À la Busserine, la crèche voisine du point de deal va fermer

Actualité
Julie Le Mest
28 Juin 2018 5

La crèche de l'Œuf, située au cœur du quartier de la Busserine, va fermer définitivement cet été. L'association gestionnaire invoque des questions de sécurité, liée à la proximité des lieux de deal et aux tirs du 21 mai.

Image google view de février 2018. Avant les travaux de sécurisation.

Image google view de février 2018. Avant les travaux de sécurisation.

Située au cœur de la cité de la Busserine, la crèche de l’Œuf va fermer définitivement ses portes cet été. La décision, soudaine, a été annoncée par l’équipe fin juin aux familles des 35 enfants accueillis dans la structure. La raison invoquée par l’association gestionnaire de l’équipement, les Apprentis d’Auteuil, est la sécurité, à la suite notamment des tirs de kalachnikov du 21 mai dernier. “Nous ne pouvons pas assurer la rentrée à cet endroit“, explique Valérie Moulinier, déléguée générale pour la petite enfance au sein des Apprentis d’Auteuil, évoquant la “succession d’événements” survenus dans le quartier au printemps.

Gérée par les Apprentis d’Auteuil depuis neuf ans, la crèche est située sur la rue qui longe le stade de foot, à l’intérieur de la cité. Elle se trouve ainsi à proximité de l’endroit où se déroule l’activité de deal, ce qui pose des questions de sécurité. “Cela fait trois ans que nous travaillons avec les partenaires sur cette question de l’implantation,” ajoute Valérie Moulinier. “C’est compliqué de sortir avec les enfants, de faire venir des intervenants”.

Des intrusions et des bris de portes intérieures

Élue LR en charge des crèches, Catherine Chantelot confirme que le problème avait déjà été évoqué et a donné lieu à des travaux de sécurisation par le bailleur Habitat Marseille Provence. “C’était lié à des intrusions, à cause du trafic mais pas uniquement, avec des bris de portes à l’intérieur de la crèche. À l’époque, il y avait des petites barrières facilement franchissables.” Depuis, la crèche a été entourée de haute palissades grises. Il y a deux ans, la mairie a également sollicité les bailleurs pour trouver un autre lieu, sans succès à l’époque. Dans ce contexte déjà tendu, les tirs du 21 mai ont été l’événement de trop.

Dans un courrier adressé à plusieurs acteurs institutionnels et associatifs, des parents s’inquiètent de la prise en charge future de leurs enfants. “Apprendre cette fermeture programmée a été pour nous tous un véritable coup de massue dont nous ne nous remettons pas. Nous plaçant dans une situation des plus angoissantes d’autant qu’aucune solution concrète ne nous est proposée si ce n’est de réinscrire notre enfant sur le portail de la ville”, écrivent deux parents dans un courrier dans lequel ils indiquent représenter une dizaine de familles. Si leurs demandes pourraient être traitées en priorité, ils s’inquiètent de la capacité de la ville à le faire dans le contexte de lafermeture, dans le même secteur, de la crèche des Oliviers, de 42 places, intervenue ce printemps.

Prioriser les familles dont les deux parents travaillent

Côté Ville, le dispositif n’est pas en place, car l’information de la fermeture de l’Œuf a été connue tardivement. Catherine Chantelot précise avoir reçu un courrier des Apprentis d’Auteuil lundi. Elle indique cependant être en recherche de places, en faisant passer en priorité les familles dont les deux parents travaillent. “Il y a l’inauguration d’une micro-crèche de dix places à Picon le trois juillet prochain, fait-elle remarquer, sans conviction. Nous allons les solliciter, mais c’est peut-être déjà plein.

La solution favorisée tant par les Apprentis d’Auteuil que par les acteurs institutionnels, Ville comme préfecture, est celle de la recherche d’un nouveau lieu pour déménager la crèche, en lisière de la cité. “C’est un problème d’être dans un quartier où on est enfermé, expose Valérie Moulinier. On peut faire le même accueil, le même service juste à côté.” Des scénarios sont envisagés par la préfecture, tandis que la Ville indique solliciter à nouveau les bailleurs. Aucune garantie, cependant, qu’un nouveau lieu puisse être opérationnel pour la rentrée.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

1 € LE 1ER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.


A la une

Mille logements et plusieurs tours pourraient pousser autour du Corbusier
Le bruit de la circulation du boulevard Michelet résonne jusqu'au pied de la Cité radieuse. L'unité d'habitation Le Corbusier classé au patrimoine de l'Unesco...
Sexisme en politique : dix élues marseillaises témoignent
Le 4 février dernier, le sénateur Rassemblement national Stéphane Ravier se lançait dans une attaque sexiste contre la conseillère municipale Europe écologie les verts...
Confortés par la justice, les opposants au PPP veulent un audit de toutes les écoles
Le 12 février sera marqué d'une croix rouge dans le calendrier des "anti-PPP". Architectes, instituteurs, parents d'élèves, professionnels du bâtiment, militants "attachés au service...
Pour le tribunal, le PPP des écoles nuit à l’intérêt des contribuables marseillais
Une scène peu familière aux affaires administratives, où les jugements sont d'ordinaire rendus par écrit. Ce mardi 12 février, l'annulation de la délibération municipale...
Pour soutenir le projet de grand hôpital privé, d’anciens patients démarchés par mail
C'est ce qui s'appelle mal tomber. Stéphane Mari connaît ça puisque c'est après une mauvaise chute en sport qu'il s'est retrouvé il y a...
Bruno Gilles et Sophie Camard s’essayent au débat des municipales avec un an d’avance
"Tu as peut-être les finalistes de la municipale sur ta photo... sur un malentendu !". La boutade est lancée par le sénateur LR Bruno Gilles,...

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire