Un conseiller régional proche de Renaud Muselier copropriétaire du n°65, rue d’Aubagne

Copro
Bref
le 13 Nov 2018
16

Alors que l’enquête menée par le parquet sur l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne, avec des perquisitions dans les services de la Ville ce mardi matin, Le Monde se penche sur les différentes expertises menées sur les bâtiments. Et révèle au passage que parmi les copropriétaires du 65, rue d’Aubagne, un des deux premiers immeubles à s’être effondré, se trouve le conseiller régional LR Xavier Cachard.

Cet avocat très proche de Renaud Muselier et de Bruno Gilles explique ainsi avoir fait tous les travaux demandés : “Qu’est-ce que j’aurais pu faire de plus ? Je me pose la question depuis une semaine et la réponse, c’est malheureusement : rien”. L’élu assure au quotidien du soir être “dévasté par le drame”. Il était très investi dans la copropriété puisque il était aussi l’avocat de celle-ci. “Je ne peux pas imaginer que l’immeuble va s’effondrer si deux experts ne le disent pas. Dans le cas contraire, il y aurait eu un arrêté de péril imminent et le relogement aurait été fait. C’est ce que j’ai dit aux enquêteurs”.

Le Monde détaille en effet le ballet de visites qui avaient eu lieu dans la rue au cours des dernières semaines : l’expertise datée du 18 octobre qui avait mené à la prise d’un arrêté de péril imminent et à l’évacuation des familles le temps d’une journée. mais aussi une visite datée du 25 octobre qui a réuni les représentants des trois immeubles mitoyens dans le cadre d’une procédure judiciaire en cours. Enfin, une expertise rendue le 27 septembre dernier, cité par le journal, pointait comme “cause des désordres” la “présence d’eaux usées en cave sous forme d’une flaque permanente”. Un foisonnement d’éléments que les enquêteurs auront la lourde charge de démêler.

Actualisation : en soirée le 13 novembre, Xavier Cachard affirme avoir présenté sa démission à Renaud Muselier qui aurait choisi de “réserver sa décision en attendant celle de la justice”.

Source : Le Monde

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. FromNow FromNow

    Pas seulement conseiller régional, VICE-PRESIDENT ET AVOCAT DU SYNDIC MIS EN CAUSE

    Signaler
    • Regard Regard

      Jusqu’à preuve du contraire, que la justice déterminera, le syndic n’est pas mis en cause !!!!
      Tournons nous plutôt vers les « experts » qui délivrent des autorisations d’habiter dans des immeubles qui s’avèrent non habitables !

      Signaler
    • ISJ ISJ

      Et alors ???? Personnellement, je le connais et dieu sait si nous ne sommes pas du même bord politique.. Ç est un homme honnête , droit , bienveillant et surtout JUSTE , désintéressé et bon. Quand je le sollicite pour aider une personne en justice , il le fait .. quand il faut aider en fait et non en mot une cause humaine, il,le fait aussi sans se mette en avant .,donc avant de le juger , attendez

      Signaler
  2. Regard Regard

    Cela démontre bien que cet immeuble était géré

    Signaler
  3. Regard Regard

    Cela démontre bien que cet immeuble était géré avec un suivi rigoureux.
    Accuser sans preuve de présence de marchands de sommeil risque de faire fuir les investisseurs qui parient sur le centre ville, laissant ainsi la place …à ces marchands de sommeil !!

    Signaler
  4. FromNow FromNow

    Trop bien rodées et réactives pour être honnêtes ces réponses, cher “Regard”

    Signaler
    • Regard Regard

      Merci du compliment !!:)
      Que je vous retourne !

      Signaler
    • Regard Regard

      Je n’ai pas besoin de me roder pour être réactif ….
      et si être réactif, c’est être malhonnête, vous avez une conception du débat bizarre !

      Signaler
    • ISJ ISJ

      Alors lisez les miennes … et après jugez ..

      Signaler
  5. barbapapa barbapapa

    Un copropriétaire avocat de la copro, avocat du syndic, avocat du président de la Région, vice président de la région, et des experts anormalement bien peu experts ou sous pression ? on aimerait vraiment que ce ne soit pas ça, mais les vérifications vont légitimement s’imposer aux enquêteurs

    Signaler
    • Regard Regard

      Tout à fait !
      Attendons les résultats de l’enquête qui nous apprendra les responsabilités

      Signaler
  6. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Il faudrait choisir des experts hors du ressort de la Cour d’Appel d’Aix … à Lyon par exemple

    Signaler
  7. carabosse carabosse

    Oui il faudrait choisir des experts et des juges hors de la Cour d’Appel d’Aix-en -Provence,des syndics,marchands de bien,politiques hors de Marseille…et encore,il y a des francs-maçons partout,même si Marseille bat des records paraît-il..
    Et les morts de la rue d’Aubagne?Incident de parcours ou dommage inévitable?C’est gênant pour les affaires,tout est tellement bien rôdé…

    Signaler
  8. Manipulite Manipulite

    Les liens fournis par “Un électeur du 9ème” et “Jean Peuplus” sont éloquents sur la garde rapprochée de Muselier qui l’a suivi au Conseil régional PACA depuis 2017.
    Le sieur Cachard est propriétaire d’un appartement dans l’immeuble effondré de la rue d’Aubagne et avocat du syndic de l’immeuble en cause, Vice-Président du Conseil régional et Président de la puissante Commission d’Appel d’Offres de la Région…
    L’ancien Directeur de Marseille Provence Habitat, ami et collaborateur de Muselier dont il est question dans l’article de Libé cité par “Jean Peuplus”, est aujourd’hui Directeur général adjoint au Conseil régional PACA en charge des finances , des ressources humaines de l’informatique des moyens et…des marchés publics.
    Ce dernier vient de recruter comme directrice de finances, une ancienne de …Marseille Provence Habitat .Et d’autres embauches à l’avenant…
    Vous suivez toujours ?
    Pendant ce temps, le Service Habitat et cohésion sociale de la Région a été liquidé par le nouveau directeur général des services du Conseil régional ,embauché par Muselier car il a été son chef de cabinet lorsqu’il était secrétaire d’état à l’ombre de Villepin.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire