La région vote l’ouverture à la concurrence de la ligne ferroviaire Marseille-Nice

URGENT
Bref
le 13 Déc 2019
25
Un train express régional à la sortie de la gare Saint-Charles. Photo : Emilio Guzman.

Un train express régional à la sortie de la gare Saint-Charles. Photo : Emilio Guzman.

Il n’aura fallu que quelques jours à la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour profiter de la possibilité nouvelle d’ouvrir ses lignes de TER à la concurrence. La délégation de service public a été votée ce vendredi après-midi en séance plénière. “On a été la seule région à l’anticiper”, s’est félicité le vice-président aux transports Philippe Tabarot (LR). La SNCF devra donc défendre sa place face à des concurrents privés dans un appel d’offres portant sur la ligne Marseille – Toulon – Nice et l'”étoile ferroviaire” de Nice (qui regroupe trois lignes de la Côte d’Azur). Après la signature du contrat en juin 2021, l’éventuelle passation interviendrait fin 2022.

Il s’agit des liaisons déjà identifiées en début d’année, pour lesquelles des opérateurs comme Transdev ou encore la compagnie italienne Thello – qui opère déjà la ligne internationale Marseille – Milan avec des arrêts dans la plupart des gares – se sont dits intéressés. À la tribune, le président de région Renaud Muselier s’est défendu de toute “marche forcée”, rappelant le long historique depuis l’élection de Christian Estrosi en décembre 2015. “On veut pas vous chasser, on veut seulement payer le bon prix pour le bon service”, a-t-il lancé à l’adresse de la SNCF. “On va avoir des prix canons et des trains à l’heure, je vous le promet”, a-t-il clamé.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Jean-Marc COPPOLA Jean-Marc COPPOLA

    Comme en Grande-Bretagne la privatisation a amené des prix canons…en hausse et plus d’insécurité. Il n’y a que les libéraux qui jouent encore au petit train pour croire qu’avec l’ouverture à la concurrence ça ira mieux. La preuve par le fret, dont la grande gagnante est…la route !
    Et comme d’ici 2022 il y aura des élections régionales en 2021, le débat est ouvert et la bataille du rail sera vive

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Il est vrai que la Sncf est irréprochable dans la région et que les conclusions simplistes sont toujours dangereuses.
      En revanche cette mise en concurrence devrait être une bonne occasion pour que la Sncf se bouge et apporte un service qualitatif. Les contribuables ont quand même droit à un minimum

      Signaler
    • one live one live

      Dernier avatar vendredi, ter matinal avec une heure trente de retard, mais bof il y a greve…. et lachement abandonné à Marseille le soir.
      Quelle honte, pas de retour, taxi
      alors pire ca doit pas etre possible

      Signaler
  2. Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

    Renaud Muselier a jadis décroché le prix de l’humour politique pour avoir pris conscience de son inutilité : « Dominique de Villepin fait tout, et moi, le reste. »

    Je propose de lui décerner le prix spécial 2019 pour la promesse électorale intenable la plus audacieuse : avec lui “on va avoir des trains à l’heure”. Imbattable. Médaille d’or.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Cher Laurent vous êtes trop affirmatif sur ce coup, les gens qui vont travailler sur ce dossier so t d’êtres des peintres

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Expliquez-moi ? Je ne fais que moquer la promesse (à la fois vague et intenable) de “trains qui arrivent à l’heure” en pensant à Alphonse Allais. Mais peut-être allez vous m’apprendre que Muselier a tout prévu et qu’il peut nous garantir une ponctualité 100% sur toutes les lignes ? A moins que votre remarque soit faite au second degré (vous avez d’ailleurs écrit “les gens qui vont travailler sur ce dossier sont d’être des peintres” en oubliant le “loin” que l’on croit percevoir dans votre intention ?

      Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Cher Laurent vous êtes trop affirmatif sur ce coup. Les gens qui vont travailler sur ce dossier sont loin d’être des peintres

    Signaler
  4. leravidemilo leravidemilo

    Eh bien, je suis encore plus affirmatif que Laurent sur la chose. Si vous voulez avoir, dans quelques temps, l’exemple type d’une énorme cnnrie proclamée haut et fort par un des dirigeantissime qui nous échoient en PACA, notez la bien en face de votre bureau (ou dans les gogues, c’est pas mal) : “on va avoir des prix canons et des trains à l’heure”. Et cela sera, ultérieurement, un bon moyen d’apprentissage et d’édification. ça vaut à peu près un tweet de Trump, et encore nombre d’entre eux ne sont que des fusils à plusieurs coups, là y a qu’un. On pourrait penser là qu’il se fait encore plus démagogue, mais concernant Muselier, il nous faut envisager le pire, à savoir qu’il est bien capable de penser ce qu’il dit! Non content de vouloir être le premier à s’engouffrer dans la brèche, il avait fait publiquement un premier tour de piste il y a quelques temps, histoire de voir qui étaient potentiellement sur les rangs, et sur les quelques 6 ou 7 postulants était notamment apparu une société financière de Hong Kong. (Marsactu avait fait état de la chose). Vous imaginez le pouvoir d’un Muselier en cas de faillite de la dite société de là bas, et vous devez considérer qu’en cas de défaut de l’opérateur, une fois privatisée, il n’y a plus de garantie de service public puisque celui ci a déjà rejoint le néant.
    L’exemple anglais est très probant, dans lequel les prix ont fortement augmenté et le service (dont les horaires) se sont grandement détériorés. La procédure de re nationalisation de la west Coast, soit la ligne Londres- Glasgow la plus fréquentée du pays (on leur brade toujours le meilleur!) a d’ailleurs été enclenchée par le gouvernement conservateur de Caméron, vu la somme des dysfonctionnements et des mécontentements. Ce que nos média main stream ne vous racontent pas, c’est que les néo Libéraux anglais re nationalisent en mezzo voce et à tour de bras ce que la Tatcher avait privatisé, mais au cas par cas, toujours dans l’urgence, quand ils sont en faillite ou tout comme. La principale prison de Londres (qui tournait au bordel le plus complet attentatoire à la tranquillité des voisins…), les cantines scolaires de telle ville ( quand les enfants ne mangent plus depuis une semaine) ou telle ligne de chemin de fer quand elle fait faillite (pillée par ses actionnaires). La chose est tout à fait documentée et notamment par les émissions documentaires de France Culture (“entendes vous l’éco” et “L.S.D”.) Mais Muselier ne doit pas écouter France Culture mais plutôt les grandes gueules de rmc…).
    Le néo libéralisme d’aujourd’hui n’est surtout pas une école, plus une doctrine, mais un dogme pire que religieux; les” fous de dieux” y pullulent et bien évidement notre région damnée en recèle quelques uns. Bon nombre d’économistes tout ce qui a de plus capitalistes considèrent que c’est une vrai aberration de privatiser le rail, du point de vue même du profit, car ce qui compte ce n’est pas tant les trains, mais justement les rails, et la fréquence des flux; et malgré les progrès technologiques, ces flux ne seront pas quantitativement exponentiels (on n’est pas sur un câble internet ou dans la G5, si quelqu’un pouvait l’expliquer à Muselier ce serait pas mal)..
    C’est à peu près comme la plus grande entreprise privée U.S de fournitures d’électricité qui fit faillite du jour au lendemain (et pas dans le krach de 2007/8 non toute seule), emportant tout dans la tourmente, des abonnements et compteurs des usagers, à la retraite par capitalisation maison de ses dizaines de milliers de salariés!!! (désolé, j’ai oublié son nom). Z’avaient juste oubliés de considérer que l’électricité ne se stockant pas (à horizon technologique envisageable), ça serait quand même délicat de l’acheter à vil prix à l’instant T pour le vendre confortable à l’instant T1 (Un dogme vous dis je!).
    Tout le monde a d’ailleurs oublié (sauf les historiens, dont c’est le métier de ne pas) que dans notre beau pays qui privatise tout et le reste, les chemins de fer ont été nationalisés sans aucune opposition des compagnies privées possédantes, qui n’en pouvait plus du taux de profit à la ramasse, et qui courtisaient l’état, depuis déjà quelques temps, de bien vouloir enfin, leur faire violence!

    Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Un petit oubli à corriger. (qui vaut son pesant de cacahuètes).Lors du défilé des potentiels intéressés répondant au coup de sonde de Muselier pour sa com’, il y avait comme principal prétendant, une filiale (privatisée donc?) de la sncf spécialisée dans les transports en bus!!! Et donc, on virerait de la gestion des T.E.R la sncf, coupables de tous nos maux et incapable de se corriger, pour mettre une de ses filiales spécialisée dans le routier !
      Muselier, Roi des… en tous cas Premier des nazes…

      Signaler
  5. Brallaisse Brallaisse

    Au moins avec certains, vous mettez 20 centimes dans la fente et vous en avez pour 200 lignes👍

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Ah ah c’est ce qu’on appelle en avoir pour son argent 🥈 😂

      Signaler
  6. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Ce qu’il y a de tragique avec les hommes politiques professionnels, c’est qu’ils pensent qu’ils leur suffit de dire et que l’intendance suivra.

    C’est vaguement insultant pour la SNCF et ses agents de laisser penser que si les trains ne sont pas à l’heure, c’est de leur faute, et qu’avec un Transdev ou un MTR aux commandes, miraculeusement tout ira mieux. Avec ou sans la SNCF, ce seront les mêmes agents (la SNCF les transférera au nouvel exploitant si elle perd l’appel d’offres), les mêmes trains et la même voie.

    Les retards et annulations de trains sont dus en partie à des problèmes d’organisation de la SNCF, en partie à des difficultés de maintenance du matériel roulant et en partie à la saturation et à la vétusté de l’infrastructure – après des décennies de sous-investissement. Qu’il s’appelle SNCF ou Transdev ou Dupont, le prochain exploitant ne résoudra pas d’un coup de baguette magique les problèmes de matériel roulant et d’infrastructure.

    Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Ceci d’autant plus, que n’étant plus, ni un service public (un bien commun) ni inscrit dans la durée correspondante, il sera là pour un temps restreint, à la merci du tripatouillage suivant selon la règle de la concurrence libre et pas faussée du tout. Soit sur un temps bien trop bref (10 ans je crois) peu propice à amortir ses investissements, très lourds en la matière, et en recueillir les bénéfices. En un mot comme en dix, il n’aura aucun intérêt à investir, alors que là est la clé essentielle, comme vous le soulignez, de la solution. D’où la stratégie du pillage court terme qu’ont subi les anglais…

      Signaler
    • julijo julijo

      Je reste consterné par cette amnésie collective, “amnésie” parce que je ne peux croire que certains intervenants soient …naïfs à ce point !
      Nous avons dans le passé, et aujourd’hui autour de nous des exemples flagrants et forts négatifs de la privatisation du rail. en angleterre, en allemagne… (merci “leravidemilo” de cet éclairage bienvenu) il me semble bien que c’est aussi le cas en espagne et en italie pour partie de leurs réseaux…(et là j’ai été rassuré aussi en retrouvant notre sncf)
      quand à mumu…lou ravi de marseille, il est prêt à promettre n’importe quoi, n’importe comment, à n’importe qui, l’essentiel pour lui est d’exister. que les usagers du TER entendent ces promesses, et qu’ils y croient est étonnant.
      et on ne peut même pas lui en vouloir, on n’a pas voté muselier !!! il a juste été élu par les conseillers régionaux…

      Ca n’a rien à voir -quoique- mais quand l’état à privatisé la sncm…il a promis et le propriétaire privé l’a promis aussi, de meilleures conditions tarifaires, puisqu’on avait plus le personnel pléthorique à payer…aujourd’hui la traversée continent corse coûte le double quasiment sur corsica linea.

      Signaler
  7. Brallaisse Brallaisse

    Nos amis communistes rejettent le monopole capitalistique privé. La gestion monopolistique d’Etat est une catastrophe, sauf les fonctions régaliennes bien sûr
    Alors vive la concurrence.
    Je sens que je vais prendre cher.

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Pour le consommateur, le bénéfice de l’ouverture à la concurrence n’est pas toujours net car des oligopoles s’installent et s’entendent sur son dos. Dans les telecoms, par exemple, I’operateur historique (Orange), SFR et Bouygues se sont longtemps accordés et il a fallu l’intervention en franc tireur d’un quatrième (Free) pour que les prix baissent enfin. Dans le secteur de l’energie, ca n’avance pas. Dans le transport aérien, le prix des billets a baissé mais ce sont les employés qui trinquent. Pour le ferroviaire, nous allons voir mais il est vrai que la Sncf, qui s’est lâchée sur les tarifs des grandes lignes au point d’être parfois plus chère que l’avion qu’elle a tué sur les liaisons intérieures, a besoin d’être “challengee”. Ah, il est loin le temps de la facturation au kilomètre… C’était le service public…
      Et je laisse la parole au ravi 😉

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Pour les TER, la “concurrence” aura une couleur très particulière. A la différence du marché des télécoms ou de l’électricité, il ne s’agira pas de donner au voyageur le choix de l’opérateur qu’il souhaite utiliser, mais de remplacer le monopole de l’opérateur historique par le monopole d’un autre opérateur (sauf si la SNCF gagne l’appel d’offres). La concurrence ne s’exerce que le temps d’un instant, durant l’appel d’offres, puis l’opérateur retenu exploite seul la ligne qui lui est confiée pendant toute la durée du contrat.

      Dans les autres régions favorables à la mise en concurrence de la SNCF, les plus intéressées, le Grand Est et les Hauts-de-France, ont décidé d’y aller avec prudence, en lançant un appel d’offres pour 10 à 15 % de leur réseau. Ici, on se lance directement dans le grand bain, en mettant en concurrence la ligne Marseille – Nice, c’est-à-dire carrément la ligne la plus fréquentée de Province. C’est un pari. Mais puisque M. Muselier nous dit que ça va être génial, c’est sûrement qu’il n’y a aucun risque de se crasher…

      Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Merci pour ces précisions. Vu sous cet angle, l’ouverture à la concurrence a beaucoup moins d’attrait en effet.

      Signaler
  8. Brallaisse Brallaisse

    Je suis tout à fait ravi 😊 de m’adresser à un intervenant qui illumine le monde de ses lumières. Lumières qui se tamisent d’ailleurs face à la réalité. La France et l’Europe sont dotées d’un instrument qui s’appelle l’autorité de la concurrence. Si vous aviez un quelconque intérêt pour cette partie du Droit vous constateteriez qu’il existe un outil de régulation qui régule et qui tape très fort quand il est constaté une irrégularité ou bien une entente.
    Consultez les arrêts des institutions en question et vous serez édifié.
    Que voulez-vous l’on ne peut être bon partout, au petit train et en Droit 😊

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      Je ne sais pas si c’est à moi que ce message est adressé ? Je n’ignore pas l’existence de l’ARC qui a condamné Orange Bouygues et Sfr à une amende supérieure à 500 M€ pour entente illicite et c’est justement à cela que je faisais allusion. Les amendes ont été payées (à l’Etat) mais les consommateurs n’ont pas été remboursés alors qu’ils ont été abusés pendant plusieurs années et pour un montant supérieur. Preuve que le dispositif ne protège en rien les clients. Quant à la baisse des prix, elle n’est pas liée à cette affaire mais à l’offensive de celui qui est arrivé en dernier sur le marché et ne disposait que de ce moyen pour se tailler une part de marché…

      Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Il existe en France une procédure récente , l’action groupée en justice où les consommateurs peuvent êtres indemnisés individuellement. De mémoire 4 ou 5 associations peuvent le faire. Cette procédure est peu usitée.
    Pour la petite histoire le chevalier blanc FREE s’est pris une belle amende reversée à chaque consommateur.
    Voyez les moyens existent. Soit on peut les utiliser ou pas. C’est au choix

    Signaler
    • Laurent Malfettes_ Laurent Malfettes_

      La class action, c’est bien sur le papier, mais c’est comme le referendum d’initiative populaire. Des parcours du combattant qui tuent à peu près toutes les velleites de recours…

      Signaler
  10. Brallaisse Brallaisse

    La vie n’est pas un long fleuve tranquille !

    Signaler
  11. Manipulite Manipulite

    Le juteux et le rentable au privé et le non rentable (rails) au public.
    C’ est l’économie de cueillette organisée pour dépouiller les biens publics et aboutir à la paupérisation de l’ensemble comme en Angleterre.
    La ligne de Nice sera peut-être concédée à ceux qui gèrent le pont de Gênes ? Avec les mêmes résultats ?
    Les rodomontades de Muselier dans les médias nationaux tournent à la caricature façon “Les Marseillais à Miami”

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Les raccourcis faciles le sont trop souvent . Le problème essentiel de la SNCF , de la RATP ou bien encore de la RTM c’est qu’ils considèrent le passager non pas comme un client mais comme un usager. Nous sommes au service du fournisseur de la prestation et non pas l’inverse. Quand ces messieurs, dames auront modifié leur logiciel dans le bon sens , un grand pas sera fait. Mais si le compteur ,pour cette catégorie là reste bloqué en 1946 avec nos impôts au passage ,il n’y a pas grand chose à attendre, sauf à continuer à adopter une position intenable.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire