Legré-Mante : “La Ville souhaite que le projet soit revu”

Distinguo
Bref
Julien Vinzent_
10 Jan 2017 1

Dans le cadre de notre article sur le démarrage des travaux pour la construction de six villas en contrebas de l’ancienne usine Legré-Mante, nous n’avions pas réussi à joindre la mairie de Marseille. Ce mardi, l’adjointe à l’urbanisme Laure-Agnès Caradec nous répond qu’elle n’avait pas été informée de ces travaux par le promoteur Océanis et n’a donc pas pu prévenir les riverains.

Sur le fond, elle ne s’oppose pas au chantier, “dont le permis de construire est valable et purgé de tout recours”. L’élue estime que “le vrai sujet c’est de revenir vers la population lorsqu’on aura construit un nouveau projet” pour le site même de l’usine, où 286 logements et 34 villas étaient prévus. Suite à l’annulation d’un permis de construire par le tribunal administratif, confirmée par la cour d’appel en octobre 2016, le promoteur a porté l’affaire devant le Conseil d’État, indique-t-elle.

Après avoir soutenu le projet pendant plusieurs années, “la Ville souhaite qu’il soit revu dans des dimensions beaucoup plus raisonnables, qui s’intégreraient dans l’esprit villageois et dans les contraintes paysagères du parc national des Calanques”.


A la une

La halte ferroviaire d’Arenc, cinq ans et puis s’en va
Au pied de la tour La Marseillaise, un panneau estampillé SNCF et une machine pour éditer des billets signalent la présence d'une voie unique...
À la Castellane, la rénovation prend forme mais bute toujours sur l’avenir du centre social
C'était au printemps 2016, la démolition d'une barre de logements à la Castellane était retardée pour cause de bras de fer politique autour de...
Enseignants et parents du collège Versailles refusent trois ans de cours dans un chantier
Ils n'étaient qu'une petite centaine mais ont fait beaucoup de bruit. Ce jeudi matin, parents d'élèves, professeurs et élèves du collège Versailles, dans le...
La marche contre les boues rouges lance l’année cruciale d’Alteo
La pression ne faiblit pas. Ce dimanche, trois associations organisent à Mange-Garri une "marche contre la pollution des boues rouges", à laquelle se joindra...
Joissains en appel : “Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République”
C'est un cri du cœur expulsé après près de cinq heures d'audience. "Ne m’assimilez pas à un certain nombre de voyous de la République...
La feuille de route du préfet Dartout pour une grande métropole d’Arles à Saint-Zacharie
Le document tant attendu par les élus est enfin arrivé. Le préfet des Bouches-du-Rhône vient de remettre ce mercredi au gouvernement son rapport sur la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Jean LucJean Luc

    Après avoir soutenu le projet pendant plusieurs années, « la Ville souhaite qu’il soit revu dans des dimensions beaucoup plus raisonnables, qui s’intégreraient dans l’esprit villageois et dans les contraintes paysagères du parc national des Calanques ».
    Savoureux…
    Effectivement, pourquoi ne pas avoir, dès le départ, été beaucoup plus raisonnable en refusant le permis de construire?
    Quels ont donc été les critères d’évaluation par la mairie à l’époque?
    La pollution du site était déjà largement connue, et les problèmes de congestion automobile dans le quartier également.
    Donc???

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire