Avec les clefs de la villa Valmer, la mairie récupère des millions d’euros de travaux

Info Marsactu
le 9 Sep 2022
23

Après avoir récupéré les clés auprès du locataire qui voulait en faire un hôtel de luxe, il revient à la mairie de sécuriser la villa Valmer. Mais pour remettre en état le bâtiment, la facture pourrait se situer entre sept et neuf millions d'euros.

Les travaux sur la villa sont interrompus depuis le printemps 2021. (Photo : SL)

Les travaux sur la villa sont interrompus depuis le printemps 2021. (Photo : SL)

Il est des petits gestes qui peuvent avoir de lourdes conséquences. Le premier septembre, le maire de Marseille a récupéré les clefs de la villa Valmer. En épilogue d’une saga qui dure depuis 2020, Benoît Payan a partagé sa satisfaction sur les réseaux sociaux. “Après des mois de procédures, la Ville de Marseille récupère enfin […]

Cet article est réservé aux abonnés au journal

Vous seul garantissez notre indépendance Offres d'abonnement à partir de 1€ Poursuivez votre lecture et rejoignez la communauté JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. christian Nochumson christian Nochumson

    La Villa Valmer se trouve donc dans un état trés dégradée à cause l’impéritie de l’ancienne municipalité et des travaux du locataire/promoteur et c’est la municipalité de B.Payan que Marsactu met sous les projecteurs. Un seul mot:Bravo.

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Oui, je m’étonne aussi que Marsactu feuilletonne sur cette affaire et qu’après les risques liés à la procédure, ils reviennent à la charge avec le coût des travaux…

      Je trouve le point de vue sur cette affaire de plus en plus éloigné de la morale de base. Du genre: “Oh ça coûte des sous, finalement il aurait peut-être mieux valu laisser faire…”

      Pourtant, si la bâtisse est aussi dégradée que le laisse penser l’article, alors l’intention du promoteur de la démolir pour la rénover au lieu de la restaurer conformément à son PC fait d’autant moins de doute.

      Signaler
    • Alain M Alain M

      Rien n’est sans doute faux dans cet article si ce n’est le point de vue. Placer le sujet sous l’angle des seules conséquences financières – qui ne sont pas à négliger pour autant – est incroyablement réducteur. Comme si les choix de politique publique devaient être arbitrés par un expert-comptable. Une municipalité, même soucieuse des finances publiques , n’est pas là pour se plier aux lois du marché, mais doit soutenir des choix qui vont dans le sens de l’intérêt général et non pas de ceux d’une minorité qui peut soustraire le bien du domaine public pour le mettre à disposition des menus plaisirs d’une riche clientèle qui peut s’offrir de dormir dans un Palace. Qui peut ignorer la violence symbolique que représente la privatisation de cet espace public et sa mise à disposition des oligarques de passage.? Allez zou! soyons excessif et poussons la logique jusqu’au bout: si la rentabilité économique doit être la reine je propose qu’on transforme la Villa Valmer en un bordel de luxe où nous pourrions prostituer de jeunes et jolies marseillaises, et de jeunes et jolis marseillais pour le plus grand bien des finances publiques.
      Plus sérieusement, si l’on suivait la logique de l’article, aucune politique publique ne serait possible. L’école publique? un gouffre , pas rentable…l’hôpital public? pire….l’assurance chômage? un pognon de dingue!…les bibliothèques municipales? .pfffuuu..etc…Tout voir sous l’angle du commerce et des finances, ne pas faire la distinction entre l’espace public et le marché porte un nom : le néolibéralisme . C’est une histoire ancienne et qui peut mal finir, à coups de fouet. Rappelez-vous, dans la Jérusalem antique, une tribu avait conçu de faire commerce de tout et partout. Le fric, faire du fric, y compris avec des choses sacrées et dans tous les lieux, y compris le Temple, la maison du Père. Un énergumène a mal vécu ce mélange des genres et en est devenu tout jaune de colère pour finir par renverser les tables et foutre tout ce petit monde dehors à coups de fouet bien claquants. Ça fait rêver , non?

      Signaler
  2. marianne13 marianne13

    Que Marsactu ne soit pas un organe de propagande me rassure. Je n’ai pas toujours partagé le point de vue des journalistes ici mais il m’a toujours intéressée car argumenté et factuel. C’est ce que j’attends d’un journal … Merci Marsactu !

    Signaler
  3. Regard Regard

    A mon niveau je participe avec les 17,5% d’augmentation de ma taxe foncière. C’est peut etre pour ca qu’ils l’ont augmenté …….

    Signaler
  4. Haçaira Haçaira

    Naïveté ? Si ce bâtiment est classé monument historique, n’y-a-t’il pas une aide de l’état ?

    Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Oui bien sûr

      Signaler
  5. Jb de Cérou Jb de Cérou

    Villa Valmer , Château Pastré et bien d’ autres belles demeures propriétés de la Ville sont en panne d’argent comme de projet. Il faudrait trouver des formules ( évènementielles ou autres, séminaires, mariages… ) pour que la Ville puisse ,sans privatisation de long terme, gagner un peu d argent pour entretenir ces patrimoines et le reste du temps, les vouer à une ou plusieurs activités d’intérêt

    Signaler
  6. Tarama Tarama

    Le groupe Culturespaces enchaîne des expo de niveau mondial à l’hôtel de Caumont à Aix-en-Provence, auquel
    une Villa Valmer rénovée n’aurait rien à envier.

    Alors, certes, c’est du privé et de la délégation de service public, mais ça peut être de (grande) qualité et bien mieux qu’un énième hôtel 5 étoiles.

    La Magalone, au pied du Corbusier, est un autre bijou municipal en péril, aux façades pourries, où les belles tapisseries pourrissent sur place et les murs tombent en lambeaux, sous les infiltrations d’eau.
    (Le bâtiment est utilisé par la Cité de la musique et reçoit un public nombreux).

    Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      Il faudrait pour cela avoir ici une ambition culturelle à la hauteur de la “deuxième ville de France” (sic). Naguère, le Musée d’art contemporain de Marseille aussi était capable d’organiser des expositions de haut niveau : tout cela a disparu avec un maire qui réduisait la culture au marché aux santons et au folklore provençal.

      Je ne serais pas gêné par une DSP si elle permettait de créer des lieux inspirés comme Caumont à Aix.

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      La dsp comme remède miracle est une vue de l’esprit.
      Le Silo est en dsp. Résultat : programmation pas toujours de bien haut niveau.
      Culturespace a investit l’hôtel de Chaumont, mais nous sommes à Aix, et en plus à deux pas, au sens propre, du musée Granet. Une concentration de lieux prestigieux d’exposition, dans une ville au patrimoine historique exceptionnel, qui a mise son image sur la culture, évidemment c’est tout benef pour Culturespace.
      Valmer c’est loin de tout. Deux misérables bus vous y amènent. Et le lieu est isolé au milieu d’h notations privées. Proposées Valmer à Culturespace, vous vous ferez sortir à coup de pieds aux fesses.

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Ne plus commenter depuis l’iPhone avec ma vue qui baisse.
      Hôtel de Caumont
      Qui a misé son image
      Au milieu d’habitations privées
      Proposer Valmer

      Signaler
  7. Patafanari Patafanari

    Un référendum d’initiative populaire pour obliger le Maire Payan à habiter les lieux. Il paraît qu’il a passé les premières semaines de son mandat à repenser le décor de son bureau de la Mairie. Une mission à la mesure de ses compétences. Étonnez moi, Benoît !

    Signaler
    • polipola polipola

      mais quelle hauteur d’esprit ! j’en tombe à la renverse.

      Signaler
  8. Pelren Pelren

    Engager autant d’argent dans une opération dont on ne comprend pas bien la finalité sinon ” rendre la villa Valmer aux marseillais”, c’est faire peu de cas du déficit abyssal des finances de la ville.
    Certes, le maire actuel n’y est pas pour grand chose, mais une telle opération, aussi coûteuse que sans objet bien précis, ne va pas contribuer à l’atténuer.
    Et quand on voit le taux d’augmentation des taxes foncières… qui étaient jusqu’à présent les plus élevées de France, pour un service rendu au public que je préfère ne pas qualifier, il y a de quoi s’interroger (fortement) !
    Ne faudrait-il pas un peu jeter un oeil sur les bases de calcul de cet impôt qui n’ont été revues que très marginalement depuis 1975 !!!
    Mais cela, qui effectivement pourrait rapporter gros, ce n’est pas politiquement très porteur…

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Pour la réforme de la taxe foncière, c’est surtout très compliqué à mettre en place. Mais c’est prévu pour 2026.

      Signaler
  9. Brallaisse Brallaisse

    Rien n’est compliqué en matière de fiscalité,ce n’est qu’une question de volonté politique.
    Tout le reste n’est que baratin.

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Bien entendu, pour une pointure comme vous les mécanismes de lissage et de planchonnement sont probablement un jeu d’enfant et vous auriez sans doute la solution demain. Mais pour les cadres débauchés par Bercy depuis plusieurs années, il semblerait que cela prenne un peu plus de temps…
      Pourtant le calendrier n’a pas évolué depuis le vote de la loi de finances pour 2020.
      Pour l’instant, l’outil de collecte des données commence à être déployé. En 2023, collecte des données. Les années suivantes analyse des données, mise en place des mécanismes atténuateurs et 2026, taxe foncière nouvelle formule.

      Signaler
    • Assedix Assedix

      (PS: désolé pour le ton un peu sec. J’ai passé trop de temps sur Twitter) 🙂

      Signaler
  10. Brallaisse Brallaisse

    Assedix , je vais répéter,c’est une volonté politique de faire ou de ne pas faire, la technique n’est rien.2022-1975 = 37.
    Ne me dites pas que cette révision n’aurait pas pû être faite en 37 années?.

    Signaler
    • Assedix Assedix

      Et je vais à nouveau vous répondre:

      1) la révision n’avait pas lieu d’être avant que le mode de calcul actuel ne devienne obsolète (ce qui est le cas depuis un certain temps, je vous l’accorde)

      2) l’actualisation en temps réel (= tous les ans) de toutes les valeurs locatives était absolument IMPOSSIBLE (et impensable) avant la dématérialisation totale (qui est encore en phase de déploiement).

      Par ailleurs, la taxe foncière est universellement reconnue comme un impôt injuste et complètement obsolète dans son mode de calcul. Vous pensez vraiment que Hollande aurait laissé tout le crédit de sa réforme à son successeur s’il avait pu faire autrement ?

      Signaler
    • ruedelapaixmarcelpaul ruedelapaixmarcelpaul

      Brallaisse, je ne vous prendrai pas en tant que conseiller fiscal. 2022-1975 = 47

      Signaler
  11. Brallaisse Brallaisse

    Je ne pense rien , je pense simplement que les électeurs qui ont bien voté sous l’ère Defferre et Gaudin payent moins cher que ceux qui ont mal voté . Que mon foyer fiscal paye autant que des amis qui habitent le parc Talabot ou Malmousque pour le même type de logement ( je suis dans le 4/5). Mais si cela vous semble normal ?
    La valeur locative n’a pas besoin d’être évaluée chaque année, toutes les 3 ou 5 années serait suffisant.En 2026 nous serons à 41 années de non réévaluation,les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.
    Concernant Flanby, laissez le côté,une véritable déception ambulantes montée sur pattes.Il a fini de me dégoûter du socialisme bobo parisien

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire