut bien Berlusconi qui laisse s’effondrer Pompéi…

    Signaler
  18. Hervé Menchon Hervé Menchon

    Triste conclusion, triste morale: une fois le patrimoine Marseillais détruit, on va enfin pouvoir s’affranchir des contraintes et faire du fric, encore plus de fric sur le foncier …

    Signaler
  19. Daguerre Daguerre

    Ecoeurement pour des responsables publics dont la seule compétence est de servir leurs intérêts particuliers. Cette ville reste abrutie, sonnée par son propre reflet qu’elle n’accepte pas.La seule réponse est de rappeler cette médiocrité aux premiers concernés, mais ils s’y vautrent.

    Signaler
  20. jdeharme jdeharme

    Cette ville est vendu à la découpe au privé et aux promoteurs immobiliers par un maire et des élus incompétents. Cela fait un moment que les marseillais le sentent mais cette fois ci il s’agit du patrimoine culturel. C’est tellement grave comme faute que cette fois ci il va être difficile pour Mr Gaudin de mettre ça sur le compte d’un erreur administrative. Ne serait il pas possible que les citoyens attaquent en justice au tribunal administratif le Maire de Marseille pour que ce genre de choses n’arrive plus et pour faire condamner les responsables de cette faute. Même dans le domaine de la culture Mr Gaudin n’aura pas été un bon maire pour un ancien prof d’histoire c’est le bouquet

    Signaler
  21. Désolation Désolation

    C’est en lisant l’article que j’ai découvert le champ de ruine ce matin depuis le tram qui descendait la Canebière. C’est désolant et le mot n’est pas assez fort. Découvrir cet héritage culturel par une porte dérobée alors que la Canebière ne demande qu’à revivre de son patrimoine ! Des trésors en ruine cachés derrière des vitrines cache misère. Et il y en a par centaines… qu’on laisse mourir ou qu’on rénove sans goût ni unité avec une simple “plaque commémorative sur la façade”. Une conception de la culture et du patrimoine qui me laisse définitivement sans voix. Merci pour cet article qui montre une fois de plus comment Marseille Terrasse(s) son histoire en lui préférant des galeries commerciales flambant neuves avec vue sur mer pour consommateurs invétérés.

    Signaler
  22. Désolation Désolation

    Dans le même genre et ça vaudrait bien un article aussi bien documenté : l’ancienne usine Picon rue de la Rotonde que le couple Becher aurait sûrement aimé immortaliser ! Mais personne ne s’en soucie… Elle tombe en délabrement alors que son architecture est d’une finesse inouie.

    Signaler
  23. Anonyme Anonyme

    Triste, c’est bien triste. La mairie a vraiment très mal géré ce dossier. Une grande incompétence et une volonté effrénée de contractualiser à nouveau avec des privés. Une absence de vision culturelle et toujours des discours creux. Pourtant “ils” ont été réélus !!! Il paraît que nous avons les élus que nous méritons !

    Signaler
  24. Anonyme Anonyme

    Cela doit encore être la faute de François Hollande et de son gouvernement. Pour Gaudin, c’est devenu le seul argument

    Signaler
  25. ariel13 ariel13

    Je ne suis pas daccord avec cette phrase qu’on entend souvent :” on a les elus qu’on mérite “…. Mais pourquoi ? on nous en a proposé beaucoup d’autre des competents ??

    Signaler
  26. Anonyme Anonyme

    Un certain affolement du coté de la mairie ou plutôt du microcosme politique sur ce dossier car le nombre de commentaires signalés montre bien qu’il y a quelque chose de pas clair dans ce dossier mais grâce à Marsactu et au journaliste benoît gilles ce genre d’informations ne reste plus secrète. Et oui le temps des petits arrangements avec les journaux a la solde du pouvoir est révolu.
    Encore merci à Marsactu pour son travail d’information des citoyens et quelle honte de brader ainsi le patrimoine culturel

    Signaler
  27. spitou spitou

    Si la ville achète maintenant pour en faire un musée Nadar, rien à dire. Dans les cas contraire ce sera la preuve de magouilles immobilières dont on a assez.

    Signaler
  28. Simon L Simon L

    Les “élites” marseillaises se sont toujours caractérisées par leur médiocrité culturelle et leur manque d’intérêt pour le patrimoine et la mémoire de la ville. Cela n’a pas commencé avec Gaudin … Pensez à Defferre et l’ascenseur qui permettait d’accéder à Notre-Dame. Une rareté, un ascenseur hydraulique sur une structure Eiffel qu’on viendrait voir du monde entier s’il existait toujours … Defferre a rasé pour un projet immobilier particulièrement médiocre. La bourgeoisie marseillaise ( disons ceux qui ont ou ont eu le pouvoir) est nulle et ce n’est pas aussi vrai dans toutes les grandes villes. Regardez ce n’est pas à Bordeaux ou à Rennes que le ” grand quotidien régional, historique né à la libération,” a été racheté par le duo infernal Hersant/Tapie. Cela ne pouvait arriver u’à Marseille. Aujourd’hui Gaudin a cautionné cette horreur que sont Les Terrasses du port”, consommation et bling-bling et laisse tomber la mémoire de Nadar, tout est dit. Ma pauvre ville.

    Signaler
  29. le bleu le bleu

    LES GARS VOUS ETES EN TRAIN DE DELIRER.IL SUFFIT DE METTRE CULTURE POUR LEGITIMER UN MUSEE DE JE SAIT PAS QUI.NADAR?AUJOURD HUI LE MUSEE DE LA MARSEILLAISE N ARRIVE MME PAS A TOURNER ET VOUS OSEZ DE PARLER D UN PHOTOGRAPHE QUI A UN EPOQUE DE SA VIE EST PASSER SUR LA CANEBIERE.MAIS QUI VA PAYER CE MUSE.LES MARSEILLAIS?POUR SATISFAIRE LA PASSION DE QUELQUE MARSEILLAIS QU ON PEUT CMPTER SUR LES DOITS D UNE MAIN;
    ET PUIS APRES DES RECHERCHE QUE JE VIENS D EFFECTUER LE CLASSEMENT MONUMENT HISTORIQUE QUE L IMMEUBLE FAIT L OBJET N A RIEN AVOIR AVEC SON ARCHITECTURE QUI NA RIEN D EXECEPTIONNEL;MAIS PLUTOT DUE AU FAITE DU PASSAGE DE NADAR DS CETTE IMMEUBLE
    DONC ARRETER DE NOUS GONFLER AVEC CES HISTOIRE EN BOIS.YA DES CHOSE PLUS GRAVE ET DES MONUMENT PLUS INTERRESANT AMARSEILLE

    Signaler
  30. Tioneb Tioneb

    Il y a encore à Marseille des familles comme les Detaille qui essaient de maintenir… Je suis d’avis de les soutenir, par-ce-que l’on a déjà beaucoup déttruit.

    Signaler
  31. Electeur du 5 Electeur du 5

    Pas prévu que le toit s’effondre ? Eh bien ça alors ? Quelle surprise !!!

    Signaler
  32. Anonyme Anonyme

    les élus gardent leur accent marseillais et l’honneur est sauf!!
    entre-temps les amoureux de la culture et de la photographie artistique pleurent; existe t-il un dossier ou le pouvoir précédent et même actuel a traité où il n’y a pas eu de magouille derrière?

    Signaler
  33. Anonyme Anonyme

    Et qui a touché le jackpot? un certain “commerçant qui réalise des opérations immobilières” qui si je comprends bien a acheté dans des conditions tellement claires qu’il se refuse à en parler et pour une bouchée de pain un immeuble classé en espérant en faire un immeuble de rapport aux frais de l’ANAH, organisme bien connu pour sa générosité envers les propriétaires “nécessiteux” comme l’est sans doute M Mhoumadi. Quant aux juteuses affaires rendues possibles par le PRI et les avantages fiscaux qu’il a procuré à certains, mieux vaut ne pas en parler. Cet effondrement est providentiel, nul doute que maintenant que l’immeuble est par terre le propriétaire pourra obtenir tranquillement tous les permis qu’il souhaite et continuer à se remplir les poches.

    Signaler
  34. piqueboufigue piqueboufigue

    mais qui était le maire de secteur du 1/7,mais c est vrai que ce monsizeur a fait campagne electorale de 6 ans,cela ne lui a pas reussi pour remporter l hotel de ville et en plus il s est offert sa prope defaite de maire de secteur,bravo les marseillais ont fait un bon choix,quand a ce localNadar,il a fallu qu il effondre pour en parler,si le toit avait tenu dix ans qui l aurez su,mais du moment que c est sous le mandat de monsieur GAUDIN,que les marseillais ont élu a une large tres large majorité alors la,c est bon faut casser du gaudin,pauvre gens que vous etes,dommage,vous emblez si bon,en avant Marseille.

    Signaler
  35. sinistré sinistré

    Les financiers, promoteurs et constructeurs sont en train de raser la ville, le patrimoine et notre histoire. Jusqu’à quand allons nous nous faire chier dessus par toutes ces mafias. La ville devient a gerber et invivable, les gens s’en vont. Merci les pourris. J’espère que nous allons avoir des résistances et des victoires

    Signaler
  36. Marseillais indigné Marseillais indigné

    C’est une affaire “spécifique” ,comme dirait notre bon sénateur- maire

    Signaler
  37. Marseillais indigné Marseillais indigné

    @Piqueboufigue Notre “bon maire” a été élu par environ un quart des électeurs inscrits de « sa » bonne ville. Pas de quoi triompher. Votre élément de langage sur ce point n’est donc pas pertinent. Par ailleurs vous n’avez pas lu l’article, en effet l’immeuble litigieux est devenu la propriété de la ville de Marseille en 1996 donc sous le premier mandat de Gaudin élu comme vous devez savoir en 1995 et il a été vendu au cours de son second mandat à la société d’économie mixte,. Par ailleurs vous semblez connaître bien mal le fonctionnement des municipalités au retour modèle PLM. Si vous vous étiez donné la peine de vérifier l’étendue des compétences d’un maire de secteur, vous auriez appris qu’il n’a aucun pouvoir en matière de gestion du patrimoine immobilier d’une ville, et a fortiori en matière de classement d’un monument historique.
    À ce propos le candidat socialiste, que vous accablez, il avait dans son programme, entre autres, cette bonne idée : celle de confier aux maires de secteurs, la responsabilité de la propreté de leur quartier, étant bien entendu, que le personnel, qui dépend actuellement de MPM aurait été placé sous leur autorité. Cela était parfaitement normal car chaque secteur à l’étendue et la population d’une ville moyenne. Actuellement les maires de secteurs font surtout de la figuration. Ce qui est inquiétant c’est non seulement la faible participation des marseillais aux élections municipales, mais ainsi que l’atteste votre réaction, la connaissance superficielle des problèmes municipaux, par les agents électoraux du maire actuel et bien sûr des électeurs, qui ont pris leur baratin pour argent comptant. À toutes fins utiles je vous renvoie à un article de Marscactu intitulé «POT DE DÉPART « Le directeur de Marseille Aménagement s’arrête, pas l’enquête » dont voici un extrait à propos de Marseille aménagement, société d’économie mixte devenue SOLEAM depuis fin 2013 « Depuis 2010, la Chambre régionale des comptes a inscrit à son programme de travail la vérification des comptes de la société d’économie mixte Marseille Aménagement. Les magistrats ont entendu les principaux protagonistes au printemps 2011. Une version provisoire du rapport devrait parvenir aux intéressés au début de cette année pour qu’ils y apportent leur réponse. Le volet concernant la gouvernance et les finances a déjà été commenté dans la presse et l’analyse était plutôt sévère pour Charles Boumendil.
    Le rapport dresse en creux le portrait d’un homme à la fois aux ordres du cabinet du maire et omnipotent dans la structure qu’il dirigea ». Or l’article que vous avez lu en diagonale, le précise clairement après la mairie de Marseille, c’est la société Marseille aménagement qui avait en charge l’atelier Nadar avant de le vendre à un particulier en 2009. Ce qui veut dire que pendant près de 15 ans la ville et son appendice Marseille aménagement, n’ont rien fait pour sauver cet immeuble historique. Pourtant la mémoire de Nadar, pseudonyme de Gaspard-Félix Tournachon, méritait d’être préservée. Il fut (cf. Wikipédia) caricaturiste, aéronaute et photographe . À la fin de sa vie il s’installa dans la cité phocéenne. Nadar, le «doyen des photographes français» devient dans la région de Marseille une véritable gloire et se lia d’amitié avec l’écrivain Frédéric Mistral.

    Signaler
  38. piéton en colère piéton en colère

    Sombre histoire que cette “disparition” de l’Atelier Nadar après une vente pas très claire. L’émission de novembre 2009 de MATIVI a été rappelée et il faudrait la remontrer publiquement. Il faudrait aussi évoquer les 2 articles de “Patrimoine(s) en Provence Alpes Côte d’Azur de janvier et d’avril 2014 (www.infos-patrimoinespaca.org) qui présentaient le projet..; Il y a de quoi se mettre en colère devant cette nouvelle disparition. J’en profite pour rapeler un certain nombre de lieux détruits ou dont la situation n’est toujours pas fixée pour des raisons diverses : le théâtre de la rue Nau (détruit), le château de la Guillermy (vandalisé), la salle des fêtes de la Maison de la Mutualité (dégradé), la chapelle du couvent des bénédictions, rue d’Aubagne (dans quel état ?), le château Pastré (quel avenir ?), la poste Colbert,la maison diamantée, la vieille major (toujours pas ouverte)…et j’en oublie . Cette semi-capitale a-t-elle vraiment un patrimoine si conséquent ???

    Signaler
  39. catherine catherine

    L’atelier Nadar avait une valeur inestimable car le dernier studio d’époque , en France et peut -être même en Europe…Site classé il aurait pu avoir une 2è vie grâce à des fonds européens. Quitte à s’écrouler faute d’entretien et de rénovation( puisqu’il y a fort à parier que son nouveau propriétaire ne fichait éperdument du côté culturel de la chose)..il eu mieux valu qu’il s’ écroule pendant l’année européenne de la Culture. Ainsi nos voisins européens auraient pu avoir une vision plus vraie du résultat que peut offrir un laisser aller cataclysmique depuis des décennies à Marseille. Ils auraient vu la vraie face de la plus vieille ville de France dont ils ne connaissent pas le 1/4 du patrimoine . On ne leur montre pas puisque soit les édifices soit le quartier sont dans un tel état qu’il n’est pas agréable de s’y aventurer en promenade. Cette ville attachante qu’est Marseille, a un potentiel exceptionnel. Pourvu que des voix s’élèvent pour préserver des petits bijoux et les faire restaurer.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire