La préfecture poursuit sa médiation mais le patron de MDT va vers la liquidation

Médiation
Bref
Benoît Gilles
20 avril 2017 0

Les salariés de MDT ont occupé pacifiquement le hall du groupe SNI durant plusieurs jours.

Plus se deux heures de réunion n’ont pas permis de déboucher sur une solution de sortie de crise. Hier, en préfecture, le dirigeant de la société Méditerranéenne de travaux (MDT) avait rendez-vous avec le groupe SNI pour le compte duquel il devait réhabiliter plusieurs immeubles du Panier dans le cadre d’un chantier financé par l’ANRU. Il estime que ce chantier a été mal préparé par le groupe de logement social. La réunion avait pour but de trouver une sortie de crise et éviter la liquidation de l’entreprise. Pour l’heure rien n’indique que cette issue positive pourra être trouvée. Les salariés qui avaient lancé un mouvement de protestation devant le siège de la SNI ont également été reçus.

« La SNI continue de considérer cela comme un problème commercial, explique Marc Dani, le gérant de MDT. Or, il s’agit d’un problème social car des salariés sont concernés par une fermeture toujours plus probable. C’est aussi un problème politique puisqu’il s’agit d’un projet financé par l’agence nationale de rénovation urbaine. » Le gérant a annoncé avoir déclaré sa société en cessation de paiement auprès du tribunal de commerce qui examinera son cas jeudi prochain. « Dans cette situation, il n’y a pas de redressement possible. On va vers la liquidation », poursuit-il. Du côté du groupe SNI sud-est, le directeur Pierre Fournon persiste : « Les échanges ont montré qu’il y avait une grosse difficulté de l’entreprise [MDT, ndlr] dans la façon dont elle a abordée ce chantier ».

Il se dit tout de même attentif à la position de la préfecture qui suit de près les dossiers de rénovation urbaine. Celle-ci a indiqué à Marsactu qu’elle poursuivrait son action de médiation.

0
commentaires

A la une

Interne au sein du service de géronto-psychiatrie de l'hôpital Valvert, Alexia Frison-Ramard a choisi le syndrome de Diogène comme sujet de thèse de doctorat. Pendant un...

Diogène est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d'être enseveli sous les déchets. Marsactu vous offre une plongée en trois épisodes à la découverte de ce syndrome qui hante nos rues. L'histoire commence dans un banal immeuble du 5e arrondissement. Une fuite d'eau amène les habitants sur la piste de la manie d'entassement de leur voisine et sur l'impasse institutionnelle et juridique pour tenter d'y mettre fin. Elle se poursuit avec le quotidien de Christophe Di Pietro dont l'entreprise est spécialisée dans le débarras de l'extrême : appartements encombrés de déchets ou de collections d'objets qui virent à la submersion. Enfin la psychiatre Alexia Frison-Ramard a choisi ce syndrome comme sujet de sa thèse de doctorat. Elle détaille le mode de prise en charge des patients âgés qui développent ces symptômes.

La série d’articles consacrée aux résidences fermées a été réalisée en partenariat avec une équipe de chercheurs du Laboratoire population environnement développement (LPED) de...

L'odeur vient comme un avertissement. L'immeuble est banal. Une copropriété du centre-ville de Marseille, sans grand luxe, ni marque d'indignité. L'ascenseur est capricieux. Mieux...

Personne n'est venu ce vendredi au tribunal administratif pour représenter les sociétés du groupe SMA, pas plus Alexandre Guérini, son fondateur, que son principal...

Dans la matinée du 10 mai dernier, un inspecteur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes se présente au...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire