La note de l’Agence régionale de santé qui accablait le service d’hygiène de la Ville

Compétence
Bref
Lisa Castelly
9 Nov 2018 7

Le journal Le Monde révèle ce vendredi une note confidentielle de l’Agence régionale de santé (ARS) portant sur l’action du service communal d’hygiène et de santé, le service municipal en charge de constater les problèmes d’insalubrité des logements après alerte des occupants. Service qui est à distinguer du SPGR (lire notre article), en charge, lui, de constater les situations de péril. Dans ce document particulièrement sévère,rédigé avant les effondrements de la rue d’Aubagne, l’ARS juge notamment que les inspecteurs de ce service “ne possèdent pas de qualification particulière les rendant aptes à apprécier les aspects techniques et juridiques nécessaires à la mise en œuvre des procédures complexes en matière d’insalubrité”. 

L’ARS met sérieusement en doute l’action de ce service. “Les agents du SCHS de Marseille ont tendance à sous-évaluer la gravité des dysfonctionnements qu’ils relèvent et minimisent leur impact sur la santé des occupants”, estime la note qui se poursuit par ce constat : “Il est souvent soutenu par les agents du SCHS que les dégradations constatées sont dues essentiellement aux modes d’occupation.” Aux yeux de l’ARS il est aussi impossible de mesurer le nombre de constatations effectuées sur le terrain, car aucun rapport n’est rédigé après une visite, alors que le service met en avant 2210 dossiers traités en 2017, ce chiffre prenant en compte les dossiers classés sans suite.

Selon des témoignages recueillis par Le Monde“il suffit que le bailleur écrive que le locataire refuse les travaux et le dossier est classé. Parfois, il joint l’attestation d’une entreprise selon laquelle le locataire ne lui aurait pas laissé l’accès pour faire les travaux. Mais tout cela n’est jamais vérifié”

Source : Le Monde

A la une

Bernard Tapie veut licencier le principal syndicaliste de La Provence
La scène se déroule non pas à Marseille mais à Paris d'où Bernard Tapie dirige son journal, La Provence. L'actionnaire principal tient ses conseils...
Habitat indigne : l’État et les collectivités rejouent leur éternel ping-pong
"Jean-Claude, cela serait bien que nous appelions Julien Denormandie et Jacqueline Gourault lundi matin. Je la connais bien, elle était au Sénat avec moi"....
Violences à la marche de la colère, manifestants et policiers se rejettent la faute
Fierté et déception. C'est dans cet état d'esprit que les organisateurs de la marche de la colère faisaient le bilan devant la presse. Fierté...
Un nuage de lacrymo trouble la colère des Marseillais
Un énorme nuage de lacrymogène en guise de réponse à la contestation pacifique. À 19 h 30, une partie des 8000 manifestants comptés par la police...
Emportée par la vague #BalanceTonTaudis la mairie tente de garder la tête hors de l’eau
"Depuis que ça a été lancé, c'est une avalanche. Ça noie complètement le service gestion des risques parce qu'on est appelé de partout." Ce week-end,...
Avec le drame de la rue d’Aubagne, la Ville au cœur d’une nouvelle tempête judiciaire
Personne n'aurait pu imaginer une telle fin. Alors que son dernier mandat entame son dernier tournant, Jean-Claude Gaudin se trouve au cœur d'une nouvelle...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Dans cette tragique affaire, on va de surprise en surprise. Et on constate que de multiples signaux d’alarme ont été tirés avant la catastrophe de la rue d’Aubagne, sans parvenir à réveiller le “capitaine” profondément assoupi.

    Il reste à savoir comment les “techniciens” de ce service, parfaitement incompétents et inactifs semble-t-il, ont été recrutés. Et ça, ça risque de n’être pas une surprise. Le “diplôme” FO a-t-il été, là comme ailleurs, le seul exigé ?

    Signaler
    • AssedixAssedix

      @Electeurdu8eme: vous faites encore du Marseille-bashing alors que Marseille est encore une fois une ville pionnière avec son BTS hygiène/brancardage/ bibliothécaire/ gardien de musée/ agent de déchetterie/informaticien que le monde nous envie. 😀

      Signaler
    • VoyageurVoyageur

      Bien vu Electeur du 8e !

      Vous et moi vivons et travaillons ici et aujourd’hui, donc le système de recrutement de la ville, nous est connu.

      Signaler
    • Félix WEYGANDFélix WEYGAND

      Absolument Assedix ! et de plus il est accordé soit en “Validation des acquis de l’Expérience” soit en “Contrôle Continue de la Formation à Distance” ! Les “techniciens” n’ont même pas à venir travailler sur place pour exercer leur expertise.

      Signaler
    • julijojulijo

      Certes de surprise en surprise et toutes particulièrement inquiétantes et insultantes.
      L’ars a fait une note “confidentielle” (ah bon, pourquoi ?) et a signalé l’insalubrité. C’était la moindre des choses. Et après, elle a fait quoi l’ars…
      Nicol a fait un rapport -confidentiel peut être aussi à l’époque- et a signalé l’indignité, l’insalubrité….etc. Et après il a fait quoi Nicol…
      Oui les techniciens, les personnels de tous ces services ont zappé de donner l’alerte, ou si ils l’ont fait la nullicipalité “ne regrette pas” d’avoir fait autre chose. Et le capitaine dort bien à St zacharie….

      Oui, tout le monde savait et ça depuis longtemps.

      Oui il a fallu 8 morts….

      à 15 h métro notre dame du mont, aujourd’hui samedi.

      Signaler
  2. libegafralibegafra

    Ca rappelle le non-enregistrement des plaintes par la gendarmerie dénoncé il y a quelques temps. On peut critiquer l’exécutant, il agit le plus souvent en conformité avec la mission réelle (et non écrite) qu’on lui confie: pas de vague, pas de dépense … et si tu peux assurer la mission théorique c’est bien !
    Tout contrôler coûte cher en inspecteurs, et n’est clairement pas compatible avec la baisse de la masse salariale du service public prônée par le système libéral, qui prône assez rapidement de laisser faire la main invisible du marché, et de payer en argent les ratés … après longue bataille juridique et hors cas de faillite.
    L’ARS qui semble forte en analyse, pourrait-elle expliquer combien elle a d’inspecteur d’hygiène des restaurants pour toute la région ? J’ai entendu dire 2. Quelle genre de stratégie de contrôle est alors mise en place ? Essayer de traiter une plainte sur 100 ? Combien de fermetures administratives fermes prononcées et non aménagées sur les jours d’inactivité pour ne fâcher personne ? Je manque de faits, mais le Monde pourrait peut-être creuser un peu le sujet.

    Signaler
  3. TaramaTarama

    Une coproduction Ville de Marseille / syndicat majoritaire.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire