La préfecture poursuit sa médiation mais le patron de MDT va vers la liquidation

Médiation
Bref
Benoît Gilles
20 Avr 2017 0

Les salariés de MDT ont occupé pacifiquement le hall du groupe SNI durant plusieurs jours.

Plus se deux heures de réunion n’ont pas permis de déboucher sur une solution de sortie de crise. Hier, en préfecture, le dirigeant de la société Méditerranéenne de travaux (MDT) avait rendez-vous avec le groupe SNI pour le compte duquel il devait réhabiliter plusieurs immeubles du Panier dans le cadre d’un chantier financé par l’ANRU. Il estime que ce chantier a été mal préparé par le groupe de logement social. La réunion avait pour but de trouver une sortie de crise et éviter la liquidation de l’entreprise. Pour l’heure rien n’indique que cette issue positive pourra être trouvée. Les salariés qui avaient lancé un mouvement de protestation devant le siège de la SNI ont également été reçus.

« La SNI continue de considérer cela comme un problème commercial, explique Marc Dani, le gérant de MDT. Or, il s’agit d’un problème social car des salariés sont concernés par une fermeture toujours plus probable. C’est aussi un problème politique puisqu’il s’agit d’un projet financé par l’agence nationale de rénovation urbaine. » Le gérant a annoncé avoir déclaré sa société en cessation de paiement auprès du tribunal de commerce qui examinera son cas jeudi prochain. « Dans cette situation, il n’y a pas de redressement possible. On va vers la liquidation », poursuit-il. Du côté du groupe SNI sud-est, le directeur Pierre Fournon persiste : « Les échanges ont montré qu’il y avait une grosse difficulté de l’entreprise [MDT, ndlr] dans la façon dont elle a abordée ce chantier ».

Il se dit tout de même attentif à la position de la préfecture qui suit de près les dossiers de rénovation urbaine. Celle-ci a indiqué à Marsactu qu’elle poursuivrait son action de médiation.

0
commentaires

A la une

Combat de coqs pour diriger la French Tech Aix Marseille

Un voyage aux États-Unis et des contrats plein les poches. Les entrepreneurs des 21 sociétés estampillées Aix-Marseille French tech (AMFT) sont encore un peu...

Treize espaces de lecture en danger, c’est la faute aux coupes...

Liquidation, tout doit disparaître. Il ne s'agit pas là d'une collection de la saison passée qu'on brade ou d'un commerce étranglé par les loyers,...

Des femmes journalistes de la Provence racontent leur « plafond de verre...

"Time's up !" C'est en reprenant le message de ralliement des actrices hollywoodiennes destinées à lutter contre le sexisme et le harcèlement dans le...

Qui pour diriger la RTM ?

Il a été nommé lorsque la communauté urbaine de Marseille était présidée par le socialiste Eugène Caselli, en 2008. Il a ensuite passé sans...

Le collège Rosa-Parks submergé par la violence ordinaire

Rafik n'est pas là pour illustrer quoi que ce soit, et pourtant, son attitude résume une atmosphère tendue. Le visage fermé, retenu par un...

La SNCF oblige ses usagers des quartiers Nord à circuler en...

"Ils voudraient accentuer la ghettoïsation, ils ne s'y prendraient pas autrement..." Mohamed Mourimoudou ne décolère pas. Enseignant en EPS au collège Elsa Triolet (15e)...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire