Les petits cadeaux du conseil départemental pour la journée des droits des femmes

VU SUR LE WEB
Bref
Lisa Castelly
10 Mar 2017 0

Roses distribuées dans la rue, promotions sur la lingerie ou l’électro-ménager, les défenseurs de la journée de lutte pour les droits des femmes, le 8 mars, à l’opposé d’une « fête de la femme », ne manquent pas de sujets d’agacement. Le conseil départemental des Bouches-du-Rhône a notamment fait l’objet d’un coup de projecteur de la part du magazine féministe Causette.

Sur sa page Facebook, le magazine relaie une photo envoyée par une lectrice employée au département, qui s’est vue offrir un porte-clé en cuir qui fait aussi adapteur USB, et qu’ont reçu toutes les femmes travaillant au département. « Ce présent, (…) a nécessairement participé à la lutte pour les droits des femmes en ce 8 mars », raille le magazine.

Une autre employée du conseil départemental que nous avons pu contacter précise cependant que l’initiative n’est pas nouvelle, ni propre à la nouvelle majorité de Martine Vassal. « Sous Guérini on a eu des sacs pour faire les courses, des porte-cartes, des miroirs… », explique-t-elle. Des petites attentions qui font dissonance avec, notamment, la suppression récente de l’observatoire des droits des femmes du département, fondu dans un « conseil d’orientation pour la lutte contre les discriminations », qui ne dispose pas de budget propre.

0
commentaires
Source : Causette

A la une

Métro Gèze : la métropole sort les rames
Non, on ne verra pas les fameuses armoires électriques car "le métro fonctionne en ce moment". À l'origine du retard considérable de la livraison...
À l’hôpital Nord, les manifestants désespèrent de voir un jour arriver le métro
Le choix du parvis de l'hôpital Nord, pour une manifestation en faveur d'un métro dans les quartiers Nord, a la force de l'illustration. À...
Policiers « escortés » par des scooters, un clip de rap à l’origine de la vidéo choc
"Regardez comment les policiers sont traités, et j'en ai plein d'autres des vidéos comme ça. Ce que je veux dire, c'est que ce sont...
« On apprend aux filles à se méfier de l’espace public »
Prendre les transports, aller d'un point à un autre dans la ville, s'arrêter sur une place, rentrer tard le soir... Que l'on soit homme ou...
Des quartiers Nord à la Belle de Mai, elles veulent une ville pensée pour elles
"On est toutes des militantes. On ne voulait pas faire la cuisine, on voulait faire des projets !" Comme ses amies du groupe Passer'elles...
« Si l’outrage sexiste est dans le code pénal, on pourra agir »
Lorsqu'une femme victime de violences arrive dans un commissariat, l'expérience n'est pas toujours aisée. À Marseille, le bureau d'aide aux victimes, rattaché à la...

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire