1700 croisiéristes débarquent du MSC Splendida à Marseille sans cas de coronavirus à bord

Passerelle
Bref
le 24 Mar 2020
2

Après le Luminosa et le Pacifique de l’armateur Costa, c’est au tour de MSC de débarquer ses croisiéristes. Le paquebot Splendida vient de s’amarrer, ce mardi, dans les bassins Est du Grand port maritime de Marseille. À son bord, 1720 passagers, qui descendront progressivement dans la journée d’aujourd’hui et de demain mercredi.

Parmi eux, une centaine sont des ressortissants français. Aucun cas de coronavirus n’a été détecté sur le navire. « Le bateau naviguait depuis 12 jours, on est donc proche des 15 jours de quarantaine. Il n’y a sur le bateau aucun malade, aucun passager qui présente de la fièvre et tous ont une solution logistique pour regagner leur domicile », rassure Jean-François Suas, le président du club de la croisière.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. PromeneurIndigné PromeneurIndigné

    Bisness d’abord comme d’habitude Les responsables ont ils oublié (ou la connaissent-ils seulement ) l’histoire du Grand Saint Antoine qui fut à l’origine de la grande peste qui tua le quart de la population marseillaise « La négligence supposée des médecins italiens, qui laissent repartir le navire, jointe à la hâte de Chataud pour livrer avant le début de la foire de Beaucaire, n’arrange rien à l’affaire : le capitaine amarre son voilier près de Marseille, au Brusc, et fait discrètement prévenir les armateurs du navire. Les propriétaires font alors jouer leurs relations et intervenir les échevins de Marseille pour éviter la grande quarantaine (celle durant quarante jours). Tout le monde considère que la peste est « une histoire du passé » et l’affaire est prise avec détachement : les autorités marseillaises demandent simplement au capitaine de repartir à Livourne chercher une « patente nette », certificat attestant que tout va bien à bord « . Source Wikipédia

    Signaler
  2. jean-marie MEMIN jean-marie MEMIN

    Et l’échevin, le notable qui s’appelait Estelle fut anobli, toucha quelques picaillons et mourut peu après. Selon les chroniques , il semblait responsable d’une partie de la cargaison de ballots de tissus et autres préciosités textiles. Hormis le capitaine du  »Grand st Antoine » qui fit trois ans de prison, fut élargi, personne ne fut condamné sauf les habitants de Marseille et une bonne partie de la Provence.
    Comme quoi le système qui repose sur la cupidité et le commerce à tout prix  »quoi qu’il en coute » à encore de beaux jours pour les biens en cour selon les  »Animaux malades de la peste » du bon Jean de la Fontaine. À quelques mois près cela fait trois cent ans près que Marseille se débat dans ces épidémies.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire