Incendies : premier bilan après une nuit de flammes

BILAN
Bref
le 11 Août 2016
3
Un homme regarde le feu se déployer en face de son quartier aux Pennes-Mirabeau cette nuit.

Un homme regarde le feu se déployer en face de son quartier aux Pennes-Mirabeau cette nuit.

Les flammes continuent de rougir le nord de Marseille ce jeudi matin. Toute la nuit, quelque 1800 pompiers ont lutté contre l’incendie afin d’éviter la propagation du feu vers la ville. Ce principal foyer est parti de Rognac avant de descendre très rapidement vers le sud entourant le centre historique des Pennes-Mirabeau. Sur son passage, de nombreuses habitations  ont brûlé mais un seul blessé grave est à déplorer, à Rognac.

“La situation s’est améliorée cette nuit avec les efforts portés sur le feu. La plupart des foyers ont été fixés mais deux restent particulièrement actifs aux Pennes-Mirabeau”, estime ce jeudi matin Nicolas Faure, le porte-parole des pompiers du Syndicat départemental d’incendie et de secours (SDIS).

Dans la journée de mercredi, plusieurs autres feux se sont déclenchés dont l’un à Fos où il a fallu protéger les nombreux sites industriels. “Les incendies ont brûlé 3300 hectares, dont 2200 pour le seul site de Rognac, a précisé la préfecture au lever du jour. […] Parmi les communes touchées, Vitrolles paie le plus lourd tribu avec 1600 hectares brulés, les Pennes-Mirabeau (730 hectares), Rognac (150), Aix-en-Provence (20) et Cabriès (2) ont également été touchés.”

Toute la nuit, la circulation a été bloquée tout autour du foyer principal situé aux Pennes-Mirabeau, obligeant beaucoup d’habitants ou de touristes à dormir sur le bord de la route. Près de 500 personnes ont dû être évacuées trouvant refuge dans des salles omnisports à Vitrolles ou aux Pennes-Mirabeau notamment.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Danièle Jeammet Danièle Jeammet

    Bizarre qu’aucun organe de presse ne mentionne le fait que plusieurs sites classés “Seveso”qui se trouvent autour de l’étang de Berre étaient menacés alors que plusieurs Canadairs étaient encore en révision. Il y a plus de panique pour une femme en “Burkini” que pour l’énorme catastrophe à laquelle nous avons échappé.

    Signaler
  2. neplusetaire neplusetaire

    Force est de constater malheureusement, qu’une femme en burkini fait hurler les élus au nom de la laïcité et de l’égalité hommes/femmes que je n’ai jamais trouvé dans le milieu professionnel en attitude et en salaire !! Je n’ai pas dormi, j’ai pensé aux personnes, à l’environnement, à la détresse. Heureusement que les sapeurs pompiers sont là toujours présents. Pour l’étang de Berre, j’ai eu l’information sur France Info sauf erreur de ma part. Quelle tristesse, place à la solidarité et au soutien sans distinction vestimentaire, ni autres différences. Humilité et respect les souffrances sont les mêmes.

    Signaler
  3. Titi du 1-3 Titi du 1-3

    Entendu (je ne citerai pas les auteurs ne voulant pas accabler les journalistes de chaine info ni nos parlementaires)” l’incendie est circoncis” “nous demanderons de l’aide à l’Europe pour le reboisage”.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire