Un marchand de sommeil condamné à de la prison ferme à Cassis

Ferme
Bref
Benoît Gilles
12 Oct 2018 2

Le retraité s’obstinait à louer un local en sous-sol, impropre à l’habitation, en dépit d’une première condamnation pénale pour les mêmes faits. La Marseillaise était présente à son procès où ce Cassidain a écopé de trois mois de prison ferme. Le jeune employé de restaurant qui vivait avec sa compagne dans ce sous-sol, entre le local à vélo, la chaufferie et le local à poubelles, a failli périr dans un incendie d’origine électrique. En 2006, déjà, un agent de l’État était venu constater l’indignité de ce taudis n’offrant qu’1 mètre 98 sous plafond en précisant qu’il ne pouvait “être mis à disposition aux fins d’habitations, ni à titre onéreux, ni gratuit”.

Paul Fabre a été condamné à deux mois de sursis en 2012 pour avoir persisté à le faire. Ce sursis est tombé lundi suite à une seconde condamnation pour les mêmes faits. Circonstances aggravantes, le propriétaire a fait pression sur son locataire pour qu’il renonce à se présenter comme locataire. Le procureur Lagier a décrit à la barre “un individu particulièrement avide d’argent, faisant fi de la loi à deux reprises en mettant en danger son locataire”. Le tribunal a assorti la peine de prison ferme de 5000 euros de dommages et intérêts.

Source : La Marseillaise

A la une

Euroméditerranée se projette jusqu’en 2030, avec de nombreuses zones d’ombre
Il est de ces documents complexes aux nombreux acronymes qui découragent d'y plonger le nez. C'est le cas du "Protocole-cadre de partenariat n°V pour l'extension...
L’annulation du conseil municipal repousse encore le débat politique sur le mal-logement
Il y aura bien un rassemblement devant la salle du conseil municipal ce lundi matin. Mais celle-ci demeurera vide. Ce dimanche, le maire de...
Les habitants de Bel horizon craignent de voir leur tour disparaître
Les gilets jaunes flottent aux fenêtres et balcons de cette grande tour inélégante qui sert de fanal de l'entrée de ville, entre Saint-Lazare et...
Le stadium d’athlétisme Miramas, 22 millions d’euros mais pas de projets
Si vous êtes au village de marques, vous n’avez qu’à traverser la rue. C’est à Miramas, dans une zone moitié résidentielle moitié en friche,...
Centre commercial mort né, Bleu Capelette se réincarne en quartier de ville
Ce n'est pas encore un acte de renaissance, comme une première pierre avec élus, écharpes et sourires posés, mais cela y ressemble tout de...
Pour les évacués de la rue d’Aubagne, un retour espéré mais sans calendrier
Rue d'Aubagne. Plusieurs riverains, valises vides en mains, sont escortés par les pompiers vers leurs logements. Sans avoir de date de retour, les habitants de...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. corsaire vertcorsaire vert

    j’espère que le locataire a obtenu d’être relogé décemment !

    Signaler
  2. PromeneurIndignéPromeneurIndigné

    Bien mais c’est un début car c’est du menu fretin. Les gros poissons, jusqu’ici, crèvent les mailles des filets.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire