Vers une baisse des tarifs résidents dans les parkings du centre-ville de Marseille

Forfait
Bref
Julien Vinzent_
7 Mar 2019 1

365 euros par an, ou encore 1 euro par jour : le futur tarif est facile à retenir. La métropole a dévoilé ce jeudi une nouvelle politique tarifaire pour vingt parkings souterrains du centre de Marseille, ciblée principalement sur les abonnements annuels pour les résidents. Comme l’avait annoncé La Provence le matin-même, elle s’appliquera à partir de novembre, sauf pour le cours d’Estiennes d’Orves, qui en bénéficiera dès le 1er juillet. Il s’agit de compenser la suppression de 440 places en surface liée au projet de piétonnisation de plusieurs rues de l’hyper-centre (lire notre article).

1 euro par jour pour la formule soir et week-end, dédiée aux 10 000 pendulaires qui prennent leur voiture tous les matins (lire notre article), ou 2 euros par jour pour la formule 24h/24 : l’ampleur de la baisse est massive, même si certains parkings avaient commencé à proposer des tarifs incitatifs. S’y ajoutent un tarif “noctambule” à 5 euros et une première demi-heure gratuite qui ravit les commerçants, mobilisés pendant la courte concertation préalable.

Ces mesures en faveur des résidents étaient déjà évoquées il y a un an par la métropole mais avec un tarif de 900 euros. Dans la plupart des cas, elles sont permises par le renouvellement ou l’échéance prochaine des délégations de service public. Mais certains contrats courent jusqu’en 2043. La présidente Martine Vassal (LR) ne s’est pas étendue sur les détails de la négociations financière avec les sociétés privées qui gèrent ces parkings. Ils seront soumis au vote du prochain conseil métropolitain.


A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. petitvelopetitvelo

    Délégation jusqu’en 2043 et pourquoi pas 2133 !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire