À la crèche de l’Œuf, les parents et salariés sont toujours dans le “flou total”

Rassemblement
Bref
Mathilde Ruchou
10 Juil 2018 0

Nous attendons des réponses concrètes.” Cette phrase revenait en boucle lors du rassemblement qui se tenait hier lundi en fin d’après-midi devant la crèche de l’Œuf, située dans la cité de la Busserine (14e arrondissement). À l’appel du syndicat CNT-Solidarité ouvrière, salariés et syndicalistes distribuaient des tracts et appelaient au maintien de la crèche en septembre prochain. La fermeture révélée notamment par Marsactu est prévue le 30 juillet prochain pour des raisons de sécurité, et notamment à cause de la proximité d’un point de deal. Ils demandaient également à lever le “flou total” sur leur situation. “On sait maintenant qu’il n’est pas question de licenciement. On nous a un peu rassuré, mais la relocalisation n’est pas actée, donc pour l’instant il n’y a rien de concret“, explique Miriam, animatrice d’éveil à l’Œuf.

Un peu plus discrets à l’ombre des arbres, une bonne dizaine de parents sont également venus exprimer leur colère. “Ma petite allait rentrer à l’Œuf, le contrat avait même été signé. Je suis en attente de place dans une autre crèche, mais je n’ai pas pu la choisir“, soupire une mère, tenant sa fille de neuf mois dans les bras. Pour Nahouza, chauffeur poids-lourd et sa femme infirmière, “on va être très embêtés, pour l’instant on nous a proposé une seule crèche mais elle est beaucoup trop loin“. Selon l’adjointe au maire LR en charge des crèches, Catherine Chantelot, 18 enfants sur 35 ont été inscrit dans un autre établissement. L’élue a rendez-vous cet après-midi avec la préfète à l’égalité des chances à ce sujet.


A la une

Le projet de la piscine d’Euroméditerranée prend l’eau
Il fait partie des arguments avancés par la ville de Marseille, lorsque les critiques concernant le manque de piscines municipales se font trop vives....
Bernard Tapie veut licencier le principal syndicaliste de La Provence
La scène se déroule non pas à Marseille mais à Paris d'où Bernard Tapie dirige son journal, La Provence. L'actionnaire principal tient ses conseils...
Habitat indigne : l’État et les collectivités rejouent leur éternel ping-pong
"Jean-Claude, cela serait bien que nous appelions Julien Denormandie et Jacqueline Gourault lundi matin. Je la connais bien, elle était au Sénat avec moi"....
Violences à la marche de la colère, manifestants et policiers se rejettent la faute
Fierté et déception. C'est dans cet état d'esprit que les organisateurs de la marche de la colère faisaient le bilan devant la presse. Fierté...
Un nuage de lacrymo trouble la colère des Marseillais
Un énorme nuage de lacrymogène en guise de réponse à la contestation pacifique. À 19 h 30, une partie des 8000 manifestants comptés par la police...
Emportée par la vague #BalanceTonTaudis la mairie tente de garder la tête hors de l’eau
"Depuis que ça a été lancé, c'est une avalanche. Ça noie complètement le service gestion des risques parce qu'on est appelé de partout." Ce week-end,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire