La cour d’appel rouvre l’enquête sur le chauffeur qui avait forcé un barrage CGT

Rembobinage
Bref
Julien Vinzent
15 juin 2017 4

La cour d’appel d’Aix-en-Provence va rembobiner le dossier du chauffeur de poids-lourd qui avait blessé trois personnes en mai 2016 lors d’une manifestation contre la loi travail, en forçant un barrage de la CGT, à Vitrolles. Lors de l’audience en première instance, la présidente avait fait des déclarations hostiles aux manifestants, qualifiés de « foule folle et avinée ». Le procès s’était conclu par une relaxe des faits de violence avec arme par destination et blessures involontaires.

« Il a forcé le barrage et aucun élément du dossier ne permet de dire qu’il se sentait en danger de façon suffisante pour le forcer », a estimé mercredi l’avocat général, selon le compte-rendu de La Marseillaise. La cour d’appel a ordonné un supplément d’information, notamment pour entendre Abdelmajid Kalai, qui a eu les jambes écrasées par le semi-remorque. Le procès est donc renvoyé au 5 mars 2018.

4
commentaires
Source : La Marseillaise

A la une

9 heures. Le Freedom of the seas vient tout juste de s'amarrer au quai du terminal de croisières, tout au nord du port de Marseille....

Marsactu vous propose de profiter de l'été avec quatre séries. Pour "questions de confiance", nous avons interrogé quatre députés des Bouches-du-Rhône, toutes tendances confondues, sur la transparence et la probité. Nos "petites histoires de résidences fermées" sondent cet urbanisme qui interroge notre manière de voisiner. "Diogène", c'est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d’être enseveli sous les déchets. Enfin, "dans le sillage des croisiéristes", vous découvrirez ceux qui tentent de profiter du boom de ce secteur touristique à Marseille.

Interne au sein du service de géronto-psychiatrie de l'hôpital Valvert, Alexia Frison-Ramard a choisi le syndrome de Diogène comme sujet de thèse de doctorat. Pendant un...

Diogène est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d'être enseveli sous les déchets. Marsactu vous offre une plongée en trois épisodes à la découverte de ce syndrome qui hante nos rues. L'histoire commence dans un banal immeuble du 5e arrondissement. Une fuite d'eau amène les habitants sur la piste de la manie d'entassement de leur voisine et sur l'impasse institutionnelle et juridique pour tenter d'y mettre fin. Elle se poursuit avec le quotidien de Christophe Di Pietro dont l'entreprise est spécialisée dans le débarras de l'extrême : appartements encombrés de déchets ou de collections d'objets qui virent à la submersion. Enfin la psychiatre Alexia Frison-Ramard a choisi ce syndrome comme sujet de sa thèse de doctorat. Elle détaille le mode de prise en charge des patients âgés qui développent ces symptômes.

La série d’articles consacrée aux résidences fermées a été réalisée en partenariat avec une équipe de chercheurs du Laboratoire population environnement développement (LPED) de...

Personne n'est venu ce vendredi au tribunal administratif pour représenter les sociétés du groupe SMA, pas plus Alexandre Guérini, son fondateur, que son principal...
  1. leravidemilo leravidemilo

    Il était grand temps que la cour d’appel revienne sur ce scandale de la relaxe, nombre de citoyens se posant la question de savoir qui, dans ces histoires, était « folle et avinée », et n’y comprenant plus rien. Pour ce que j’y comprends, il serait temps également que le parquet soit rendu indépendant de l’exécutif, puisque sauf erreur de ma part, ce n’est pas lui qui avait fait appel…
    Moralisez, moralisez, mais concernant la confiance en la justice de notre pays, ça a fait pchiittt !

    Signaler
    • VitroPhil VitroPhil

      Bien, évidement la réouverture du dossier n’est que justice.

      Maintenant celle-ci est rendue par des femmes et des hommes qui sont donc faillibles. C’est bien pour cela qu’existent les cours d’appel et de cassation.
      Ces failles humaines ne doivent pas discréditer l’institution.

      Et comme vous le dites en l’espèce on peut s’interroger sur l’état d’esprit de la cour de première instance.

      Signaler
  2. ptit-marin ptit-marin

    allez, un cadeau de + à la cgt!!
    juste histoire de calmer les esprits…

    pauvre justice!!!

    droit de grève oui, blocage non, jamais!!

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Un cadeau?
      fait à la CGT??
      Pauvre justice parce qu’elle décide de rouvrir une enquête (pour rendre une décision plus juste)???
      Vous êtes sûr de commenter le bon article????

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire