Polluée au plomb et à l'arsenic par les industries du XIXe qui parsemaient le littoral sud, la calanque de Saména est censée être interdite d'accès depuis 2005. Mais les panneaux ont disparu et tout le monde - baigneurs, riverains, ville de Marseille - ignore ou minimise les risques. Quant aux travaux de dépollution annoncés en 2013, ils n'ont pas encore démarré.

Pour certains acteurs associatifs, c’est devenu « un marronnier », un de ces sujets qui reviennent périodiquement dans l’actualité. Pourtant, son thème n’est pas du genre inoffensif. Depuis plus de dix ans, les pouvoirs publics sont alertés sur la pollution au plomb et à l’arsenic de la calanque de Saména. Diffusé jeudi 28 juillet (et visible en ligne ici), le reportage d’Envoyé spécial intitulé « Calanques en eaux troubles » s’attardait sur cette « petite crique » où les « touristes affluent » l’été mais dont « les rochers sont infestés par le plomb ». Sans aucune mention du risque qu’ils peuvent encourir…

Marseille a mis la tete dans le sable pollue de Samena 3
Les piquets fatigués qui délimitent les zones les plus polluées.

Ce vendredi, le mistral hérisse les eaux mais quelques baigneurs profitent tout de même du lieu, auquel on accède par un escalier bien aménagé. Mais quand la météo s’y prête, c’est tout autour sur les rochers qu’on bronze ou qu’on installe les parasols, moyennant un peu d’acrobatie. Dotée d’un parking, située juste avant le point du vue de la calanque du Mauvais pas, accessible à pied depuis le terminus du bus 19, Saména cumule les avantages. Certes, le spot est exigu et de curieux cailloux noirs se mêlent aux galets et aux débris de tuiles. Mais pour peu qu’on s’y plaise, le restaurant Les Tamaris étale généreusement sa terrasse en surplomb de la calanque.

Venues du sentier en provenance des Goudes, deux promeneuses avec un petit garçon s’aventurent sur une pente : des piquets délimitant des petits périmètres les intriguent et un panneau situé plus haut promet une explication. Il ne s’agit « que » d’une zone expérimentale de renforcement de l’astragale de Marseille, aussi appelée « coussin de belle-mère », une plante protégée. Pas de doute, nous sommes bien au cœur du parc national des Calanques, à l’origine de cette initiative botanique. Le paradoxe prêterait presque à sourire : aucun message n’accompagne en revanche d’autres fils de protection, dont certains montrent des signes de fatigue. À l’intérieur des zones ainsi matérialisées, les tons jaunes, noirs ou ocre tranchent avec le blanc des rochers. C’est dans ces dépôts de scories, résidus de l’activité industrielle, qu’est concentrée la pollution à l’arsenic et au plomb évoquée par France 2.

La « fièvre du plomb »

Samena pollution plomb arsenic 1
Carte réalisée en 2001 par le conseil général. Cliquez pour agrandir.

Située au sud de Saména, l’usine de l’Escalette fait partie des sept établissements créés au XIXe siècle, lorsque la « fièvre du plomb » saisit Marseille. Facile d’accès grâce au petit port aménagé qui permet de recevoir les matières premières provenant de mines espagnoles et italiennes, elle fournit la plus grosse production de la ville, avec 3 000 tonnes de plomb brut par an. L’activité dure jusque dans les années 1920.

Les stigmates laissés par ce pan de l’histoire de la ville sont bien documentés. En 2013, l’Escalette occupait une bonne part du colloque « Biodiversité et pollution des Calanques », événement de clôture d’un programme de recherche sur le sujet. Le gros de la pollution est concentré sur le site de l’usine, ainsi que dans le vallon qui s’enfonce dans le massif, mais une partie est éparpillée : « Le long du littoral, une douzaine de dépôts et plus de 70 mini-dépôts ont été recensés pour un volume estimé à environ 8 500 m3 », précise une thèse de Marie-Cécile Affholder (Laboratoire de Chimie de l’Environnement, Aix-Marseille université). Des remblais de l’usine ont même  été utilisés comme « matériau bon marché » pour la route vers Callelongue.

Si Saména n’est pas une exception sur le littoral, elle constitue un des sites pollués les plus accessibles et fréquentés. Mais il faut attendre 2000 pour qu’une interrogation de riverains débouche sur une étude. « C’est à la suite de plaintes du voisinage relatant une activité illicite de récupération de ferrailles dans le secteur dans les années 2000 que les services de l’État se sont interrogés sur la qualité des sols. Faute d’exploitants responsables identifiables, des diagnostics ont été demandés au conseil général, principal propriétaire des terrains », relate la fiche correspondante dans la base des sites pollués du ministère de l’Environnement.

Dès l’année suivante, le conseil général prend les choses en main : le sable est intégralement renouvelé, des rochers sont installés et du béton est projeté pour enfermer les scories les plus accessibles. Ce coffrage est encore visible aujourd’hui même si des fissures commencent à apparaître.

Ces « travaux d’urgence » sont loin de faire disparaître la pollution, mais la chape retombe. Il faut ensuite attendre dix ans pour que l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Adme) soit chargée par l’État d’une mission sur la zone plus large allant du Mont-Rose à Callelongue. Entre temps, le conseil national de protection de la nature a prévenu : si le parc national des Calanques est créé, la dépollution doit faire partie des priorités en terme de financement. « Comme sur les rejets en mer d’Alteo, s’il n’y avait pas eu le parc national, on n’en serait pas là », insiste son président Didier Réault (LR), tout en reconnaissant que les travaux ont pris du retard. En 2013, l’Ademe organise une réunion publique à la maison des sports de Bonneveine pour présenter le projet. Il est résumé dans le document ci-dessous, avec un objectif de démarrage en 2015/2016.

« À la base c’était l’État qui devait financer seul, assure Didier Réault, par ailleurs adjoint au maire de Marseille et vice-président du conseil départemental. Comme il a sollicité les collectivités locales pour contribuer, forcément, il a fallu plus de temps. » Interrogé en tant que propriétaire du terrain depuis 1964, le conseil départemental confirme qu’il ne lui appartient pas de faire les travaux et que le principe pollueur-payeur ne peut pas s’appliquer. Il s’agit d’un site « orphelin » – l’ancien exploitant de la fonderie de plomb (fermée dans les années 20, voir encadré) ne peut pas être mis à contribution. Dans ce cas de figure, c’est à l’État « qu’incombe le pilotage et le portage de la dépollution ». Le département précise toutefois qu’« une autorisation de programme d’un million d’euros a été votée » pour accompagner l’État. De son côté, la préfecture n’a pu nous répondre avant la publication de cet article.

En réalité, cette enveloppe attend d’être utilisée depuis… 2005. Cette année-là, une étude de l’Institut national de veille sanitaire (INVS) plombe l’ambiance et préconise « la fermeture de la plage ».

Les chercheurs ont simulé l’exposition au plomb et à l’arsenic en fonction de la fréquentation du site, pour des adultes mais aussi pour des enfants, davantage à risque du fait de leur taille et de leur comportement (doigts à la bouche, etc.) :

Le dépassement du seuil de plombémie (100 microgrammes par litre pour des enfants de moins de deux ans) après fréquentation de la plage de Saména est atteint très rapidement, quel que soit l’âge de l’enfant et le scénario retenu (une fréquentation régulière d’une durée d’une demi-journée par semaine suffit).

Les risques de saturnisme existent donc. L’INVS réclame dès cette étude de 2005 une campagne de dépistage auprès des enfants du quartier. De même, le risque de cancers liés à l’arsenic dépasse « le seuil décisionnel classiquement admis en matière de sites et sols pollués ». L’exposition liée à la résidence dans le quartier voisin de l’Escalette et à la consommation d’oursins ou de moules est aussi évaluée, les enfants qui cumulent les trois multipliant les risques. La réaction de la préfecture est alors claire, selon le récit de la fiche officielle déjà citée plus haut :

Un communiqué de presse de la préfecture daté du 13/07/2005 a interdit l’accès aux abords de la plage de Saména (sans pour autant interdire la baignade) ainsi que la pêche et la consommation des fruits de mer sur toute la zone (contamination des sédiments et de la matière vivante). Ces interdictions ont fait l’objet d’un balisage et de panneaux implantés à l’été 2005 par le conseil général, pour informer la population des risques sanitaires.

En revanche, le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin est moins inquiet. En conseil municipal, il trouve cette mesure « excessive », estimant que la presse « affole les foules », selon le récit de Marseille l’hebdo. Mais la Ville s’y adapte toutefois en retirant Saména de la liste de ses sites de baignades. Du moins pour ce qui concerne la partie « officielle », celle qui contraint à des analyses régulières de la qualité de l’eau. Car cette année encore, la crique trouve sa place sur la page de la ville de Marseille consacrée à la saison balnéaire et intitulée « Un été en toute sécurité »

samena-ete-securite-ville-marseille
Capture d’écran du site de la Ville de Marseille

Sur place, cette mise au rencart de l’interdiction préfectorale – que nous avons cherché en vain sur Internet – est confortée par la disparition des panneaux censés la matérialiser.  En 2007, il n’en restait déjà plus que deux sur quinze, selon le décompte du mensuel CQFD. Cinq ans plus tard, l’Ademe en intègre une photo dans sa présentation, pour signaler que « ces panneaux ont disparu ». La remarque est restée lettre morte. « Ce ne sont évidemment pas les services du département qui les ont enlevés. Mais le nécessaire sera fait dans les meilleurs délais pour qu’ils puissent être remis en place », nous assure celui-ci.

Source : Ademe.

La politique de l’autruche

L’histoire racontée ce week-end par Marsactu a fait l’objet de rappels réguliers de la presse. En 2007, CQFD rebaptise Saména « Arsenic-sur-Plage ». En 2012, Valérie Simonet, que nous avions reçue sur notre plateau, consacre un documentaire à « l’histoire empoisonnée » des Calanques. La Provence résume cette politique de l’autruche en 2013 : « On arrache les panneaux interdisant la consommation de coquillages. On se rebaigne à Saména. On randonne sur le crassier de l’Escalette. Marseille remet la tête dans le sable. Un sable plein de plomb. Les années passent. » C’était il y a trois ans. (Photo : Ademe)

Panneaux ou pas, la fermeture a d’emblée suscité le scepticisme des riverains. « On s’est toujours baigné dans cette zone, sans pour autant qu’on constate de problèmes de santé, réagissait dans Marseille l’hebdo le président du CIQ de Saména, Raymond Adjemian. On se pose beaucoup de questions sur ce soudain regain d’intérêt manifesté par les pouvoirs publics pour notre périmètre. » Traduction : on craint que les promoteurs soient à l’affût. Nous n’avons pas réussi à joindre ce responsable associatif, toujours en poste, pour connaître son état d’esprit actuel sur la question.

En tout cas, l’argument de l’habitude a la vie dure. Didier Réault glisse lui aussi que « les gens se baignent là depuis 100 ans ». Qui faut-il croire, les chercheurs de l’INVS, ou les témoignages d’habitants s’estimant indemnes ? L’élu admet que de nouvelles analyses pourraient être effectuées, bien entendu sous la responsabilité de l’État.

En même temps, ce n’est pas la moindre des surprises de ce dossier, la baignade n’est pas interdite à Saména. Et ce contrairement à ce qu’affirme Didier Réault dans le reportage d’Envoyé spécial. Contacté par Marsactu, l’adjoint au maire de Marseille délégué aux plages se reprend : « La baignade n’est pas surveillée, c’est tout, ensuite les gens font ce qu’ils veulent. » À partir du moment où la Ville ne le considère plus comme un site de baignade officiel, ce n’est plus son affaire mais « celle du préfet, propriétaire du domaine public maritime, ou bien du département », martèle l’élu. Sinon, il restera toujours le kayak pour accéder à Samena…

---

Article en accès libre

Cet article vous est offert par Marsactu

Soutenez Marsactu en vous abonnant

DÉCOUVREZ MARSACTU

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.