Braconnage dans les calanques, le parc pourrait demander 2 millions d’euros de dommages

dommage
Bref
Violette Artaud
16 Nov 2017 3

Deux millions d’euros. Voilà, selon Didier Réault, le montant des dommages que pourrait demander le parc des calanques dans l’affaire de braconnage dévoilée en octobre. Le président du parc a profité de la signature ce mercredi de la charte de bonne conduite dans les calanques par quatorze associations de pêche pour exposer son calcul.

Il est donc parti du principe que l’un de ces poissons le mérou, par ailleurs espèce protégée, vaut mille fois plus cher vivant que mort, compte tenu de l’intérêt qu’il suscite pour le tourisme subaquatique. Considérant ensuite que les braconniers vendaient 20 euros le kilo pour une prise totale de 100 kilos, il est vite arrivé à la somme de 2 millions d’euros.

Reporté à la demande de la défense, le procès des huit mis en cause dans ce dossier doit avoir lieu le 4 juillet prochain. Les revendeurs, eux , s’en sont sorti avec une amende comprise entre 500 et 1500 euros et un “stage environnement” d’une journée.

Source : La Provence

A la une

Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...
La Ville offre une nouvelle unité d’hébergement d’urgence, à l’État de payer le reste
Jean-Claude Gaudin signait mercredi le bail emphytéotique de la future unité d'hébergement d'urgence qui doit voir le jour en 2021. Réalisée par le groupe...
Cinq copropriétés marseillaises passent en “priorité nationale”
Vestige du marketing immobilier des années 60, les grandes copropriétés marseillaises ont souvent le mot "parc" affilié à leur nom alors qu'elles n'offrent souvent...
Coup d’arrêt pour le projet d’extension de Plan-de-Campagne
L'affaire était déjà mal embarquée, la voilà plombée. Après un premier avis défavorable de la commission départementale d'aménagement commercial en juin, l'échelon supérieur, la...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. CAN L2CAN L2

    hum !
    Pas certain de l’exactitude des propos rapportés
    100 serait plutôt le nombre de mérous braconnés et le calcul est à l’avenant
    Violette, je ne serais trop vous conseiller de boucler vos informations
    En toute amitiés

    Signaler
  2. Benoît GillesBenoît Gilles

    Bonjour, les propos rapportés ici sont exacts. En effet, Didier Réault, que nous avons appelé, se base sur un calcul établi par le parc de Port-Cros pour lequel un animal vivant, un mérou en l’occurrence, vaut mille fois plus qu’un animal mort. Le reste est de l’arithmétique. Mais il ne s’agit pas en aucun cas d’un montant établi par un avocat, dans le cadre du procès à venir. Mais d’une base de travail.

    Signaler
  3. CAN L2CAN L2

    merci d’avoir vérifié.
    Je crois savoir que le PNC envisage d’ en rajouter une louche pour l’atteinte à l’image du Parc

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire