Emmanuelle Cosse promet des moyens aux associations d’hébergement d’urgence

Urgence
Bref
Benoît Gilles
14 Sep 2016 0

Leur manifeste n’est pas encore rendu publique mais ils ont déjà la visite d’une ministre. Quatre jours après une visite ministérielle en compagnie de Manuel Valls, la ministre du logement et de l’hébergement, Emmanuelle Cosse était de retour à Marseille. Après avoir visité un chantier de logement social aux abord de la porte d’Aix, elle rencontrait un collectif d’associations d’hébergement d’urgence par l’entremise de la députée Marie-Arlette Carlotti. Ces associations lui ont fait parvenir une lettre manifeste pour dénoncer la baisse des crédits, la mise à mal de l’accueil inconditionnel et la mise à la rue des personnes les plus en difficulté. Ces derniers sont notamment revenus sur la fin brutale des nuitées d’hôtels destinées aux demandeurs d’asile, hommes, femmes et enfants.

La ministre du logement a pris le temps de répondre longuement à la liste de leurs revendications en promettant des moyens pour la période hivernale “même s’il faut que nous parvenions à construire ensemble pour que ce qui est exceptionnel soit durable”. Ainsi elle a justifié la baisse des nuitées d’hôtels par la nécessité de construire des places pérennes d’hébergement. Même si l’accueil doit rester “inconditionnel”, elle a fait un cas particulier de la mise à l’abri des primo-arrivants de Paris et surtout de Calais. Il faut que nous les sortions de la boue”. Dans ce cas précis, il s’agira de lieux d’accueil de quelques mois, sans concertation préalable avec les élus locaux : “Ce qui nous importe est l’état du bâti et que les associations puissent travailler”. Face aux micros, elle a qualifié “d’indignes” les propos de Christian Estrosi évoquant des “micro-jungles de Calais” dans la région.


A la une

Le département refuse de conditionner ses aides aux communes à la construction de HLM
Comme un air de déjà-vu. Vendredi, au lendemain d'un conseil métropolitain marqué par la question de la lutte contre l'habitat indigne, l'assemblée départementale a...
Habitat indigne : la métropole lance le débat “du futur” et laisse le passé à la Ville
La tension est à la mesure de la gravité du moment. La présidente de la métropole, Martine Vassal égraine les prénoms des morts de...
À Saint-Just, un pique-nique protestataire pour dénoncer la grève des cantines
"Nous, parents d’élèves, sommes pris en otage !" Paquets de chips, pizzas et sandwichs sont au menu ce jeudi, pour agrémenter un pique-nique de...
Un mois après le drame rue d’Aubagne, le débat sur l’habitat indigne s’impose à la métropole
Le débat politique se déplace et l'action avec. À la suite du report en urgence par Jean-Claude Gaudin du conseil municipal prévu lundi, c'est...
Le temps de travail des agents municipaux met une nouvelle fois la pagaille à la cantine
Jeudi, pique-nique. Vendredi, c'est l'inconnu. Lundi, le grand trou noir. Le menu de la cantine de ces prochains jours ressemble à de l'emmental. Avec...
Martine Vassal paye de nouveaux vestiaires à 1,8 million au Cercle des nageurs
Combien coûtent des vestiaires de champions olympiques ? Si l'on en croit le rapport qui sera soumis au vote vendredi en commission permanente du...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire