L’avocat général Robert Gelli refuse le dépaysement de l’affaire Zineb Redouane

LOCAL
Bref
Jean-Marie Leforestier
3 Mai 2019 4

L’avocat général près la cour d’appel d’Aix-en-Provence Robert Gelli a rejeté ce jeudi la demande de l’avocat de la fille de Zineb Redouane de dépayser l’enquête sur la mort de l’octogénaire pour défaut “d’impartialité” des magistrats locaux. Cette femme est décédée à l’hôpital après avoir été touchée à sa fenêtre par une grenade lacrymogène lancée par des fonctionnaires de police en marge d’une manifestation contre l’habitat indigne.

Robert Gelli a indiqué dans un communiqué transmis à l’AFP “qu’aucun élément sérieux de nature à mettre en cause l’impartialité du magistrat instructeur saisi“. Il précise par ailleurs que “la mise en cause d’un fonctionnaire de police, dont on ignore à quel service il appartient – les faits ayant été commis dans le cadre d’une opération de maintien de l’ordre – n’est pas à elle seule de nature à justifier le renvoi à une autre juridiction”.

Source : AFP

A la une

Travailleuses détachées à Arles, elles ont lancé l’alerte contre le servage moderne
Yasmine et sa cousine K. grandissent à Tarragone, en Catalogne, bien loin de la plaine fertile du pays d'Arles. En 2011, la crise les...
Au 11 rue d’Aubagne, les locataires vivent dans l’inquiétude et sous les étais
"Je rêve régulièrement que je suis sous les gravats, et que ma fille me cherche." Depuis le 28 février 2018, Nadia Bechari habite Noailles,...
Drame de la rue d’Aubagne : comment la justice a avancé en six mois
Les trois juges travaillent dans la discrétion, patiemment. Ils recueillent un par un les éléments qui, dans plusieurs années, permettront à un procès de...
Enquête judiciaire sur les effondrements de la rue d’Aubagne : le rapport qui accuse
Il est une des pièces-clefs du dossier de Matthieu Grand, le juge d'instruction chargé de l'affaire de la rue d'Aubagne, avec ses deux collègues...
Un projet de décret met à mal la protection de la Sainte-Victoire et de la Nerthe
C'est un petit changement qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur le paysage des Bouches-du-Rhône et en premier lieu sur ses sites classés. Le...
Urbanisme : la métropole devra mettre du social dans son plan
La victoire se joue parfois dans les détails. La vice-présidente chargée de l'urbanisme, Laure-Agnès Caradec se réjouit d'un avis favorable "rendu à l'unanimité" des...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Un électeur du 9 èmeUn électeur du 9 ème

    Ce rejet est scandaleux et cette “justice”, corrompue, est aux ordres du pouvoir en place ! C’est comme si ce meurtre était déjà classé sans suite.

    Nous ne vivons pas réellement en République et ‘indépendance de la justice ne sera possible que par l’instauration de la République en France.

    Signaler
  2. julijojulijo

    On peut comprendre, cela restera “en famille”…..
    Mais dans le cadre d’une opération de maintien de l’ordre, il ne s’agit pas de trouver le lampiste qui tenait le lanceur de bombe lacrymo ou autre projectile….il s’agit de savoir qui a donné les ordres… et pourquoi ?!!

    Signaler
  3. neplusetaireneplusetaire

    IMPARTIALITE !!!!!! que dire, Je n’ai aucunement confiance. Pour avoir poursuivi en justice mon employeur avec un dossier en ma faveur je me suis vue condamnée par la justice. Au nom du peuple et par le peuple mais si le peuple savait …. sans nul doute, il désignera du doigt qui est la victime et qui est coupable!!!.juste en ayant connaissance du contenu du dossier et sans avoir fait d’études de droit….LA CONDAMNEE DES PRETOIRES

    Signaler
  4. PromeneurIndignéPromeneurIndigné

    Bien sur que le procureur a raison Il est plus facile d’identifier un lanceur de canette, car il porte un gilet jaune, qu’un tireur de grenades lacrymogène car il porte un gilet bleu marine (simple coïncidence)

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire