La mairie de Ventabren s’oppose à la réouverture de l’école de sa commune

Grandes vacances
Bref
le 29 Avr 2020
3

Dans un communiqué adressé à ses administrés, le maire de Ventabren prend position après les annonces présentées à l’Assemblée par le Premier ministre sur le déconfinement (lire notre article sur les répercussions locales). Claude Filippi déclare ainsi qu’il s’oppose à la réouverture du groupe scolaire de sa commune. « Permettre la reprise de l’école à nos enfants risque fortement d’exposer les familles au rebond tant redouté de l’épidémie, neutralisant de ce fait les efforts que chacun a pu consentir », écrit-il. Et l’édile de noter les conditions qui selon lui ne seraient pas compatibles avec une reprise sereine : distanciation sociale intenable, journées de classe réduites à deux par semaine, port du masque difficilement applicable, récréations et cantines proscrites.

Il conclut donc : « pour ces raisons, et après consultation de l’ensemble des acteurs pédagogiques, des directeurs d’écoles, de l’Association des Parents d’Élèves (APE), des élus et de mes services, j’estime que la reprise de l’école le 12 mai n’est pas compatible avec le principe de précaution. » Sauf intervention de l’Education nationale, la rentrée des classes à l’école Edouard Peisson de Ventabren ne devrait donc pas se faire avant septembre.

Actualisation le 29/04/20 à 16h : la ville de la Penne-sur-Huveaune a pris une décision similaire, annonce La Provence.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Tarama Tarama

    La situation sera la même en septembre.
    Est-ce donc la fin de l’école ?

    Signaler
  2. Lretiere Lretiere

    Bravo Monsieur le maire
    Au moins vous savez prendre vos responsabilités pas comme beaucoup d’autres élus

    Signaler
  3. Brallaisse Brallaisse

    Plus facile de gérer ce type de situation dans une commune sans logements sociaux, au niveau de vie très élevé (3500 net par mois) , avec des conditions d’habitations plus que confortables.
    Prendre ce type de décision c’est du billard, et cela permet de jouer au rebelle.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire