La « Maison du peuple » saura le 18 juillet si elle est expulsée

Audience
Bref
Julien Vinzent_
5 Juil 2019 0

Un mois après avoir investi un ancien Pôle emploi, les occupants de la « Maison du peuple » faisaient face mercredi à une demande d’expulsion au tribunal de grande instance de Marseille. Selon le récit d’audience de la Marseillaise, l’avocat de la propriétaire a évoqué des squatteurs « dangereux », tandis que celui du conseil départemental, candidat à l’acquisition, dénonce des « activistes organisés ».

Pour les participants de l’occupation, autonomes et gilets jaunes notamment, ce bâtiment, 600 mètres carrés d’anciens bureaux rue Brochier (5e), doit permettre de « pratiquer la démocratie autrement » : collecte de vêtements, cantine, ateliers, éducation populaire, soutien juridique pour délogés et migrants… (lire notre article) « En réalité, c’est un lieu inoccupé sans de projet immédiat, et où des gens viennent en aide à des personnes dans le besoin », a tenté de défendre leur avocat, avec l’idée d’obtenir a minima le respect d’un délai réglementaire de deux mois. Le tribunal leur donne déjà jusqu’au 18 juillet en mettant son jugement en délibéré.

Source : La Marseillaise

A la une

La Bonne-mère, une basilique au bord de la crise de nerfs
Elle est un symbole de Marseille. Calée sur un ancien fort militaire dont elle tire son nom, elle est censée garder et protéger les...
Au sein de la gauche marseillaise, l’union, mais chacun à son rythme
Un "Mouvement sans précédent". Jeudi matin paraissait dans Libération un appel au "rassemblement inédit" pour les municipales à Marseille. Comme une impression de déjà-vu après...
Au tribunal, le squat Saint-Just tente d’obtenir un nouveau sursis
Est-ce le début de la fin pour le squat du 59 avenue de Saint-Just ? Après plusieurs reports, la première audience en vue de...
Le Cabaret aléatoire et Anaïs Bourdet travaillent ensemble à un monde de la nuit plus sûr
Le 23 juin dernier, la Marseillaise Anaïs Bourdet annonçait mettre fin à un projet qu'elle portait à bout de bras depuis 2012 : son...
Le Rex, l’immeuble d’Istres où le parquet financier cherche « une association de malfaiteurs »
C'est un immeuble moderne, comme les villes en produisent à la pelle, au coin de boulevards passants d'Istres. À une grosse centaine de mètres...
Faute de pouvoir encadrer les sportifs, la Ville démonte des équipements du stade Vallier
La ville de Marseille a une politique sportive paradoxale. D'un côté, elle organise "le tremplin sport" qui donne la possibilité à des enfants d'expérimenter...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire