Greenpeace dénonce la nouvelle étude d’impact de Total Energies pour sa raffinerie à la Mède

Palme
Bref
le 17 Fév 2022
0
Le site Total de la Mède, à Châteauneuf-les-Martigues, a basé sa reconversion sur l'huile de palme. (Photo Emilio Guzman).

Le site Total de la Mède, à Châteauneuf-les-Martigues, a basé sa reconversion sur l'huile de palme. (Photo Emilio Guzman).

Après le jugement du tribunal de Marseille du 1er avril 2021, enjoignant Total Energies à limiter l’usage de l’huile de palme et à mieux évaluer les effets de sa production en vue de l’exploitation de sa bioraffinerie à La Mède, l’industriel a été contraint d’actualiser son étude d’impact.

Cette dernière est portée à la connaissance du public depuis le 24 janvier et jusqu’au 24 février dans une nouvelle enquête publique. Mais pour Greenpeace – qui comme France nature environnement (FNE) ou les Amis de la terre fait partie des associations à avoir saisi la justice –  “la multinationale persiste dans son refus d’intégrer les impacts climatiques réels de sa production dans sa nouvelle étude d’impact.” Dans un communiqué, la structure affirme que Total Energies “cache la réalité du terrain, tout en continuant d’importer en moyenne 163 000 tonnes d’huile de palme par an sur le sol français, soit près d’un tiers du volume total d’huile de palme importé en France.” Greenpeace réclame enfin l’arrêt immédiat pour Total La Mède de toute importation d’huile de palme.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire