La métropole une nouvelle fois devant le tribunal pour ses courtes pistes cyclables

Cyclique
Bref
Marine Martin
7 Avr 2017 1

Encore une fois, la métropole oublie les vélos. Cinq après une décision de justice condamnant feu Marseille Provence métropole, à mettre en place des itinéraires cyclistes sur trois rues en travaux de Marseille : la rue Augustin-Aubert (9e), le chemin de la Parette (11e) et l’avenue Desautel (9e), la Métropole est de nouveau mise en cause devant le tribunal administratif ce jeudi, par le collectif Vélos en ville. Si deux des rues citées ont obtenu leur aménagement, l’avenue Dusautel attend toujours une piste adaptée à la « petite reine ». Le collectif vélo en ville entend faire appliquer la loi L228-2 qui oblige les pouvoirs publics à réaliser des « itinéraires cyclables » à l’occasion des « rénovations de voies urbaines ».

50 mètres de pistes cyclables ont été réalisées sur une avenue qui en mesure 350. Par endroits, l’avenue n’a plus de pistes mais de larges trottoirs. Suffisamment pour accueillir une piste cyclable estime Benoît Candon, avocat du collectif. Pour l’avocate de la métropole, en revanche, la largeur de ces espaces piétons permettent aux « écoliers et collégiens des établissements se situant sur l’avenue Dusautel de rester en sécurité« . Autre point de discorde, le resserrement de l’avenue justifie l’absence de piste continue pour la métropole alors que le collectif Vélos en ville estime qu’un pictogramme pourrait permettre aux cyclistes d’emprunter la chaussée alors que sur « 70 % à 80% de l’avenue il y a la possibilité de faire une vraie piste ». Le rapporteur public s’est prononcé en faveur de l’association requérante. La décision du Tribunal administratif est attendue sous trois semaines.

1
commentaires

A la une

Policiers escortés par des scooters, la vidéo choc était un clip de rap
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...
Annoncée en 2015, la station Gèze déraille jusqu’à septembre 2019
L'effet de la nouvelle est imparable. La mâchoire se décroche, puis la bouche s'arrondit pour laisser passer un "oh non" incrédule, outré, vindicatif ou...
Poids lourd de l’éducation populaire, l’IFAC Provence menacée de liquidation
Les mines sont défaites. "On n'en peut plus", glisse-t-on parmi les représentants du personnel de l'IFAC Provence, devant la salle d'audience du tribunal administratif...
  1. leravidemiloleravidemilo

    Proposition de titre plus générique : « La métropole une nouvelle fois devant le tribunal pour ( les coutres pistes cyclables) marseillais(e) »

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire