Un premier conseil municipal entre sénatoriales et commission d’appel d’offres

Hémicycle
Bref
le 10 Juil 2020
3
Photo : JV

Photo : JV

La nouvelle maire de Marseille Michèle Rubirola réunissait ce vendredi un conseil municipal consacré à la mise en route des différentes instances. La plus sensible est la commission d’appel d’offres, qui attribue les marchés publics importants, composée de trois élus du Printemps marseillais (Laurent Lhardit, Véronique Brambilla et Aurélie Biancarelli-Lopes) et
deux LR (Didier Réault et Pierre Laget).

Les élus se sont également répartis au sein des commission thématiques (développement durable et cadre de vie ; économie, finances et administration générale, éducation, culture et sports ; urbanisme, aménagement et grands projets) et un groupe de travail a été formé pour revoir le règlement intérieur, qui régit l’organisation des séances et des groupes d’élus. C’est le 27 juillet avec le vote du budget que la mandature sera lancée, avec un discours de politique général et un débat attendus.

Plus tôt dans la matinée, les 101 élus sont passés dans l’isoloir pour désigner les 1041 grands électeurs supplémentaires qui représenteront Marseille aux sénatoriales en septembre. Leur nombre étant proportionnel au score de chaque liste, l’exercice vaut avant tout pour le réseau d’affinité qu’il tisse, les personnes choisies devant être de confiance (voir notre article en 2014). La liste n’a pas encore été publiée par la mairie.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Il est temps maintenant que toutes ces pantalonnades électorales se terminent pour passer à l’action

    Signaler
    • Zumbi Zumbi

      Vous préféreriez que le Président à Vie désignât ses fidèles dans chaque recoin du pays ? Ça, ce n’est pas de la pantalonnade, n »est-ce pas ?

      Quant à se mettre à l’action, pas facile, quand çà et là des cadres administratifs nichés dans le système d’un arrondissement « imprenable » depuis un quart de siècle se montrent ulcérés que des élu.e.s inconnu.e.s viennent leur rendre visite ; ou bien qu’à la mairie centrale de futur.e.s adjoint.e.s n’arrivent toujours pas à connaître, deux semaines après leur élection, la procédure pour obtenir un téléphone de fonction, ce qu’un peu partout on sait dès qu’on arrive dans une nouvelle boîte !

      Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    Zumbi, l’objet de mon propos portait sur les sénatoriales, où les vendeurs de voix communistes et Bruno gilles en tête passent pour encaisser.
    Cette maison de retraite dorée apporte le bonheur tout les six ans par tiers et leur offre la petite mallette avec la cocarde. Cea le vaut bien pour renier ses convictions profondes

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire