Croisières : pour Clément Beaune “on peut concilier développement et exigence écologique”

pollution
Bref
le 29 Juil 2022
7
Clément Beaune visite en bateau le complexe industrialo-portuaire de Fos-sur-mer. Derrière lui, le député Pierre Dharéville et la conseillère régionale Isabelle Campagnola-Savon. (Photo SL)

Clément Beaune visite en bateau le complexe industrialo-portuaire de Fos-sur-mer. Derrière lui, le député Pierre Dharéville et la conseillère régionale Isabelle Campagnola-Savon. (Photo SL)

En visite à Marseille jeudi 29 juillet et sur le bassin industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer ce vendredi, le ministre des Transports Clément Beaune s’est exprimé sur le débat de la pollution des croisières. Il y a plus d’une semaine, la mairie de Marseille a lancé une pétition réclamant l’interdiction des navires les plus polluants en cas de pics de pollution. “J’ai entendu l’appel du maire qui relaye les préoccupations partagées par beaucoup d’acteurs, assure le ministre. Je ne veux pas opposer les activités : on peut concilier le développement avec une exigence écologique qui sera plus grande dans les années à venir.

Concrètement, en méditerranée, les navires sont soumis à des règles imposées par l’organisation maritime internationale (OMI), instance des Nations Unies. Une zone dite SECA vient d’être validée en juin par l’organisme : elle impose une teneur en soufre pour les carburants. Reste les oxydes d’azote, rejetés par les panaches de fumée. Sur ce point, le ministre est confiant pour l’instauration d’un autre périmètre, la zone ECA, limitant ce polluant. “On est en voie d’obtenir un accord que l’État a beaucoup soutenu avec une validation de l’OMI dans les prochains mois. Et je pense qu’on peut tenir l’échéance de 2025 pour que cette zone soit effective“. Benoît Payan, qui l’a rencontré, indique avoir plaidé en ce sens auprès du ministre.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. leb leb

    “Concilier développement et conscience écologique”, Lol.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Aujourd’hui l’on expédie des sondes sur des comètes qui filent à 300 000 km/h a des distances considérables.
      Techniquement, tout est possible.
      Alors, réduire la pollution sur ce type de navires est possible d’une manière ou d’une autre.Ce n’est qu’une volonté politique à avoir et à prendre.
      Malheureusement si la conscience écologique n’est pas au rendez-vous,la loi et le porte monnaie sont des outils très pratiques.
      Nos amis d ‘Europe du nord l’on fait ,rien ne nous empêche de les copier.
      Cela donnera d’ailleurs de faire un petit voyage d’études à Copenhague, port de pêche très sympathique d’ailleurs 😋

      Signaler
  2. BRASILIA8 BRASILIA8

    Conscience, pédagogie ou l’art de parler pour ne rien dire et surtout ne rien faire

    Signaler
  3. Pussaloreille Pussaloreille

    Je me demandais… Comment ça se passe pour les déchets ménagers, sur les bateaux de croisières ?

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Compactés pour les déchets , eaux usées sales stockées.
      Tout ceci est ensuite ” normalement” évacué à terre lors d’une escale

      Signaler
  4. polipola polipola

    en tout cas, ce qui est sûr, c’est qu’on peut concilier Clément Beaune avec bêtise.

    Signaler
  5. vékiya vékiya

    sous peu macron va reprendre la phrase de sarko : “L’environnement, “ça commence à bien faire”.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire