La fourrière municipale de Marseille confiée au privé

Sabot
Bref
Julien Vinzent_
6 Déc 2017 10

« Expertise », « gestion modernisée »… et désengagement financier ? Le conseil municipal de Marseille doit approuver ce lundi la délégation au privé de la gestion de la fourrière, qui génère près d’1,6 million d’euros de déficit annuel, rapporte La Provence. Avec ce contrat prévu sur cinq ans, la Ville espère ne pas avoir à mettre la main à la poche et même percevoir un intéressement de la part du délégataire.

Ce dernier pourra encaisser les recettes des mises en fourrière (près de 25 000 l’année dernière, un chiffre en augmentation de 13 % par rapport à 2013). Mais il aura fort à faire pour équilibrer le service, qui était déjà pour une bonne partie externalisé, notamment l’enlèvement des véhicules. Il devra également gérer le déménagement du site du boulevard Lesseps sur un nouvel emplacement, afin de permettre la création du parc Bougainville.

10
commentaires
Source : La Provence

A la une

Boues rouges : la justice met Alteo et l’État sous pression
Six jugements et un total de 65 pages. Le tribunal administratif de Marseille vient de rendre une série de décisions dans le dossier des...
La métropole, lamarque, lebus et le plan com
"Avec lacarte, si j’habite à Marseille et que je dois me rendre à Aix-en-Provence pour travailler, je pourrais prendre lemétro, puis lecar et enfin...
Un rapport ministériel épingle ArcelorMittal, « principal pollueur du département »
"Oui, bien sûr qu'on est au courant. Mais vous, comment vous l'avez su ?". L'embarras est de mise chez ArcelorMittal Méditerranée. Passé jusqu'alors inaperçu,...
Même condamnée, Maryse Joissains « la guerrière » s’y voit encore en 2020
"Incroyable !" Maryse est en mode combat. Quelques heures après l'annonce de sa condamnation à un an de prison avec sursis et dix ans...
Gymnase de l'école La Viste ©AM
Des militants de la France insoumise lancent une cagnotte pour rénover une école publique
"Les parents d’élèves n'en peuvent plus, il faut des travaux avant la rentrée de septembre", lance Sébastien Delogu, dont la fille est scolarisée à...
Quand le Vieux-Port a chaviré
Regarder les gens qui regardent. Vibrer avec eux d'une joie dont l'objet s'échappe. Parce qu'au final, seule compte cette liesse commune. Chroniqueur et photographe...
  1. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Celui qui trouve le délégataire , gagne un CARAMBAR!
    Mais on doit pouvoir le trouver dans la liste des gagnants habituels à Marseille
    A vos claviers.

    Signaler
  2. LaPlaine _LaPlaine _

    Ce qui est intéressant, ce sont les chiffres, Frais de fonctionnement : 5 400 k€, recettes : 3 800 k€ et effectivement 1 600 k€ de déficit… A noter aussi les causes de ce « déficit », violences verbales et physiques… matériel vieillissant… et absentéisme… La quasi répétition du scénario des cantonniers du centre-ville. On délègue, avec de nouveaux effectifs privés parce que l’on ne sait pas gérer une régie, enfin on ne « peut pas » gérer une régie dans l’organisation actuelle (la co-gérance avec qui vous savez) et on conserve bien évidemment les personnels ainsi remplacés que l’on redéploie…ailleurs. C’est ce que l’on appelle de la gabegie financière. C’est pas Gaudin qui critique l’Etat central et réclame de l’argent à chaque occasion?

    Signaler
  3. darkvadordarkvador

    Il me souvient, il y a quelques années, où ce service était déjà externalisé et un scandale retentissant avait éclaté : encaissement détourné sur une grande échelle (car il était obligatoire de payer en espèces, certains doivent s’en souvenir!). En ira-t-il autrement cette fois? Désespérante incapacité, avouée et assumée, à ne pas pouvoir/savoir gérer correctement une régie (comme le souligne fort justement « La Plaine »). Un palier de plus dans l’incurie et la tartuferie est de nouveau allègrement franchi.

    Signaler
  4. barbapapabarbapapa

    Pourquoi nos fonctionnaires ne seraient pas capables de gérer correctement un service somme toute assez simple comme la fourrière ?
    Il s’agit d’une fuite en avant d’élus qui n’arrivent pas à ne serait-ce que faire un peu travailler beaucoup de personnels municipaux. C’est le retour de bâton des recrutements clientélistes, des personnels motivés par la seule sécurité sociale et un virement en fin de mois, pas du tout, mais alors pas du tout motivés pour se « mettre au travail », encadrés par des cadres FOpasleurdemanderdefairedelapeineàleurscollèguesdetravail un vrai foutoir

    Signaler
  5. TrésorierTrésorier

    J’essaye de comprendre comment un service de fourrière peut être déficitaire. Avec des immobilisations faibles, il s’agit surtout d’une prestation de services qui nécessite des fris de personnels. Personnels qu’on ajuste en fonction du chiffre d’affaires. Donc, sureffectifs ? Manque d’enlèvements ? Un peu des deux. Au global, un service public local mal géré de plus.

    Signaler
  6. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Vous ne transformez jamais des ânes en cheveaux de courses.
    Et encore je suis désolé vis à vis des ânes et je m’en excuse auprès d’eux, de les comparer à l’équipe GAUDIN.

    Signaler
  7. PierrePierre

    Un service chargé de la fourrière à Marseille en déficit, c’est vraiment surréaliste.
    Un peu comme une compagnie d’exploitation pétrolière en Arabie Saoudite et en position de monopole qui déposerait le bilan.
    Vraiment, on est là sur un secteur d’activité où il doit falloir fournir plus d’efforts pour se planter que pour réussir !
    Comment peut on y arriver ???
    C’est sûr, c’est encore un exploit à mettre au crédit de notre dream team à nous.

    Signaler
    • Pascal LPascal L

      Ce qui est très très fort c’est que la municipalité va se vanter d’avoir fait gagner de l’argent au contribuable. Ça ne va rien rapporter à la collectivité, la société privé va s’en mettre plein les poches mais la comparaison avec le déficit antérieur permettra de souligner la « très bonne gestion » de l’équipe municipale.

      Signaler
  8. Antoine de MeriaAntoine de Meria

    Je ne peux m’en empêcher , mais c’est grâce à cela que nous pouvons les reconnaître, car ils osent tout!
    Merci monsieur Audiard de nous aider à comprendre le genre humain.

    Signaler
  9. neomarsneomars

    La fourrière à Marseille ? Non, je ne vois pas … Ah ! Si ! C’est la dépanneuse qui se gare souvent la journée et parfois toute la soirée et la nuit à cheval entre trottoir et piste cyclable sous le panneau arrêt interdit, au milieu d’une trentaine de voitures !!!
    Et ils sont en déficit ? Comme c’est bizarre. Vraiment, le sort s’acharne contre nous.

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire