[Comment ça va les discothèques ?] “Imaginez, vivre huit mois sans salaire”

Interview
le 13 Nov 2020
3

Durant le premier confinement, Marsactu avait suivi les "premiers de corvée" qui continuaient à travailler. Pour cette saison 2, nous nous intéressons chaque jour à celles et ceux que la crise économique frappe avant la crise sanitaire. Pour les boites de nuit, les perspectives de réouverture s'éloignent de plus en plus. Entretien avec Christophe Longo, président du collectif des discothèques en colère PACA-Corse.

Boite de nuit La Joia Aix-en-Provence

Boite de nuit La Joia Aix-en-Provence

Le monde de la nuit est l’un des secteurs les plus frappés par les conséquences de la crise sanitaire. Les boîtes n’ont pas été autorisées à rouvrir leurs portes cet été, période à laquelle elles font plus de la moitié de leur chiffre d’affaires. Cela fait désormais huit mois qu’elles sont fermées. Réunies en collectif depuis octobre, une centaine de patrons de discothèques de PACA et Corse militent pour obtenir plus d’aides de l’État et reprendre leur activité le plus tôt possible. Christophe Longo est propriétaire du club La Joia à Aix-en-Provence et président du collectif.

Comment ça va les discothèques ?

Ça fait huit mois qu’on ne travaille pas. Imaginez, vivre huit mois sans salaire. Ça nous pèse psychologiquement et physiquement. Nous sommes très inquiets. Au delà de l’économie, c’est un drame social et humain. Une collègue qui tient une discothèque a perdu sa maison à cause des dettes. Un confrère a fait une dépression et un autre un infarctus…

On est les premiers à avoir fermé, mais on ne nous a jamais donné la chance de reprendre. Et de fait, c’est des bars et des restaurants qui ont fait notre travail et se sont transformés en discothèques. C’est injuste. Personnellement, je fais entre 100 000 et 150 000 euros de recettes par mois. Là, en huit mois, j’ai perdu près de 800 000 euros. Sachant que 60% de mon chiffre d’affaires, je le gagne en été, période à laquelle on n’a pas été autorisés à rouvrir.

Les aides mises à disposition par l’État vous permettent-elles d’atténuer les difficultés économiques ?

Depuis juin, on a droit à 15 000 euros d’aide étatique par mois. Mais on n’a commencé à les toucher qu’en septembre. On a reçu 45 000 euros pour juin, juillet et août. C’est bien, mais ça reste insuffisant pour les clubs dont les charges fixes dépassent ce montant. Moi, par exemple, elles s’élèvent à environ 25 000 euros par mois. Donc il me manque 10 000 euros pour tout régler. Je suis obligé de piocher dans mes économies, qui ne vont pas durer longtemps. En plus, ma femme travaille avec moi, c’est la gérante de la boite, donc on dépend tous les deux des revenus du club. Nous avons aussi eu droit au prêt garanti par l’État. On a emprunté 120 000 euros mais ça fond comme neige au soleil puis ça reste une dette qu’il faudra rembourser donc ça ne règle pas le problème. 

Le collectif Discothèques en colère PACA Corse, dont vous êtes le président, échange régulièrement avec les politiques. Qu’attendez-vous d’eux ?

Je n’ai aucune idée de la date de la prochaine ouverture des bars et restaurants, mais on veut ouvrir en même temps. Nous avons mis en place un protocole sanitaire que nous allons exposer cet après-midi [jeudi 12 novembre] lors de notre réunion en visioconférence avec le ministre délégué chargé des petites et moyennes entreprises, Alain Griset. À la différence des bars, on a un système qui renouvelle l’air toutes les sept minutes. On est mieux équipés. Puis on a des vigiles qui peuvent veiller au respect du port du masque. Par ailleurs, en attendant l’ouverture, qu’on espère proche, on demande des aides financières supplémentaires car nous sommes en train de tout perdre.

Les épisodes précédents

[Comment ça va les restaurants ?] “Si ça ne change pas d’ici février on...

Interview
1

Eric Mbenda a quitté son travail dans le bâtiment pour se lancer dans la restauration. En 2019, avec son frère Hugues Mbenda, chef cuisinier,...

[Comment ça va les voyagistes ?] “On a tout reporté à l’année prochaine”

Interview
0

Difficile de projeter des voyages quand les frontières sont fermées du fait de la pandémie. Le secteur touristique international est fortement impacté, dont des...

[Comment ça va les fleuristes ?] “Avec moins de passants, ça n’aide pas”

Interview
0

Durant les premières semaines de ce confinement, Yolas Balducci avait laissé son kiosque de fleurs fermé sur le cours Saint-Louis, à l'angle de La...

[Comment ça va les chauffeurs de VTC ?] “On travaille à perte”

Interview
2

Houari Benali travaille en tant que chauffeur VTC avec les plateformes Uber, Heetch et Yassir. Malgré sa diversification d'employeurs, en cette période de confinement...

[Comment ça va les salles de sport ?] “Tous nos coachs sont au chômage...

Interview
0

Année difficile pour les salles de sport. Fermées durant le premier confinement, elles l'ont été à nouveau le 27 septembre, plusieurs semaines avant le...

[Comment ça va les esthéticiennes ?] “Je suis la seule à ne pas travailler...

Interview
1

Dans les premiers jours du reconfinement, Monia Dominique a tiré le rideau du salon de soins esthétiques qui porte son nom, boulevard de Saint-Louis...

[Comment ça va les agences immobilières ?] “On cherche des économies dans tous les...

Interview
1

Pour ce deuxième confinement, les agences immobilières sont autorisées à ouvrir, mais les visites de logements sont interdites. Elles ne peuvent se faire que...

[Comment ça va la librairie jeunesse ?] “On a une vraie inquiétude sur les...

Interview
3

Comment continuer à faire du conseil de livre quand vous ne pouvez pas accueillir de client dans votre boutique ? Suzanne de Pierrefeu, qui...

[Comment ça va la bière locale ?] “Sans les bars ça fait 50% de...

Interview
1

En plein développement, les micro-brasseries de Provence voient leur expansion freinée par la fermeture des bars et des restaurants qui commercialisent habituellement la plus...

[Comment ça va les discothèques ?] “Imaginez, vivre huit mois sans salaire”

Interview
3

Le monde de la nuit est l'un des secteurs les plus frappés par les conséquences de la crise sanitaire. Les boîtes n'ont pas été...

[Comment ça va les théâtres de quartier ?] “Depuis mars, on prend une gifle...

Interview
0

Ne les appelez pas "petits". Ces lieux de culture se définissent plus par la proximité que par le nombre de places qu'ils alignent face...

[Comment ça va Emmaüs ?] “Nous perdons 140 000 euros par mois”

Interview
0

On connaît Emmaüs pour ses boutiques, où l'on peut se meubler, se vêtir et s'équiper d'occasion, ainsi que pour ses actions de solidarité. On...

[Comment ça va les santonniers?] “Je perds au moins la moitié de mon chiffre...

Actualité
2

Chez Julien Quilez, les santons sont une affaire de famille. Il en fabrique et en vend aux côtés de son père depuis 17 ans....

[Comment ça va le marché aux poissons ?] “On met moins d’hameçons pour pas...

Interview
1

Sur le stand de Daniel Reggio, d'énormes dorades royales côtoient des chapons rouge vif. Ce retraité de la poste vend au marché du Vieux-port...

[Comment ça va les congrès ?] “Là, on a pratiquement fermé l’agence”

Interview
0

Les congressistes sont la poule aux œufs d'or des grandes villes. Le touriste d'affaires dépense bien plus qu'un visiteur lambda et fait vivre le...

[Comment ça va “Arthur mon héros” ?] “Je fais visiter ma boutique en visio”

Interview
1

Laurence Cazenave est vendeuse de jouets. Dans son magasin situé au 110 cours Julien, sorte de caverne d'Ali Baba où s'entassent peluches géantes et...

[Comment ça va, Misstifs ?] “Si ça continue, je vais devoir aller contre l’interdiction”

Interview
4

Son salon est situé au 64, boulevard Chave (5e). Vendredi dernier, Solange Trapé n'a pas eu d'autre choix que de baisser le rideau pour...

[Comment ça va, l’Alhambra?] “La crise montre que nous sommes plus qu’un cinéma”

Interview
4

Lundi matin, William Benedetto était dans un collège. "Simplement, pour être là", aux côtés des enseignants qui sont en première ligne. Jeudi dernier, il...

[Comment ça va le Bar du peuple ?] “Nous n’avons pas les reins solides”

Interview
4

À l'angle du cours Lieutaud et du quartier de Noailles, se dresse le Bar du peuple, modeste enseigne un peu défraîchie. Géographiquement près des...
 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. patrick patrick

    Merci pour cet article, je pensais naïvement que toutes les boites de nuit étaient tenues par la maffia et que leur plus gros problème était qu’il ne pouvait plus rien blanchir. Donc, il n’y a pas qu’un problème de flux sortant d’argent plus rien ne rentre aussi. Courage amis clubber.

    Signaler
  2. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Un rapide examen sur Internet permet de constater que les ”recettes” pour blanchir l’argent ”sale” sont légion.
    Je vous indique l’article dans Wikipédia (qui n’est pas un site gauchiste ou illégal) qu’il reste de nombreuses manière de blanchir l’argent.
    Alors les boites de nuit…!?
    Un fait indéniable: pourquoi les collectivités locales ou l’État n’ont pas de participation dans ces lieux de ”plaisir”?

    Signaler
  3. MarsKaa MarsKaa

    Y a un truc qui me chagrine…. toutes ces entreprises qui touchent l’argent de l’état, et se plaignent que ce n’est pas assez, met en voudrait encore, ont-elles toujours payé leurs impôts ? Vont elles le faire sans plus jamais rechigner ensuite ?

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire