Legré-Mante : « La Ville souhaite que le projet soit revu »

Distinguo
Bref
Julien Vinzent_
10 Jan 2017 1

Dans le cadre de notre article sur le démarrage des travaux pour la construction de six villas en contrebas de l’ancienne usine Legré-Mante, nous n’avions pas réussi à joindre la mairie de Marseille. Ce mardi, l’adjointe à l’urbanisme Laure-Agnès Caradec nous répond qu’elle n’avait pas été informée de ces travaux par le promoteur Océanis et n’a donc pas pu prévenir les riverains.

Sur le fond, elle ne s’oppose pas au chantier, « dont le permis de construire est valable et purgé de tout recours ». L’élue estime que « le vrai sujet c’est de revenir vers la population lorsqu’on aura construit un nouveau projet » pour le site même de l’usine, où 286 logements et 34 villas étaient prévus. Suite à l’annulation d’un permis de construire par le tribunal administratif, confirmée par la cour d’appel en octobre 2016, le promoteur a porté l’affaire devant le Conseil d’État, indique-t-elle.

Après avoir soutenu le projet pendant plusieurs années, « la Ville souhaite qu’il soit revu dans des dimensions beaucoup plus raisonnables, qui s’intégreraient dans l’esprit villageois et dans les contraintes paysagères du parc national des Calanques ».


A la une

Les dossiers chauds du conseil municipal du 16 septembre 2019
D'abord la foire de Marseille, fin septembre, puis la rentrée politique. Depuis vingt ans, le rituel est quasi immuable avec seulement deux conseils municipaux...
Soutenue par Jean-Claude Gaudin, Martine Vassal espère éviter la « guerre des droites »
Le secret de polichinelle n'en est plus un. Après plusieurs mois de faux suspens, Martine Vassal a annoncé sa candidature aux élections municipales, vendredi...
L’étrange évacuation des habitants du 36 rue Curiol
"La Fondation Abbé-Pierre aimerait avoir des explications de Marseille Habitat sur le cadre légal de l'expulsion du 36 rue Curiol." En quelques mots mesurés,...
Plombé par un chantier coûteux, Artplexe délaisse l’art et l’essai pour le cinéma commercial
Il est le cinéma censé amorcer le renouveau de la Canebière. Artplexe, dont les travaux font face au kiosque des Mobiles, s'écarte soudainement de...
Putsch et contre-putsch à l’UDE : lutte fratricide dans le parti de Madrolle et Bennahmias
Tempête dans un micro-parti. Alors que la semaine dernière, Christophe Madrolle annonçait son intention de se présenter aux municipales à Marseille, les tensions qui...
À Saint-Menet, le terrain de motocross sort discrètement de la piste
Le terrain de motocross de Saint-Menet continue de rater des rapports. Après les protestations des habitants de la Penne-sur-Huveaune, inquiets du bruit que l'activité...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Jean LucJean Luc

    Après avoir soutenu le projet pendant plusieurs années, « la Ville souhaite qu’il soit revu dans des dimensions beaucoup plus raisonnables, qui s’intégreraient dans l’esprit villageois et dans les contraintes paysagères du parc national des Calanques ».
    Savoureux…
    Effectivement, pourquoi ne pas avoir, dès le départ, été beaucoup plus raisonnable en refusant le permis de construire?
    Quels ont donc été les critères d’évaluation par la mairie à l’époque?
    La pollution du site était déjà largement connue, et les problèmes de congestion automobile dans le quartier également.
    Donc???

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire