Les villes hors de la métropole veulent se fédérer pour peser dans le département

Résiste
Bref
Jean-Marie Leforestier
11 Jan 2018 1

Même la nouvelle députée La République en marche Monica Michel évoque « une usine à gaz institutionnelle ». Du PCF du maire d’Arles Hervé Schiavetti au parti Les Républicains du député Bernard Reynès, les élus des 29 communes qui ne font pas partie de la métropole Aix-Marseille Provence semblent en être bien contents. Dans Le Monde, ils témoignent cependant de leur volonté de s’organiser pour exister face au mastodonte des 92 communes.

« Nous pouvons nous inspirer du modèle du Rhône avec un “mini-département” qui chapeauterait trois intercommunalités. Ou proposer une solution plus audacieuse avec un seul établissement public de coopération intercommunale à statut particulier », explique Hervé Chérubini, le maire divers gauche de Saint-Rémy-de-Provence.
Le 18 décembre 2017, les élus réunis au sein du Pôle d’équilibre territorial et rural du pays d’Arles (PETR) ont lancé une étude pour préfigurer une intercommunalité qui coifferait les compétences du département. « Le président Macron et le Premier ministre ont ouvert la voie à des réflexions menées par les élus. Notre territoire a fait le pas de l’union, c’est la meilleure manière d’obtenir des choses », se réjouit Monica Michel.

1
commentaires
Source : Le Monde

A la une

Combat de coqs pour diriger la French Tech Aix Marseille

Un voyage aux États-Unis et des contrats plein les poches. Les entrepreneurs des 21 sociétés estampillées Aix-Marseille French tech (AMFT) sont encore un peu...

Treize espaces de lecture en danger, c’est la faute aux coupes...

Liquidation, tout doit disparaître. Il ne s'agit pas là d'une collection de la saison passée qu'on brade ou d'un commerce étranglé par les loyers,...

Des femmes journalistes de la Provence racontent leur « plafond de verre...

"Time's up !" C'est en reprenant le message de ralliement des actrices hollywoodiennes destinées à lutter contre le sexisme et le harcèlement dans le...

Qui pour diriger la RTM ?

Il a été nommé lorsque la communauté urbaine de Marseille était présidée par le socialiste Eugène Caselli, en 2008. Il a ensuite passé sans...

Le collège Rosa-Parks submergé par la violence ordinaire

Rafik n'est pas là pour illustrer quoi que ce soit, et pourtant, son attitude résume une atmosphère tendue. Le visage fermé, retenu par un...

La SNCF oblige ses usagers des quartiers Nord à circuler en...

"Ils voudraient accentuer la ghettoïsation, ils ne s'y prendraient pas autrement..." Mohamed Mourimoudou ne décolère pas. Enseignant en EPS au collège Elsa Triolet (15e)...
  1. MarsKaa MarsKaa

    oui, de la résistance, on en a bien besoin ! des alternatives, d’autres voix, d’autres façons de fonctionner, des pouvoirs locaux proches des citoyens.. et de la collaboration intercommunale pour le bien des administrés.
    surtout que tout ne soit pas noyé dans le marigot de la métropole gaudinesque.
    maintenez ou bâtissez svp des berges solides, tout autour, pour que l’on puisse s’y appuyer pour sortir, nous, du marécage !

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire