Carole Genevé : "La chaleur crée plus de pollution que d'habitude"

À la une
le 25 Juil 2013
3

Depuis le début de la semaine, les pics de pollution notamment à l'ozone mais aussi aux particules fines se succèdent à tel point que la Préfecture recommande de limiter les déplacements et oblige les industriels à diminuer leurs émissions. Si ces dispositifs d'alerte peuvent être actionnées rapidement c'est qu'il existe un organisme indépendant capable de surveiller la qualité de l'air en permanence sur toute la région, Airpaca. Coordinatrice des territoires au sein de cette associationCarole Genevé, explique les raisons de ces pics de pollution chroniques.

En effet, cette période de fortes chaleurs sans la moindre brise de vent est propice à la pollution par l'ozone et à la concentration en particules fines. Les émissions dues à la circulation automobile et à l'industrie ne sont pas plus importantes que d'habitude mais, pour l'ozone, ce surplus vient "d'un cocktail photo chimique". "Quand on parle d'ozone, c'est un traceur de cette action photo-chimique, mais il y a dans l'air, d'autres polluants que nous ne pouvons pas tous contrôlés en continu", explique la spécialiste. A cela, s'ajoute un autre type de pollution, cette fois-ci aux particules fines ou micro-particules qui "entrent dans nos poumons et qui sont toxiques". Ces particules proviennent directement des émetteurs, notamment les moteurs diesel alors que l'ozone est le résultat d'une transformation chimique due notamment à la chaleur. 

Un danger invisible mais que les habitants de ces zones polluées ressentent "nous avons pas mal de personnes qui depuis quelques jours nous appellent parce qu'ils ressentent des gênes respiratoires". Carole Genevé estime que "beaucoup d'efforts ont été faits", au niveau des industries de l'Etang de Berre mais reconnaît qu'il "faut toujours être dans une démarche de progression et réduire les émissions". Cela vaut également pour le trafic automobile. Même si l'abaissement des limitations de vitesse peut avoir un effet à court terme, seul un changement drastique de modèle de société et notamment de transports pourrait changer durablement la donne. 

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. fornairon fornairon

    « Nos partenaires territoriaux ne sont pas au niveau… » C’est le moins qu’on puisse dire. Voir la création d’une nouvelle voie de « contournement » de saint Loup, la U430, dont l’enquète publique nous apprend que ça va augmenter de 30% le trafic motorisé et la pollution, dans un quartier déja bien affecté par la pollution liée à l’autoroute et à l’industrie, notamment par 2 polluants majeurs, le benzène et les PM 2,5.

    Signaler
  2. Barbara M. Barbara M.

    C’est surtout la nuit que la pollution rentre par les fenêtres ouvertes et que ça sent très fort . c’est la petit brise qui amène l’air pollué aux fenêtres sur cour intérieur ….

    Signaler
  3. Collectif Cyclistes EnragéEs Collectif Cyclistes EnragéEs

    Pour info l’ensemble des bus de la RTM est équipé de filtres à particules depuis plusieurs années (ça vaut quand même le coup d’être précisé, c’est un sujet sur lequel nous ne sommes pas en retard !)

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire