La cour d’appel rouvre l’enquête sur le chauffeur qui avait forcé un barrage CGT

Rembobinage
Bref
Julien Vinzent_
15 Juin 2017 4

La cour d’appel d’Aix-en-Provence va rembobiner le dossier du chauffeur de poids-lourd qui avait blessé trois personnes en mai 2016 lors d’une manifestation contre la loi travail, en forçant un barrage de la CGT, à Vitrolles. Lors de l’audience en première instance, la présidente avait fait des déclarations hostiles aux manifestants, qualifiés de « foule folle et avinée ». Le procès s’était conclu par une relaxe des faits de violence avec arme par destination et blessures involontaires.

« Il a forcé le barrage et aucun élément du dossier ne permet de dire qu’il se sentait en danger de façon suffisante pour le forcer », a estimé mercredi l’avocat général, selon le compte-rendu de La Marseillaise. La cour d’appel a ordonné un supplément d’information, notamment pour entendre Abdelmajid Kalai, qui a eu les jambes écrasées par le semi-remorque. Le procès est donc renvoyé au 5 mars 2018.

4
commentaires
Source : La Marseillaise

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...
  1. leravidemiloleravidemilo

    Il était grand temps que la cour d’appel revienne sur ce scandale de la relaxe, nombre de citoyens se posant la question de savoir qui, dans ces histoires, était « folle et avinée », et n’y comprenant plus rien. Pour ce que j’y comprends, il serait temps également que le parquet soit rendu indépendant de l’exécutif, puisque sauf erreur de ma part, ce n’est pas lui qui avait fait appel…
    Moralisez, moralisez, mais concernant la confiance en la justice de notre pays, ça a fait pchiittt !

    Signaler
    • VitroPhilVitroPhil

      Bien, évidement la réouverture du dossier n’est que justice.

      Maintenant celle-ci est rendue par des femmes et des hommes qui sont donc faillibles. C’est bien pour cela qu’existent les cours d’appel et de cassation.
      Ces failles humaines ne doivent pas discréditer l’institution.

      Et comme vous le dites en l’espèce on peut s’interroger sur l’état d’esprit de la cour de première instance.

      Signaler
  2. ptit-marinptit-marin

    allez, un cadeau de + à la cgt!!
    juste histoire de calmer les esprits…

    pauvre justice!!!

    droit de grève oui, blocage non, jamais!!

    Signaler
    • AssedixAssedix

      Un cadeau?
      fait à la CGT??
      Pauvre justice parce qu’elle décide de rouvrir une enquête (pour rendre une décision plus juste)???
      Vous êtes sûr de commenter le bon article????

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire