Lidl de nouveau condamné pour « faute inexcusable » après le suicide d’un de ses employés

Inexcusable
Bref
le 17 Jan 2020
1
L'entrepôt Lidl, aujourd'hui vide, où Yannick Sansonetti a mis fin à ses jours en 2015. (LC)

L'entrepôt Lidl, aujourd'hui vide, où Yannick Sansonetti a mis fin à ses jours en 2015. (LC)

La cour d’appel d’Aix-en-Provence a condamné l’enseigne Lidl pour « faute inexcusable », confirmant le jugement rendu en première instance, après le décès d’un de ses salariés de Rousset, annonce 20 Minutes. En mai 2015, Yannick Sansonetti, technicien de maintenance, avait mis fin à ses jours dans l’entrepôt dont il avait la charge. Lors de l’audience en appel en novembre dernier, Lidl avait tenté de démontrer qu’aucune alerte ne permettait de prédire le geste dramatique de son employé (lire notre compte-rendu d’audience).

Dans l’arrêt, que Marsactu a pu consulter, les juges de la cour d’appel n’ont pas retenu ces arguments et ont même approfondi le raisonnement déjà formulé dans le premier jugement. Ils affirment ainsi que Lidl appliquait à Rousset « une politique managériale fondée sur la pression et la dévalorisation du personnel » avec une « amplitude de travail journalière déraisonnable ». Concernant les signaux d’alerte, ils retiennent, au travers des différents témoignages et documents apportés par la famille du défunt qu’un an avant les faits, la direction régionale avait été informée de « 9 déclarations d’accident du travail pour crises d’angoisse, crises d’épilepsie et malaise ».

Alors que Lidl demandait, par la voix de son avocate, que la cour d’appel renonce à statuer jusqu’à la tenue d’un procès au pénal – dont la date est encore inconnue – la cour d’appel a confirmé l’entièreté du jugement, y compris les indemnités liées au préjudice moral pour sa compagne (35 000 euros), son fils (30 000 euros) et sa mère (25 000 euros).

Source : 20 Minutes Marseille

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. hyacinthe hyacinthe

    de plus, il faut signaler que la gestion de crise est importante lors d’un suicide au travail car cela peut s’avérer très traumatisant aussi pour les collaborateurs témoins , fortement touchés par un sentiment d’insécurité, d’épuisement professionnel pouvant augmenter les risques de dépression et de troubles psychosomatiques suite à un état post de stress post-traumatique : http://www.officiel-prevention.com/formation/formation-continue-a-la-securite/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=139&dossid=567

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire