Le préfet signe l’autorisation d’exploiter de la “bio-raffinerie” Total de la Mède

HUILES
Bref
Julie Le Mest
16 Mai 2018 0

Le préfet des Bouches-du-Rhône a signé ce mercredi l’autorisation d’exploiter de la “bio-raffinerie” de Total la Mède, qui traitera jusqu’à 650 000 tonnes d’huiles par an pour fabriquer du biocarburant. Si la reconversion de l’ancienne raffinerie de pétrole permet de maintenir 250 emplois sur le site, fermé depuis 2015, deux ONG avaient dénoncé une porte ouverte à l’importation massive d’huile de palme, cause majeure de déforestation en Asie du Sud-Est. Les protestations sont parvenues jusqu’aux oreilles du ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, qui a déclaré, au micro de BFMTV/RMC, poser ses conditions à l’ouverture : “Je leur demande, j’ai eu (le PDG de Total, Patrick) Pouyanné, de réduire au maximum l’utilisation d’huile de palme (…) et d’essayer d’année en année de réduire la part d’huile de palme et d’augmenter la part d’huiles usagées.

Comme l’avait détaillé Marsactu, cette idée figurait dans le projet d’arrêté d’exploitation, mais sans cadre précis si ce n’est le plafond initial de 450 000 tonnes par an d’huiles végétales brutes (parmi lesquelles l’huile de palme). Dans un communiqué de presse, Total  annonce qu’il “a décidé de s’engager dans une démarche de progrès continu et prend l’engagement de limiter l’approvisionnement en huile de palme brute à un volume inférieur à 50 % (…) soit au plus 300 000 tonnes par an.” Nous n’avons pas réussi à obtenir confirmation que cet “engagement” est repris noir sur blanc dans l’arrêté signé par le préfet.

Pas convaincue, l’ONG Greenpeace France a taclé la stratégie du ministre par la voix de son chargé de campagne Forêts Clément Sénéchal : “[Nicolas Hulot] se félicite d’avoir “encadré” l’utilisation d’huile de palme à La Mède alors qu’il n’a en réalité pu imposer aucune contrainte à Total sur l’approvisionnement de son site en huile de palme”, estime-t-il.


A la une

Évacuations : 31 familles définitivement relogées, 1 131 personnes toujours à l’hôtel
"Ils ne veulent voir qu'une ou deux personnes alors on n'y va pas. On attend ensemble dans le hall et on pose nos questions...
[C’est mon data] Où sont les 22 000 hectares de terres agricoles bétonnées depuis 25 ans ?
Prenez une carte de Marseille. Enlevez quand même un petit bout du massif des calanques. Vous avez une idée de la surface de terres...
Jean-Noël Consalès : “90% du maraîchage de la métropole est consommé à l’extérieur “
Rarement le contenu de nos assiettes a autant servi de miroir à notre civilisation. La qualité de ce qu'on mange, comment et où ces...
La marina fantôme cachée derrière le hangar J1
Derrière le projet du hangar J1, il y a un loup voire, vu le contexte marin, un requin. La métaphore animale est de rigueur...
Romain Capdepon : “Dans les réseaux, on voit d’abord les minots mais sans rien savoir d’eux”
Pour les "Minots" dont parle Romain Capdepon, il y a, au commencement, l'espoir de côtoyer un "destin social acceptable". Le premier livre du chef de rubrique...
BG
Plan d’urbanisme : “Il y a une volonté politique latente d’embourgeoiser le centre-ville”
Depuis ce lundi et jusqu'au 4 mars prochain, la métropole soumet à enquête publique l'un des documents clefs du développement des 18 communes qui...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire