Martine Vassal sur l’habitat indigne : “On disait s’il-vous-plaît, maintenant on va imposer”

Virage
Bref
Julien Vinzent_
28 Nov 2018 3

“Avant on incitait, on demandait, on disait s’il vous plaît. Aujourd’hui on ne va plus faire ça, on va imposer.” Ce mercredi, la présidente de la métropole Martine Vassal présentait sa “stratégie” de lutte contre l’habitat indigne, placée sous le signe d’une contrainte plus forte exercée sur les marchands de sommeil, “les propriétaires voyous qui ont laissé leurs biens tomber en ruine”.

Au-delà des demandes adressées à l’État (un préfet et un vice-procureur dédié à ce sujet) et d’un chiffrage du budget total nécessaire (600 millions d’euros), elle a ainsi insisté sur les déclarations d’utilité publique, qui permettent à la métropole d’exproprier si nécessaire. Si de telles procédures sont en cours sur quelques immeubles du centre-ville, les dispositifs passés ont souvent fait la part belle à l’incitatif, sans résultats probants comme le pointaient plusieurs bilans (lire notre article). Martine Vassal tire ainsi en creux les leçons des échecs d’une ville et d’une intercommunalité au sein desquelles elle est élue depuis 2001.


A la une

Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...
Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. L.D.L.D.

    Eh oui, il aura fallu un drame pour réagir.

    Signaler
  2. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Martine Vassal, élue membre de la majorité municipale depuis bientôt 18 ans, a donc découvert il y a quelques semaines l’existence de la pollution de l’air à Marseille, et il y a quelques jours celle de l’habitat indigne.

    Que se passe-t-il pour qu’elle soit ainsi touchée par la grâce, après avoir vécu si longtemps à l’abri du monde, probablement dans une grotte au dessus de Callelongue ?

    Signaler
  3. petitvelopetitvelo

    L’Etat va-t’il lâcher le moindre centime s’il n’est pas aux commandes ?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire