Un journaliste de la Marseillaise voit son téléphone détruit par un policier

Violence
Bref
le 3 Mai 2019
3

Mercredi 1er mai, un journaliste de La Marseillaise, Amaury Baqué, filme au téléphone des gilets jaunes qui, selon le quotidien, « encaissent des coups portés par des policiers casqués en tenue anti-émeute ». Un autre policier tout aussi casqué surgit derrière lui et frappe sa main « pour éjecter le téléphone portable ». L’appareil se brise. Amaury Baqué met en avant son statut de journaliste. Sans un mot d’excuse ou d’explication, les policiers s’éloignent.  D’autres manifestants ont le temps d’immortaliser la scène en détail sur leurs portables.

La direction du quotidien condamne cette entrave au travail journalistique et « ce type de comportements qui déshonore les forces de l’ordre ». Un courrier au préfet de police reprend cette position.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. petitvelo petitvelo

    L’omerta est effectivement une valeur mafieuse incompatible avec l’exercice d’une violence légitime.

    Signaler
  2. petitvelo petitvelo

    Spéciale dédicace aux gilets jaunes anti-journalistes

    Signaler
  3. barbapapa barbapapa

    « en marge », « en marge », « en marge », « en marge », « en marge », « en marge », « en marge », « en marge », « en marge » désolé, mais l’expression devient obsédante chez les journalistes, et si Marsactu s’y met aussi…

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire