L’ex députée PS Sylvie Andrieux purge sa peine avec un bracelet électronique

GPS
Bref
Julien Vinzent
19 avril 2017 3

La cour d’appel d’Aix-en-Provence n’y voyait pas d’objection et le juge d’application des peines l’a confirmé le 14 mars : condamnée à quatre ans de prison dont trois avec sursis pour détournement de fonds publics, l’ex députée PS Sylvie Andrieux purge la partie ferme de sa peine avec un bracelet électronique, rapporte La Marseillaise. Un boîtier modem a été placé au domicile de son choix, dont « elle ne peut s’éloigner d’une vingtaine de mètres en dehors des heures fixées dans l’ordonnance du juge. Elle est autorisée en journée à se rendre sur le port autonome travailler à la Société coopérative ouvrière de manutention (Socoma) dont elle est actionnaire. »

Le quotidien souligne qu’il ne s’agit pas d’un « dispositif pour VIP » puisque plus de 10 000 condamnés bénéficient de cet aménagement de peine, la (sur)population carcérale étant d’environ 70 000 personnes. Sylvie Andrieux a par ailleurs été forcée d’abandonner son mandat et doit rembourser, solidairement avec son ancien collaborateur Roland Balalas, plus de 700 000 euros au conseil régional, correspondant aux subventions versées à des associations fictives (lire notre dossier).

3
commentaires
Source : La Marseillaise

A la une

Interne au sein du service de géronto-psychiatrie de l'hôpital Valvert, Alexia Frison-Ramard a choisi le syndrome de Diogène comme sujet de thèse de doctorat. Pendant un...

Diogène est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d'être enseveli sous les déchets. Marsactu vous offre une plongée en trois épisodes à la découverte de ce syndrome qui hante nos rues. L'histoire commence dans un banal immeuble du 5e arrondissement. Une fuite d'eau amène les habitants sur la piste de la manie d'entassement de leur voisine et sur l'impasse institutionnelle et juridique pour tenter d'y mettre fin. Elle se poursuit avec le quotidien de Christophe Di Pietro dont l'entreprise est spécialisée dans le débarras de l'extrême : appartements encombrés de déchets ou de collections d'objets qui virent à la submersion. Enfin la psychiatre Alexia Frison-Ramard a choisi ce syndrome comme sujet de sa thèse de doctorat. Elle détaille le mode de prise en charge des patients âgés qui développent ces symptômes.

La série d’articles consacrée aux résidences fermées a été réalisée en partenariat avec une équipe de chercheurs du Laboratoire population environnement développement (LPED) de...

L'odeur vient comme un avertissement. L'immeuble est banal. Une copropriété du centre-ville de Marseille, sans grand luxe, ni marque d'indignité. L'ascenseur est capricieux. Mieux...

Personne n'est venu ce vendredi au tribunal administratif pour représenter les sociétés du groupe SMA, pas plus Alexandre Guérini, son fondateur, que son principal...

Dans la matinée du 10 mai dernier, un inspecteur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes se présente au...
  1. leravidemilo leravidemilo

    « Il ne s’agit pas d’un « dispositif pour V.I.P »puisque plus de 10 000 condamnés bénéficient de cet aménagement de peine, la (sur) population carcérale étant d’environ 70 000 personnes… ». Pour les prochaines campagnes électorales, il serait judicieux de vérifier si les baumettes et luynes sont abonnées à Marsactu et à la marseillaise, et dans le cas contraire d’y suppléer par le biais d’un fond de solidarité… Il n’y a pas de raisons, qu’en plus de leur peine, les détenus soient privés de rigolade.

    Signaler
    • julijo julijo

      je soutiens vivement la proposition d’abonnements !

      On va espérer quand même (avec toutes ces contraintes) qu’elle n’ait pas un boulot trop difficile : actionnaire de socoma….fatigant, non ! « la pôvre » !

      Signaler
  2. barbapapa barbapapa

    Gambettes super sexy pour fétichistes

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire