Le Monde publie une tribune en faveur d’un plan anti-insalubrité d’envergure

Demande
Bref
Clara Martot
22 Nov 2018 8

Une lettre ouverte au ministre de la ville et du logement, Julien Denormandie, publiée dans le quotidien Le Monde, demande une concertation citoyenne sur le mal-logement à Marseille. Les signataires comptent l’eurodéputé José Bové, l’ancienne ministre Marie-Arlette Carlotti, le sociologue Laurent Mucchielli, l’économiste grec Yanis Varoufakis ou encore l’architecte Rudy Ricciotti. Ils exigent l’identification “des responsables de cette tragédie” et la prise de mesures pour éviter qu’un autre drame, semblable à celui du 5 novembre, n’arrive de nouveau.

Face à la “crise flagrante du logement” dont souffre le département, la tribune demande au ministre du logement et au préfet des Bouches-du-Rhône d’organiser une conférence citoyenne pour répondre à “l’urgence” de la situation. Cette dernière doit être sous le contrôle de la Commission nationale du débat public (CNDP). Elle tirera au sort un jury de citoyens qui seront formés à la question. Cette participation doit éviter, affirme la tribune, que les autorités publiques trouvent dans ce drame une “aubaine (…) pour poursuivre leur politique de gentrification et de chasse des “pauvres” du centre-ville.”

Une fois le jury formé, le débat public peut s’ouvrir dès le premier trimestre 2019, estiment les signataires. Cette concertation prendra part à un plan de type OIN (opération d’intérêt national), souhaitent-ils enfin.

Source : Le Monde

A la une

Le parquet financier perquisitionne la vieille garde pléthorique de Jean-Claude Gaudin
Le parquet national financier est de retour au château. Il y a quelques jours, des gendarmes ont opéré de nouvelles perquisitions à l'hôtel de...
Faute de dialogue, la grève des femmes de chambre de l’hôtel NH s’enlise
C'est le 43e jour de grève. L'entrée principale de l'hôtel NH Collection est habillée de confettis de papier journal. Un mot signé de l'établissement...
Nouvelle information judiciaire ouverte pour harcèlement à Lidl Rousset
L'affaire Sansonetti est devenue un symbole du mal-être au travail, depuis le suicide de ce technicien de maintenance, sur le site de Lidl à...
Déguisés en touristes, militants et délogés interpellent Martine Vassal sur son indifférence
Ils sont entrés discrètement, au compte-goutte, en chemises et petites robes chics, quand on les croise plus souvent en t-shirt et pantalon. Ce mercredi,...
Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. marseillaismarseillais

    Suivant qu’on lit Le Monde ou Libé, avec le même texte, la liste des signataires mise en évidence est sensiblement différente

    Signaler
  2. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Tant pis , je me jette à l’eau . Encore une conférence , une de plus. Il manque d’ailleurs Pierre ARDITI, Emmanuelle BEART et bien d’autres encore à la liste des participants.
    L’identification des responsables , faut être aveugles et sourds pour ne pas les connaître.
    Ya Basta.Il y a des mesures d’urgence à prendre et vite , les écoles , les logements sociaux vraiment trop peu nombreux, la sécurisation des immeubles, et nous discuterons après. Concernant le gentrification , encore un leurre. L’expérience de la rue de la République est édifiante, un échec total . Cette artère devait être le lieu de logement des cadres avec une animation commerçante tendance. Un bide total. Un de plus.
    Marseille est une ville pauvre, le centre ville est délabré et abandonné volontairement. La mairie s’imaginait attirer dans le centre ville des résidents à haut revenus. Une chimère de plus.
    Alors , rénovons Noailles, mêlons y des résidences étudiantes, conservons cette ambiance si sympa du marché dans un cadre sécurisé au niveau urbanistique. Que les habitants puissent habiter dans des lieux aux normes et sécurisés. Les moyens juridiques existent pour contraindre les récalcitrants à rénover.
    Que la mairie ou la métropole nettoient et entretiennent aussi ce secteur et cela sera pas mal et améliorera le quotidien.
    Mon propos ne concerne pas uniquement Noailles , bien entendu.
    Après , BOVE, CARLOTTI,VAROUFAKIS , RICCIOTTI et consorts iront se faire un séminaire à l’Intercontinental, si cela peut les occuper.

    Signaler
    • Malaguena/JeannineMalaguena/Jeannine

      république, et même le centre commercial du Prado c’est pas l’affluence Le centre ville il faut marcher les yeux en l’air, pour éviter les chutes diverses : balcon etc.. et les yeux rivés au sol pour ne pas chuter car ce se sont que trous, dalles non jointes voir saint ferréol rénové en 2013, la Canebière ou l’allée devant la préfecture et j’en passe. Et construction sur la Canebière d’un hôtel 4 ou plus!! et bien il faudra avoir envie. Cette ville est en déliquescence mais je reviens toujours à la même ancienne, on a les politiciens que l’on élit!!

      Signaler
  3. Félix WEYGANDFélix WEYGAND

    Antoine de Meria a raison. Tant mieux si le monde entier vient nous soutenir et encore mieux si l’opposition locale essaie (enfin ! je sais de quoi je parle, j’y ai siégé) de s’en servir comme d’un levier pour instaurer (enfin !) un rapport de force utile face à la majorité.
    Mais se réunir et se concerter, faire des études, établir un nouveau diagnostic et brasser encore plus d’air et de papier n’est pas très utile. On sait que :
    1°) Il y a à Marseille une pénurie terrible de logements décents à un prix abordables.
    2°) On peut dans le centre ville faire du neuf (là où ça s’écroule, là où il y a des friches) et du réhabilité en habitat social, en locatif et en accession pour des familles ; on peut également faire du logement étudiant (j’ai des étudiants qui logent rue d’Aubagne et dans les rues adjacentes et on n’oublie pas qu’une étudiante italienne en Erasmus à Marseille est morte sous les décombres). Vous voulez voir où ça existe, pas la peine d’aller loin : à Toulon ! J’imagine que les outils techniques, budgétaires et administratifs qui fonctionnent à Toulon doivent aussi fonctionner à Marseille !
    3°) On sait qu’il faut repousser la voiture, parce qu’on s’empoisonne en respirant et parce qu’il n’y a plus de place pour marcher sur les trottoirs (je préfère ne rien dire de marcher en tenant un enfant par la main ou avec une poussette). Vous voulez voir où ça existe ? Pareil : Toulon + Montpellier, Bordeaux…
    4°) On sait qu’il faut apaiser les relations humaines et rendre la ville accueillante et sûre, même la nuit même quand on est une femme seule que l’on porte un voile ou une minijupe. Vous voulez voir où ça existe ? Pareil + à peu près partout en Europe, du sud comme du nord.
    Donc pas la peine de faire des études, pas la peine de faire plus de droite ou plus de gauche, plus du sud ou plus du nord, pas la peine de chercher je ne sais quel particularisme marseillais, il suffit de faire pareil que tous les autres. Pour l’instant il ne s’agit pas de faire mieux, il ne s’agit pas de ne plus avoir de problème du tout… il s’agit seulement d’arrêter de faire pire et d’avoir simultanément le comble de tous les problèmes possibles.

    Signaler
    • ReuzeReuze

      Bien dit, rien à ajouter.

      Signaler
    • Electeur du 8eElecteur du 8e

      “Faire pareil que tous les autres” : beau slogan pour les prochaines municipales ! Et je suis sérieux en écrivant cela !

      Signaler
  4. barbapapabarbapapa

    On fait pareil que Ricciotti : on consolide, on surélève, on embellit avec une armée de turcs qu’on paye oblac, et à la fin on paye 3 figues d’amende et on rigole en descendant des litrons.
    Plaisanterie à part, oui le centre ville de Marseille serait mieux pareil qu’à Lyon, à Nice, à Barcelone, à Montpellier, à Toulouse, à Bordeaux, à Lille, à Rennes, comme partout chez les civilisés

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire