Le parc Borély ferme trois heures plus tôt faute de lampadaires

Couvre-feu
Bref
Benoît Gilles
8 Mar 2019 7

L’histoire est symbolique d’une absence manifeste de coordination. La Provence narre la mésaventure de sportifs du soir qui, depuis plusieurs jours, trouvent le parc Borély, clos dès 18 heures, trois heures avant la fermeture officielle. Ce couvre-feu intempestif trouve sa raison dans une suppression de l’ensemble des lampadaires “vieillissants” du parc, “pour des raisons de sécurité”, indique Monique Cordier, l’adjointe aux espaces verts.

En revanche, pour les voir remplacer, il faudra sans doute patienter. Le parc étant classé parmi les jardins remarquables, le mobilier urbain doit être choisi en coordination avec la direction régionale des affaires culturelles, un service de l’État. Le choix des lampadaires n’est toujours pas tranché, indique encore l’élue.

Source : La Provence

A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Jean PeuplusJean Peuplus

    C’est étrange comme les élus de cette ville avancent désormais depuis le drame de la rue d’Aubagne “des raisons de sécurité” pour masquer leurs défaillances et l’incompétence des services qu’ils ont mis en place.

    Signaler
  2. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Elle est trop facile , mais je ne peux m’en empêcher : ” et pourtant ce n’est pas faute d’avoir des lumières à la mairie !”

    Signaler
  3. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Le matériel roulant du métro doit prochainement être remplacé en raison de son âge. J’espère que les rames actuelles ne seront pas retirées du service, “pour des raisons de sécurité”, deux ou trois mois avant l’arrivée des nouvelles… Mais on ne peut pas totalement l’exclure…

    Signaler
  4. Phil from MarsPhil from Mars

    J’ai connu une mésaventure dans le même genre , un dimanche après midi vers 15h où les toilettes publiques derrière la guinguette étaient toutes verrouillées…
    Motif : Y a pas de femme de ménage aujourd’hui .
    A la question posée aux gardiens : Comment fait-on , je suis avec des personnes agées? Reponse : Qu’elles fassent comme tout le monde qu’elles aillent derrière un arbre….

    Signaler
  5. Phil from MarsPhil from Mars

    C’est vraiment une gestion catastrophique et cette Monique Cordier , est je crois le symbole de cette incurie.

    Signaler
  6. barbapapabarbapapa

    des incapables, des bras cassés, des bons à rien, des menfouti, des mains de pati, des cervelles, des tchapacans, des “employés de la mairie” (de Marseille)

    Signaler
  7. TaramaTarama

    Dans la parc du Ballet de l’opéra de Marseille, juste à côté (outre un nouvel immeuble construit dans la parc, si si), ils installent des lampadaires solaires-gadgets, et moches, mais moches… Et puis c’est en triplant leur nombre par rapport à l’existant. Le bon goût municipal en action.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire