Les Baumettes 2, « prison low cost » pour l’observatoire international des prisons

Malfaçons
Bref
Benoît Gilles
14 Mai 2018 0

Depuis son ouverture, le centre pénitentiaire des Baumettes 2 peine à tenir les promesses d’une prison du XXIe siècle. Près d’un an après sa livraison, l’Observatoire international des prisons dénonce la surpopulation chronique des nouveaux bâtiments qui jouxtent les anciennes Baumettes. Surtout l’association répertorie un grand nombre de malfaçons qui empoisonnent la vie des détenues.

« Le principal défaut architectural semble lié à des infiltrations d’eau qui ont déjà créé de nombreux dégâts, explique l’organisation. Les jours de forte pluie, l’eau pénètre par certaines fenêtres et s’infiltre dans les toitures. Des taches d’humidité apparaissent sur les plafonds, de l’eau ruisselle sur certains murs, certaines pièces ont été inondées. Des bassines sont disposées çà et là, dans certains bureaux, à l’unité sanitaire, aux parloirs ». À cela s’ajoutent des problèmes chroniques d’eau chaude et des locaux inadaptés, notamment pour permettre l’accès aux soins et aux conseillers d’insertion et de probation.

0
commentaires

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire