La métropole une nouvelle fois devant le tribunal pour ses courtes pistes cyclables

Cyclique
Bref
Marine Martin
7 avril 2017 1

Encore une fois, la métropole oublie les vélos. Cinq après une décision de justice condamnant feu Marseille Provence métropole, à mettre en place des itinéraires cyclistes sur trois rues en travaux de Marseille : la rue Augustin-Aubert (9e), le chemin de la Parette (11e) et l’avenue Desautel (9e), la Métropole est de nouveau mise en cause devant le tribunal administratif ce jeudi, par le collectif Vélos en ville. Si deux des rues citées ont obtenu leur aménagement, l’avenue Dusautel attend toujours une piste adaptée à la « petite reine ». Le collectif vélo en ville entend faire appliquer la loi L228-2 qui oblige les pouvoirs publics à réaliser des « itinéraires cyclables » à l’occasion des « rénovations de voies urbaines ».

50 mètres de pistes cyclables ont été réalisées sur une avenue qui en mesure 350. Par endroits, l’avenue n’a plus de pistes mais de larges trottoirs. Suffisamment pour accueillir une piste cyclable estime Benoît Candon, avocat du collectif. Pour l’avocate de la métropole, en revanche, la largeur de ces espaces piétons permettent aux « écoliers et collégiens des établissements se situant sur l’avenue Dusautel de rester en sécurité« . Autre point de discorde, le resserrement de l’avenue justifie l’absence de piste continue pour la métropole alors que le collectif Vélos en ville estime qu’un pictogramme pourrait permettre aux cyclistes d’emprunter la chaussée alors que sur « 70 % à 80% de l’avenue il y a la possibilité de faire une vraie piste ». Le rapporteur public s’est prononcé en faveur de l’association requérante. La décision du Tribunal administratif est attendue sous trois semaines.

1
commentaires

A la une

Interne au sein du service de géronto-psychiatrie de l'hôpital Valvert, Alexia Frison-Ramard a choisi le syndrome de Diogène comme sujet de thèse de doctorat. Pendant un...

Diogène est parfois votre grand-père, votre voisine ou un oncle lointain qui entasse et ne jette rien au point de risquer d'être enseveli sous les déchets. Marsactu vous offre une plongée en trois épisodes à la découverte de ce syndrome qui hante nos rues. L'histoire commence dans un banal immeuble du 5e arrondissement. Une fuite d'eau amène les habitants sur la piste de la manie d'entassement de leur voisine et sur l'impasse institutionnelle et juridique pour tenter d'y mettre fin. Elle se poursuit avec le quotidien de Christophe Di Pietro dont l'entreprise est spécialisée dans le débarras de l'extrême : appartements encombrés de déchets ou de collections d'objets qui virent à la submersion. Enfin la psychiatre Alexia Frison-Ramard a choisi ce syndrome comme sujet de sa thèse de doctorat. Elle détaille le mode de prise en charge des patients âgés qui développent ces symptômes.

La série d’articles consacrée aux résidences fermées a été réalisée en partenariat avec une équipe de chercheurs du Laboratoire population environnement développement (LPED) de...

L'odeur vient comme un avertissement. L'immeuble est banal. Une copropriété du centre-ville de Marseille, sans grand luxe, ni marque d'indignité. L'ascenseur est capricieux. Mieux...

Personne n'est venu ce vendredi au tribunal administratif pour représenter les sociétés du groupe SMA, pas plus Alexandre Guérini, son fondateur, que son principal...

Dans la matinée du 10 mai dernier, un inspecteur de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes se présente au...
  1. leravidemilo leravidemilo

    Proposition de titre plus générique : « La métropole une nouvelle fois devant le tribunal pour ( les coutres pistes cyclables) marseillais(e) »

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire