Une rupture conventionnelle collective engagée chez Wiko

Raccrocher
Bref
Jean-Marie Leforestier
15 Mar 2019 1

Un an après sa prise de contrôle complète de Wiko, l’actionnaire chinois Tinno souhaite des départs volontaires parmi ses 250 salariés français. L’entreprise de fabrication de téléphones dont le siège est basé à Marseille propose une rupture conventionnelle collective à ses salariés.

Il s’agit pour la société d’améliorer ses résultats dans un contexte fortement concurrentiel. A ce jour, 200 salariés sont employés à Marseille. Aucun objectif de nombre n’est pour l’heure fixé. Cet objectif devra pourtant être fixé pour obtenir la validation de la Direccte, le service de l’État chargé de valider le plan.


A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Input-OutputInput-Output

    Où comment les petits chinois qui fabriquaient des téléphones à bas prix finissent par remplacer leur propre patron…Qui est assez naïf, à part les U.S.A., pour penser que la Chine restera ad vitam aeternam un fournisseur de main d’oeuvre pas chère et un acheteur éternel pour ses bons du trésor ? 2049 risque d’apporter son lot de surprises…

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire