Promises de longue date, des toilettes publiques arrivent en renfort à Marseille

WC
Bref
Nahomy Beuchet Carrera
21 Août 2019 3

La première était arrivée en fin d’année dernière, près de la Major (2e). Une demi-douzaine de toilettes publiques nouvelle génération sont aujourd’hui installées dans le centre-ville, notamment à l’hôtel de ville, la gare Saint-Charles ou encore au Centre Bourse, liste La Marseillaise. De quoi atteindre le nombre encore faible de 15, en tenant compte des anciennes sanisettes, souvent sujettes à des pannes.

Face au manque chronique depuis plusieurs années et après que la mairie a envisagé la piste des toilettes payantes, c’est la métropole qui a pris le relais en 2017. En douceur, les promesses d’ouverture étant régulièrement décalées et revues à la baisse. Pour justifier le retard, Monique Cordier, vice-présidente du conseil de territoire en charge de la propreté, évoque les discussions « longues et contraignantes pour valider les emplacements entre les études techniques et les autorisations des architectes des Bâtiments de France ».

Moins sensibles architecturalement, le parc Chanot, le palais des Sports et des plages en seront prochainement munies. Soixante toilettes sont toujours attendues d’ici 2022, donc 24 à la fin de l’année 2019, un chiffre qui reste en-deçà de villes comme Paris ou Lyon qui en comptent respectivement 400 et 150.

Source : La Marseillaise

A la une

Renvoyé en correctionnelle, le militant Kevin Vacher dénonce une décision « politique »
Épuisé mais soulagé. Le militant du collectif du 5 novembre, Kévin Vacher est sorti du palais de justice après plus de 28 heures de...
Marseille, bonne élève de la lutte contre les trafics de stupéfiants ? Pas si sûr
Mardi, trois ministres et un secrétaire d'État "descendaient" à Marseille, annoncés à la dernière minute, pour présenter le nouveau plan national de lutte contre...
La relance accélérée du PPP des écoles paraît mal engagée
En février dernier, le tribunal administratif décidait d'annuler la délibération actant le recours au PPP, partenariat public privé à un milliard d'euros, pour la...
Le cas Benoît Payan, point de crispation de l’union de la gauche marseillaise
Tout occupé à son union inédite et nourrie d'horizontalité, le mouvement pour un "rassemblement inédit" de la gauche se détourne pour le moment de...
Les dossiers chauds du conseil municipal du 16 septembre 2019
D'abord la foire de Marseille, fin septembre, puis la rentrée politique. Depuis vingt ans, le rituel est quasi immuable avec seulement deux conseils municipaux...
Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. BrallaisseBrallaisse

    Dans cette affaire , ce qui est remarquable ce n’est pas tant le retard dans la mise en place des équipements en question, je dirais même que ce retard est consubstantiel à la ville de Marseille, mais plutôt dans la réponse de madame Cordier : »les contraintes sont longues et contraignantes pour valider les emplacements entre les études techniques et les autorisations des architectes des Bâtiments de France « . C’est bien donc la faute des autres. Sans faire de la psychologie de comptoir , cette attitude relève en général de deux explications: C’est pas moi , c’est l’autre car je ne veux pas décevoir mon papa, ma maman ou mon supérieur hiérarchique . C’est pas moi , c’est l’autre relève d’une fragilité narcissique, d’un manque de confiance en soi.
    Dans les deux cas l’on n’assume pas. Courage et politique devraient aller de pair , à Marseille nous en sommes très , très loin. Mais cela nous le savions déjà.

    Signaler
    • Electeur du 8eElecteur du 8e

      Pour que les architectes des Bâtiments de France soient si pointilleux à Marseille et si peu à Paris ou à Lyon, il faut croire que l’intégralité du centre-ville ici est classée monument historique : chacun connaît en effet la richesse du patrimoine historique marseillais, soigneusement conservé à travers les siècles depuis 2600 ans…

      Vous avez raison, @Brallaisse, tout ce qui fonctionne mal dans cette ville, c’est à cause des autres. Et tout ce qui fonctionne bien, c’est grâce à la qualité de l’équipe municipale. Malheureusement, pas grand chose ne fonctionne bien…

      Signaler
  2. ALIBIALIBI

    Promesse, oui, promesse,
    Pour nos jolies fesses
    De s’asseoir enfin
    Sur leurs trônes d’or fin
    Rêvant de sardines
    Et puis de badine
    Clignant nos deux yeux
    Sous un ciel trop bleu
    Promesse, oui, promesse
    Tu nous tiens en laisse

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire