Au collège Versailles, pas de déménagement des élèves pendant les travaux

Bref
Julien Vinzent_
9 Août 2019 3

C’est non. Reçus en préfecture fin juillet, les parents d’élèves et syndicats d’enseignants du collège Versailles ont essuyé un refus de délocaliser les cours pendant le chantier, rapportent La Provence et La Marseillaise. Le collectif, mobilisé depuis février, anticipait mercredi la rentrée avec une mobilisation devant cet établissement du 3e arrondissement.

Les travaux, menés par le conseil départemental et qui doivent s’étaler sur trois ans, inquiètent notamment au regard de l’amiante présente dans le bâtiment. Le collectif, appuyé par l’association nationale de défense des victimes de l’amiante, conteste le sérieux du diagnostic établi et demande une contre-expertise.

Source : La Provence et La Marseillaise

A la une

La discrète vente de la villa de René Egger, l’architecte du Marseille d’après-guerre
Hissées sur les hauteurs du Roucas-Blanc, les luxueuses villas du Parc Talabot s'étendent dans l'enceinte fermée de la résidence. Parmi elles, une villa sur...
Le port suspend son projet de réaménagement du quai de la Lave pour « concerter » à nouveau
Le port a décidé de remettre l'ouvrage sur le métier. Un an et demi après avoir lancé un appel à manifestation d'intérêts pour le...
Emmanuel Patris (Un centre-ville pour tous) : « La charte du relogement n’est pas respectée »
Un centre-ville pour tous fait partie des associations qui ont participé aux négociations de la charte du relogement pour les personnes évacuées, finalement signée...
À peine libérée de sa tutelle, la fédération des chasseurs 13 déraille à nouveau
À peine sortie d'une année sous la tutelle d'un administrateur provisoire, la fédération des chasseurs des Bouches-du-Rhône pourrait y retourner. Malaise social, gouvernance défaillante,...
[La gloire de nos pierres] La bastide de Pagnol devenue temple maçonnique
Souvenez-vous. Le petit Marcel Pagnol, la famille encombrée de paquets, qui traverse anxieusement les terrains de superbes demeures à l'aide d'une clé secrète, raccourci...
La mairie « privatise » une partie du chemin qui mène à la plage de Corbières
"C’est scandaleux qu’ils aient installé ça, en plus c’est pas un petit portique, quoi !", s'agace un passant. "Je viens ici tous les jours,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Alain PAULAlain PAUL

    C’est le conseil départemental qui doit financer et mettre en oeuvre une délocalisation.
    Je trouve bizarre qu’il se défausse sur le préfet et ne veuille pas assumer sa responsabilité.
    La délocalisation est possible, on en a fait d’autres.
    Il est vrai que ce pauvre collège Versailles est le dernier loti alors qu’on aurait pu le reconstruire depuis des lustres sur les terrains voisins qui ont ensuite trouvé d’autres preneurs.

    Signaler
  2. Alain PAULAlain PAUL

    J’ai oublié : en 3 ans au lieu de le réparer on peut le démolir et le reconstruire, ça suffit amplement, on en a fait d’autres (bis)

    Signaler
  3. Electeur du 8eElecteur du 8e

    Ce collège est situé à une cinquantaine de mètres de l’autoroute A7 : est-ce une localisation propice aux études, entre le bruit et la pollution ?

    Franchement, rénover cet établissement sans le déplacer est d’autant plus problématique qu’on connaît aujourd’hui le lien entre l’incidence de certaines pathologies et la distance par rapport à la source de pollution (https://www.lemonde.fr/festival/article/2019/08/10/la-voiture-en-ville-est-de-loin-la-premiere-source-de-pollution_5498258_4415198.html).

    A moins qu’à plus long terme, il y ait un projet de déclassement de cette portion d’autoroute, à partir de la bifurcation vers la L2, pour la transformer en boulevard urbain « apaisé ». Ce serait souhaitable (et c’est possible), mais nos élus y ont-ils seulement pensé ?

    Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire