Le préfet signe l’autorisation d’exploiter de la « bio-raffinerie » Total de la Mède

HUILES
Bref
Julie Le Mest
16 Mai 2018 0

Le préfet des Bouches-du-Rhône a signé ce mercredi l’autorisation d’exploiter de la « bio-raffinerie » de Total la Mède, qui traitera jusqu’à 650 000 tonnes d’huiles par an pour fabriquer du biocarburant. Si la reconversion de l’ancienne raffinerie de pétrole permet de maintenir 250 emplois sur le site, fermé depuis 2015, deux ONG avaient dénoncé une porte ouverte à l’importation massive d’huile de palme, cause majeure de déforestation en Asie du Sud-Est. Les protestations sont parvenues jusqu’aux oreilles du ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, qui a déclaré, au micro de BFMTV/RMC, poser ses conditions à l’ouverture : « Je leur demande, j’ai eu (le PDG de Total, Patrick) Pouyanné, de réduire au maximum l’utilisation d’huile de palme (…) et d’essayer d’année en année de réduire la part d’huile de palme et d’augmenter la part d’huiles usagées. »

Comme l’avait détaillé Marsactu, cette idée figurait dans le projet d’arrêté d’exploitation, mais sans cadre précis si ce n’est le plafond initial de 450 000 tonnes par an d’huiles végétales brutes (parmi lesquelles l’huile de palme). Dans un communiqué de presse, Total  annonce qu’il « a décidé de s’engager dans une démarche de progrès continu et prend l’engagement de limiter l’approvisionnement en huile de palme brute à un volume inférieur à 50 % (…) soit au plus 300 000 tonnes par an. » Nous n’avons pas réussi à obtenir confirmation que cet « engagement » est repris noir sur blanc dans l’arrêté signé par le préfet.

Pas convaincue, l’ONG Greenpeace France a taclé la stratégie du ministre par la voix de son chargé de campagne Forêts Clément Sénéchal : « [Nicolas Hulot] se félicite d’avoir “encadré” l’utilisation d’huile de palme à La Mède alors qu’il n’a en réalité pu imposer aucune contrainte à Total sur l’approvisionnement de son site en huile de palme », estime-t-il.

0
commentaires

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire