Au pied des Calanques, un “éco-campus” à plus de 150 000 euros laissé à l’abandon

Enquête
le 26 Mai 2022
7

Il y a près de deux ans, des parcelles de culture maraîchère ont été installées au sein du lycée Marseilleveyre en partenariat avec le lycée agricole des Calanques et avec l'aide conséquente des collectivités. Mais aujourd'hui le projet est à l'arrêt et les cultures dépérissent.

Le lycée Marseilleveyre dans le 8e arrondissement. (Photo : ML)

Le lycée Marseilleveyre dans le 8e arrondissement. (Photo : ML)

Les élèves espéraient récolter des pêches, des poires, des brugnons, du raisin ou encore des kiwis. Finalement, ils ont retrouvé des champs vides où les mauvaises herbes remplacent les plantations. Ce site était voué à devenir un “éco-campus”. Deux établissements scolaires du Sud de Marseille, le lycée Marseilleveyre et celui des Calanques, travaillent depuis une […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Tarama Tarama

    Encore des gestions catastrophiques sur fond de guerres d’égos. Il ne fait pas bon marcher sur les plates-bandes des autres dans l’éducation nationales.

    Cela montre également l’importance réelle que donnent ces décideurs aux projets jardins qui fleurissent (et dépérissent) ici ou là : aucune.

    A l’AP-HM, les jardins promus à grand coup de com’ et de greenwashing ont une durée de vie de un à deux ans en général. Cf. les jardins d’hospitalité de Sainte-Marguerite ou Salvator.

    Signaler
  2. EmiRom EmiRom

    Encore un paquet de pognon jeté à la mer. Contribuables mettez la main à la poche !!!!!

    Signaler
    • Patafanari Patafanari

      La terre ne ment pas. « Les élèves espéraient récolter des pêches, des poires, des brugnons, du raisin ou encore des kiwis«  . Petits, ils ont trop lu « Jack et le haricot magique « et au vu de la photo 2, c’est plutôt une terre favorable à la culture du chanvre.

      Signaler
  3. printemps ete 2020 printemps ete 2020

    C’est triste , ou comment la crise sanitaire et sa gestion catastrophique ont permis et laissé faire des absurdités ..

    Signaler
    • RML RML

      Ca n a rien a voir avec la gestion sanitaire mais avec l incompétence des personnels en place.
      Il suffit d aller au lycée Marseilleveyre pour s en rendre compte.
      Des travaux sont faits pour refaire les grilles tandis que le jardin, certaines salles et les toilettes sont à l abandon.
      Depuis longtemps la gestion du lycée est calamiteuse.

      Signaler
  4. Jean Peuplus Jean Peuplus

    Parfaite illustration d’argent public (150 000€= à peu près 10 ans de salaire d’un travailleur payé au smic) jeté aux orties.
    – un projet pédagogique mal ficelè
    – des financements publics accordés sur la base de l’air du temps sans aucune étude de faisabilité préalable ni contrôle d’exécution
    – des établissements scolaires qui au lieu de s’unir pour la réussite d’un projet passent leur temps à se chicaner
    – un constat d’échec motivé par la covid

    Signaler
  5. Mars, et yeah. Mars, et yeah.

    – Pas de leader
    – que des ambitions persos et des querelles de clocher
    – que du greenwashing
    – que de l’argent public jeté par les fenêtres
    – que du foutage de gueule

    Tout va bien, dormez tranquillles.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire