Après l’incendie, les délogés de Maison-Blanche toujours dans l’incertitude

RELOGEMENT
Bref
le 27 Août 2019
3

Après l’incendie qui a ravagé un immeuble de la cité Maison-Blanche (14e) vendredi dernier, la soixantaine d’habitants délogés sont toujours dans l’incertitude. Julien Ruas, adjoint au maire chargé de la prévention des risques précise à la Provence que selon l’avis des experts “la moitié des logements sont réintégrables. Les autres présentent des dégradations et des traces de suie qui empêchent les occupants d’y retourner.” Il ajoute que les habitants concernés seront “pris en charge encore une nuit ou deux”.

Une hypothèse impensable pour les collectifs d’habitants. “On ne peut pas réintégrer les logements tant qu’il y a des suspicions d’insalubrité”, assure le collectif de Maison-Blanche. Une réunion de dernière minute à la préfecture hier soir, entre les habitants de l’immeuble sinistré et les services de l’État, n’a pas permis d’aboutir à une solution durable. Depuis janvier 2019, la cité fait partie du plan national des copropriétés dégradées qui devrait conduire à une réhabilitation de l’ensemble ou à sa destruction.

Source : La Provence

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Moi Moi

    Mais les habitants (locataires et propriétaires ne sont-ils pas assurés ? Les assurances n’ont elles pas un rôle et une intervention dans le cadre du sinistre et des contrats ?
    Je suis étonné que la sphère publique gère et prenne en charge ce genre de situation.

    Signaler
  2. Lecteur Electeur Lecteur Electeur

    Il est parfaitement normal que la collectivité prenne en charge des mesures d’urgence au titre de la solidarité humaine et citoyenne. La devise de la République n’est-elle pas Liberté, Egalité, Fraternité ? Certains semblent oublier ce terme de fraternité et feraient bien de faire un stage d’instruction civique.

    Les assurances privées ont leur rôle à jouer mais leur intervention n’est pas immédiate. Espérons qu’elle ne se défausseront pas.

    Signaler
    • Moi Moi

      Cher électeur du 9eme,
      il est inutile de me donner une leçon sur les valeurs de la république. Pas besoin de s’enflammer.
      L’aide à autrui dans l’urgence est effectivement une évidence de décence, tout est après une question de calibrage et de curseur.
      Et je vous rejoins sur la nécessité que les assurances ne se défaussent pas.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire