La présidente Martine Vassal annonce un plan contre l’habitat indigne

Annonce
Bref
Julien Vinzent_
13 Nov 2018 10

En séance du conseil de territoire Marseille Provence, la présidente de la métropole Aix-Marseille Provence, Martine Vassal est sortie du silence auquel elle semblait s’astreindre depuis l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne. La semaine dernière, après une courte visite sur place le jour de l’effondrement des trois immeubles, elle n’avait pas dérogé aux rendez-vous de son agenda tant métropolitain que départemental. « Dans ces situations tragiques, les actes sont plus importants que les paroles », a-t-elle justifié, la métropole et le département s’étant « mobilisés pour apporter de l’aide aux familles concernées ».

Mais ce mardi, les conseillers métropolitains d’opposition attendaient avant tout « un signal fort ». En réponse, Martine Vassal a annoncé qu’elle rendrait public un plan de lutte contre l’habitat indigne d’ici « dix jours ». « La réussite est conditionnée à trois exigences : la mobilisation de tous les acteurs, l’adaptation des textes et des lois, et des moyens humains et financiers considérablement renforcés. Rien ne se fera sans argent.« 

Si elle reprend l’appel de la mairie de Marseille en direction de l’État pour une simplification des procédures, l’élément financier semble pointer les limites de la politique menée depuis des années. « Il n’y a pas de fatalité, a-t-elle lancé, ajoutant qu’elle n’a « pas été élue pour mettre la poussière sous le tapis. » Y compris en pointant, pour la première fois, les « syndics voyous » qui couvrent les marchands de sommeil.


A la une

À Marseille, McDo achète un faux témoignage 25 000 euros pour écarter un syndicaliste
"Je suis fatigué de ces négociations. J'ai besoin de mes sous. J'ai l'impression que c'est du chantage. Je demande mon dû. On avait négocié...
[Municipales, le tuto] Comment élit-on le maire de Marseille ?
Le saviez-vous ? Vous n’élirez pas le successeur de Jean-Claude Gaudin. Il y a même sept chances sur huit que vous ne puissiez pas...
La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Dark VadorDark Vador

    Ca y est? Tout le monde réalise qu’il y a un gros problème? C’est toujours ça de pris…

    Signaler
  2. JoBJoB

    Il serait bien pour le cas de Noailles de réaliser, en même temps, que ces immeubles sont les « quasi » dernières traces de la ville historique (18e)

    Signaler
  3. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Un fait d’actualité, un plan. Il y a quelques semaines, nous avions eu le « plan environnement » de Mme Vassal, en réaction à la pression croissante que la pollution de l’air vaut à la métropole.

    Ça évoque un peu cette manie bien française : un fait divers, une loi. Certes, c’est toujours ça de pris, mais on n’attend pas de responsables politiques qu’ils se contentent de réagir à l’événement : les politiques publiques sont censées répondre aux besoins essentiels des citoyens, aucune tragédie ne devrait être nécessaire pour le rappeler.

    Signaler
    • TaramaTarama

      Depuis qu’elle voit la fumée noire des bateaux du port de son nouveau bureau de la tour la marseillaise, Madame Vassal a décidé de s’en occuper.
      Jusque là…

      Signaler
  4. Mars1Mars1

    Madame Vassal ou le Sauveur de Marseille!…

    Signaler
    • corsaire vertcorsaire vert

      Elections municipales de 2019 …. crapuleries et coups bas ne vont pas manquer !
      Ils sont à vomir …

      Signaler
  5. BrallaisseBrallaisse

    -Salut Martine !
    -Salut.
    – Alors Martine tu découvres le problème du logement à Marseille ?
    -Eh oui , c’est terrible!
    -Mais où étais tu ces dernières années ?
    -Et bien avec Jean Claude à la mairie.
    -Les actes sont plus importants que les paroles , dis tu . Et pourtant tu as toujours voté oui à JCG.
    -Oui mais c’était pour de faux!

    Vous pouvez appliquer ce dialogue à l’ensemble des élus .

    Signaler
  6. VoyageurVoyageur

    Parce que les enquêtes passées, type rapport Nicol, elles n’ont servies à rien ?

    Depuis 20 ans les bilans ne manquent pas. Alors je ne vois pas où est l’avancée dans un énième rapport à venir. La situations est actée depuis bien longtemps : les demandes d’intervention auprès des services de la mairie, que ce soit pour insalubrité ou péril par exemple. Maintenant au boulot, assez de pseudo commission d’enquête destinée à noyer le problème.

    Signaler
  7. leravidemiloleravidemilo

    ça y est! Elle est enfin sortie de la tranchée où elle se terrait, armistice oblige. Elle a bien pris le temps de se changer et de se dépoussiérer, avant que de venir nous faire cette belle déclaration qu’elle n’était pas « élue pour pousser la poussière sous le tapis », chose en quoi elle a pourtant acquis un sérieux savoir faire et, comme les autres membres de la majorité nullicipale, une longue expérience. Il faut dire d’ailleurs qu’à force d’officier, il n’y a vraiment plus de place sous le tapis…
    Manque quand même quelque chose, un je ne sais quoi, à sa sortie pour se teinter d’un semblant de crédibilité. Peut être un acte symbolique en tant que présidente de la groooossse métropole : Faire par exemple démissionner sa 17ème vice présidente, une certaine Arlette Fructus, déléguée à (à quoi, je vous le demande…) à « habitat, logement, politique de la ville », poste qu’elle doit au vieux principe gaudinesque de la prime à l’échec, et à la nécessité impérative d’éclairer nos voisins des compétences marseillaises en la matière!
    Bon se serait purement symbolique, vu le boulot qu’elle tombe dans cette délégation, mais à défaut de rassurer les marseillais, ça contribuerait quand même à soulager l’inquiétude croissante des autres métropolitains actuels ou à venir!

    Signaler
  8. petitvelopetitvelo

    Comme c’est ballot, l’habitat indigne n’était pas couvert par le plan « ambition centre-ville » … Bon, il est vrai qu’aucun immeuble ne s’était écroulé jusque-là. Mais pouvoir mieux attaquer les « marchands de sommeil » (ennemi à contour flou parfait pour faire le bouc émissaire) , ça aurait servi à quoi dans cette affaire ? A récupérer le 63 plus vite, et ainsi à ne pas avoir besoin de l’étayer vu que les travaux auraient commencé le lendemain du départ du dernier occupant ?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire