L’écologiste Sophie Camard veut « convaincre les indécis » de voter Mélenchon

Conversion
Bref
Julien Vinzent
20 avril 2017 0

Sophie Camard et Jean-Marc Coppola. Lors des régionales de décembre 2015, c’était le binôme de l’alliance EELV – PCF baptisée Région coopérative. Ce jeudi, l’ex conseillère régionale écologiste avait invité son homologue communiste déjà acquis au candidat France insoumise pour annoncer son soutien à Jean-Luc Mélenchon. « Je veux m’adresser aux indécis, j’en ai fait un peu partie quand le candidat écologiste s’est retiré » au profit de Benoît Hamon, justifie-t-elle.

« C’est l’occasion de combiner vote de conviction et vote utile », avance-t-elle, à rebours de la plupart des élus locaux d’EELV. « C’est la première fois que je me dis que celui pour qui je vais voter au premier tour peut gagner », résume Agnès Freschel, ex-colistière et directrice du mensuel culturel Zibeline, venue appuyer la démarche comme Bernard Eynaud (militant de la Ligue des droits de l’Homme) et Samy Joshua (Ensemble).

Après l’accord entre les partis socialiste et écologiste, Sophie Camard avait déjà acté « la mort d’EELV ». Et précise aujourd’hui, sur une note plus optimiste : « EELV a terminé sa mission, qui était de porter l’écologie dans le champ politique. Aujourd’hui on la retrouve un peu partout. » Notamment chez Jean-Luc Mélenchon, « mais je ne suis toujours pas encartée France insoumise », sourit-elle. Les quatre autres présents autour de la table ne sont pas plus ralliés sous ce drapeau unique, ce qui n’est pas sans poser question pour les législatives.

0
commentaires

A la une

Interne au sein du service de géronto-psychiatrie de l'hôpital Valvert, Alexia Frison-Ramard a choisi le syndrome de Diogène comme sujet de thèse de doctorat. Pendant un...

Diogène est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d'être enseveli sous les déchets. Marsactu vous offre une plongée en trois épisodes à la découverte de ce syndrome qui hante nos rues. L'histoire commence dans un banal immeuble du 5e arrondissement. Une fuite d'eau amène les habitants sur la piste de la manie d'entassement de leur voisine et sur l'impasse institutionnelle et juridique pour tenter d'y mettre fin. Elle se poursuit avec le quotidien de Christophe Di Pietro dont l'entreprise est spécialisée dans le débarras de l'extrême : appartements encombrés de déchets ou de collections d'objets qui virent à la submersion. Enfin la psychiatre Alexia Frison-Ramard a choisi ce syndrome comme sujet de sa thèse de doctorat. Elle détaille le mode de prise en charge des patients âgés qui développent ces symptômes.

La série d’articles consacrée aux résidences fermées a été réalisée en partenariat avec une équipe de chercheurs du Laboratoire population environnement développement (LPED) de...

L'odeur vient comme un avertissement. L'immeuble est banal. Une copropriété du centre-ville de Marseille, sans grand luxe, ni marque d'indignité. L'ascenseur est capricieux. Mieux...

Personne n'est venu ce vendredi au tribunal administratif pour représenter les sociétés du groupe SMA, pas plus Alexandre Guérini, son fondateur, que son principal...

Dans la matinée du 10 mai dernier, un inspecteur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes se présente au...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire ou voir un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire