Braconnage dans les calanques : petite amende et “stage environnement” pour les revendeurs

Actualité
Violette Artaud
10 Nov 2017 7

Pas de procès pour les revendeurs de la pêche des "braco des calanques" mais des amendes allant de 500 à 1500 euros maximum et l'obligation de réaliser un "stage environnement". Une première que ces huit poissonniers, restaurateurs et écaillers vont inaugurer.

Image Lisa Castelly

Image Lisa Castelly

“C’est comme un stage de récupération des points pour le permis, explique Sophie Bourges, juriste pour France nature environnement (FNE) PACA. Sauf qu’on ne sensibilise pas à la sécurité routière mais aux enjeux écologiques”. Son association a signé le 13 juillet dernier une convention avec le tribunal de grande instance de Marseille pour proposer des “stages environnement” aux personnes ayant commis des infractions à la réglementation du Parc des Calanques. Une première à Marseille que vont bientôt expérimenter les revendeurs de l’affaire dite des “bracos des calanques“.

Jeudi matin, huit restaurateurs, poissonniers et écaillers, dont certains ont pignon sur rue à Marseille, se sont succédés dans le bureau du délégué du procureur de la République. Affiliés à un important réseau de braconnage d’espèces marines dans le Parc des Calanques, ils étaient convoqués dans le cadre d’une “composition pénale”, procédure simplifiée qui permet d’éviter un procès. Le 4 juillet prochain, ces revendeurs ne seront donc pas jugés aux côtés des quatre braconniers qui leur ont vendu des oursins ramassés dans des zones protégées ou polluées, des espèces protégées, comme les mérous ou corbs, chassées au harpon, ou encore des loups, dorades, dentis et poulpes “tirés” au beau milieu du Parc. Non, les revendeurs devraient pouvoir passer à autre chose beaucoup plus rapidement en bénéficiant de “l’approche pédagogique” proposée pour la première fois par le parquet.

Mesures alternatives aux poursuites

“Cette procédure permet d’éviter une audience avec beaucoup de monde, qui nécessiterait plus d’une journée, indique-t-on du côté du parquet. Nous avons choisi de nous concentrer sur les braconniers, ceux qui portent directement atteinte à l’environnement.” Une décision pour laquelle la compagnie de gendarmerie maritime semble aussi avoir opté. Selon certains mis en cause dans ce dossier, plusieurs revendeurs seraient passés entre les mailles du filet pendant l’enquête préliminaire. “Nous n’avons pas systématiquement remonté la chaîne jusqu’aux restaurateurs”, confirme une source proche du dossier.

Les huit revendeurs cités dans l’enquête sont ressortis du bureau du procureur délégué avec une amende qui s’étalonne entre 500 et 1500 euros en fonction du degré d’implication dans l’affaire ainsi qu’une convocation pour un “stage de sensibilisation à la préservation de l’environnement comme mesure alternative aux poursuites.”

“Le stage coûte 450 euros”, détaille l’un des poissonniers à l’issue de son entrevue avec le procureur délégué qui a duré “13 minutes montre en main”. “Je ne sais pas en quoi ça va consister. On verra bien, j’attends de recevoir les papiers”, bredouille, perplexe, cet ancien pêcheur qui ne se préoccupe pas encore de la préservation de l’environnement. “Je n’allais pas demander à Stéphane [l’un des braconniers, ndlr] où il a pêché les oursins. Et à quelle heure. Et dans quelles conditions, maintient-il. C’est mon ami, il a fait des magouilles, mais moi je ne trouve pas que j’ai fait quelque chose de mal”, ajoute-t-il tout en reconnaissant avoir acheté la marchandise issue de cette pêche illégale en connaissance de cause.

Un après-midi dans le Parc

Dans quelques jours, ce poissonnier, qui a accepté la proposition du parquet et ainsi évité un procès, recevra donc des informations concernant ce “stage environnement”. FNE l’organise en partenariat avec le Parc des calanques et il est réservé uniquement aux personnes ayant commis des infractions dans l’enceinte de ce territoire protégé. Il s’agit d’une journée divisée en deux parties. “Une matinée consacrée au rappel de la réglementation du Parc puis, un après-midi sur le terrain pour présenter la biodiversité marine du Parc, rend compte Sophie Bourges. Selon la juriste, ces “stages environnement” ont déjà montré leur efficacité : cela limiterait la récidive notamment en région Rhône-Alpes où ils sont mis en place pour sanctionner l’utilisation de véhicules motorisées dans des zones boisées.

Pour les personnes ayant commis des infractions, et outre le fait qu’ils permettent d’éviter un procès, ces stages sont aussi avantageux financièrement. Les trois revendeurs qui ont répondu à Marsactu les ont tous accepté. “Cela leur permet de bénéficier d’une amende minorée. Financièrement ils ont tout intérêt à accepter”, reprend la bénévole de France nature environnement dont l’association récupérera par ailleurs la somme versée par le participant. Dans cette affaire de braconnage dans les calanques, FNE est également partie civile.

Opposés devant la justice et vivant souvent dans deux mondes différents, les défenseurs de l’environnement et les revendeurs de la pêche illégale seront donc amenés à se rencontrer prochainement. “Franchement, il y a plus grave que ce que j’ai fait. Et puis ici à Marseille, c’est une tradition de pêcher n’importe où”, s’agaçait l’un de ces revendeurs-pêcheurs après son passage devant le parquet. La rencontre entre ces deux mondes que tout oppose risque d’être cocasse.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Martine Vassal bricole un agenda environnemental à un milliard d’euros
Moins d'un mois. C'est le temps record qu'il aura fallu aux équipes de la métropole pour se greffer sur l'agenda environnemental du conseil départemental....
Les premiers arbres de La Plaine tombent malgré la résistance
La pluie tombe, les arbres aussi et certains manifestants pleurent en voyant les premiers tilleuls chuter dans un grand crac sinistre. Ils hurlent aussi...
Conflit d’intérêts à la tête de l’institut de recherche pour le développement
Charles Duchaine est de retour à Marseille. Pas le premier juge de l'affaire Guérini en personne, mais les contrôleurs de l'agence française anti-corruption (AFA)...
À Saint-Victoret, des travaux qui se font tout seuls embarrassent la métropole
C'est un joli parc à la sortie du bourg de Saint-Victoret en direction de la gare de Pas-des-Lanciers. A côté du centre aéré fraîchement...
L’institut Ricard drague les habitants de l’Estaque avec une ferme à poissons du futur
"Nous avons proposé un projet de ferme que l'on pourrait appeler... permaquacole !", lance fièrement Patricia Ricard, petite-fille de Paul et présidente de l'Institut océanographique du...
La Ville offre une nouvelle unité d’hébergement d’urgence, à l’État de payer le reste
Jean-Claude Gaudin signait mercredi le bail emphytéotique de la future unité d'hébergement d'urgence qui doit voir le jour en 2021. Réalisée par le groupe...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire