Après sa garde à vue, François Bernardini noie le poisson et choisit sa presse

Décryptage
le 13 Déc 2019
5

Le maire d'Istres a choisi de minimiser son rôle dans les affaires municipales pour balayer les soupçons du parquet national financier. C'est le sens de ce qu'il a exposé dans une conférence de presse dont Marsactu a été exclu.

François Bernardini, lors de la conférence de presse, le 12 décembre, après plus de 24 heures de garde à vue. Photo David Coquille.

François Bernardini, lors de la conférence de presse, le 12 décembre, après plus de 24 heures de garde à vue. Photo David Coquille.

L'enjeu

Candidat à sa réélection en mars, le maire d'Istres a tenté de défendre son honneur à peine descendu de l'avion qui le ramenait de Paris où il était entendu.

Le contexte

Pour cette conférence de presse, le maire a choisi d'exclure Marsactu et déroulé un argumentaire dans lequel il minimise ses responsabilités.

« Pour moi, le jour d’après, confirme le jour d’avant. Ma sérénité est renforcée », affirme le maire d’Istres François Bernardini. L’élu a donné jeudi 12 décembre une conférence de presse après un jour et demi de garde à vue par la section de recherches de la gendarmerie nationale à Paris. Les militaires agissaient dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte par le parquet national financier pour « associations de malfaiteurs en vue de commettre les délits de prise illégale d’intérêts, de trafic d’influence par une personne chargée d’une mission de service public, de complicité et recel de ces délits ». Dans cette procédure, aucun contrôle judiciaire ou mise en examen ne peut être prononcé, comme a tenté de le faire croire l’entourage du maire d’Istres.

Candidat à sa réélection à la tête de la municipalité, François Bernardini s’est lancé durant une demi-heure dans une grande explication visant à défendre son honneur. Mais il avait pris soin de faire le tri entre les médias. Alors que la présence de Marsactu avait été annoncée et enregistrée quelques heures plus tôt, la Ville d’Istres a refusé de nous accueillir, une cadre municipale nous indiquant quelques minutes avant la conférence : « Le maire ne souhaite pas votre présence ». Sans doute celui-ci craignait-il de devoir répondre à nos questions après les enquêtes précises que nous avons consacrées à cette affaire (voir ici, ou encore là par exemple). Ce compte-rendu n’existe donc que grâce à un enregistrement et une photo transmise à titre « très confraternel » par La Marseillaise et son journaliste David Coquille. Nous avons aussi pu compter sur la diffusion en direct de cette prise de parole par Maritima.

François Bernardini le maire d’Istres s’exprime en direct sur le Facebook Maritima au lendemain de sa garde à vue à Paris. Retrouvez les reportages complets signés Cédric Lombard avec les temps forts de cette conférence de presse et les réactions des opposants politiques vendredi dans la matinale de Maritima Radio. Rdv dans nos journaux à 6h, 7h, 8h et 9h.

Publiée par Maritima sur Jeudi 12 décembre 2019

Sur le fond, François Bernardini s’est évertué à diminuer sa responsabilité. Une bonne part des dossiers instruits est le fruit du travail de la chambre régionale des comptes (CRC), complétée par les investigations des gendarmes, a rappelé le maire. Ce dernier est toujours en litige devant le tribunal administratif avec la CRC, à laquelle il reproche des conclusions hâtives ce qu’il a de nouveau développé.

Tout d’abord concernant les marchés publics régulièrement attribués aux mêmes entrepreneurs dont le patron de BTP et promoteur immobilier Philippe Cambon, placé en garde à vue en même temps que lui ou la société d’architecture Atrium dont le patron, Paulo Dias, a lui aussi été auditionné sous le même régime : « Il m’est reproché quelques irrégularités qui sont de caractère administratif et qui pour beaucoup, n’engagent pas ma responsabilité car je n’exerçais pas de responsabilités dans la chaîne de commandement ou de réalisations de ces parties administratives, dit-il. Je ne m’occupe pas un seul instant de la dévolution des marchés. Je n’ai jamais fait une intervention. » Ce faisant, il braque les projecteurs sur les membres de son personnel et en premier lieu sur son directeur général des services, Nicolas Davini, lui aussi entendu plus d’une journée par les enquêteurs.

Il admet qu’il n’aurait « pas dû participer quelques fois à une délibération »

Concernant les dossiers dans lesquels ses intérêts privés et publics s’entrechoquent, François Bernardini, n’a qu’une réponse. Qu’il s’agisse du conseil municipal ou de l’ex intercommunalité SAN Ouest Provence, il n’est qu’un élu parmi tant d’autres. Il admet cependant qu’il n’aurait « pas dû participer quelques fois à une délibération ». C’est le cas notamment du Rex, cet immeuble construit par deux entrepreneurs istréens visés par l’enquête du PNF, Philippe Cambon et Michel Vallière (ex patron d’Atrium), où son appartement a été saisi. Le Rex est soupçonné d’être le repaire de « l’association de malfaiteurs ». Sans revenir sur cette décision forte du PNF dont il a fait appel, François Bernardini avance qu’il l’a payé grâce à « un emprunt complet » et à « un prix absolument équivalent » aux autres acquéreurs.

Ainsi, il ne revient pas sur le principal point de friction sur ce dossier : l’abandon d’une contrainte de construction par le SAN Ouest Provence où il siégeait cinq jours avant de signer chez le notaire pour l’acquisition d’un appartement, au même titre que ses deux ex femmes et sa fille Lætitia. L’enquête a d’ailleurs découvert que cette dernière avait participé à la commercialisation du bâtiment, une tâche grandement facilitée tant un certain nombre d’acheteurs étaient très connus de sa famille ou des promoteurs du projet. Le fait qu’elle ait pu toucher des commissions pour les recruter « pose question », admet-on du côté des enquêteurs.

Dans la même logique, au cours de sa conférence de presse, François Bernardini a reconnu qu’un promoteur d’un « ensemble commercial » qui ne s’est « pas réalisé » s’était lui aussi « attaché la collaboration de [sa] fille ». Cette allusion semble viser le centre commercial Istropolis, dans lequel Lætitia Bernardini était intervenue, comme l’avait révélé Marsactu. Selon nos informations, la jeune femme aurait dû elle aussi être entendue cette semaine par le parquet national financier mais celle-ci aurait été empêchée par des difficultés administratives. Elle devrait l’être très prochainement.

L’enquête elle-même est entrée dans sa phase finale. A l’issue, le procureur chargé du dossier au parquet national financier sera chargé de conclure. Conformément à ses habitudes, le PNF ne semble pas enclin à nommer un juge d’instruction dans ce dossier. Deux options sont alors sur la table : un classement sans suite ou un renvoi direct devant le tribunal correctionnel.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Les coulisses de Marsactu
Ce n'est pas la première fois que Marsactu est exclu d'une conférence de presse. Dans une autre affaire judiciaire instruite par le PNF, la sénatrice Samia Ghali avait elle aussi tenté de nous empêcher d'assister à une présentation réservée à la presse.  Nous regrettons vivement l'attitude de François Bernardini, contraire à tous les principes de liberté de la presse et continuerons à chroniquer cette affaire. Cet article a été rendu possible par la transmission d'un enregistrement et d'une photo de cette conférence par le journaliste de La Marseillaise, David Coquille. Il avait déjà été présent à notre soutien lors de la tentative de censure opérée par Samia Ghali. Nous lui adressons nos chaleureux remerciements.
Jean-Marie Leforestier
Journaliste

Commentaires

Vous devez être vous-même abonné pour écrire un commentaire sur un article réservé aux abonnés.

  1. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Des gendarmes istréens qui refusent de porter à Bernardini sa convocation par le parquet national financier. Un Bernardini qui interprète à sa façon la liberté de la presse. On est où, là ? En France ou dans une principauté de droit divin ? Les élus qui oublient qu’ils ne sont que des mandataires provisoires et se croient propriétaires de leur fief, basta !

    Au fait, qu’en pensent toutes ces distinguées personnalités « de gauche », les Charroux, Dharréville, Colson, Lemassu et autres, qui s’affichent sans honte avec ça ? (https://marsactu.fr/malgre-les-affaires-francois-bernardini-part-en-campagne-avec-un-large-eventail-de-soutiens/)

    Signaler
    • LN LN

      Ah mais oui, ca intéresserai bien de savoir le fond de leur pensée, en particulier celle de Dharréville et Charroux ; quelle déception. Et même déception à lire que finalement comme il n’y a pas de juge d’instruction nommé, c’est le PNF pisse dans un violon.
      Le Bernardini s’en sort à merveille.
      Et moi, il faut que j’arrête de croire que les saucissons poussent aux arbres

      Signaler
    • julijo julijo

      oui qu’en pensent dharéville et charroux….me passionne ! c’est un sacré grand écart « idéologique » !!

      Signaler
  2. Brallaisse Brallaisse

    Hooooooo, je la sens venir la théorie du complot politique

    Signaler
    • dpdp13 dpdp13

      Bah ! Comme dirait un autre taulard, maire récidiviste : « Je ne me suis jamais enrichi personnellement…Ou si peu… Et uniquement avec de l’argent honnêtement volé !!! » Et oui, Brallaisse, je confirme : il s’agit bien d’un complot politique. La preuve : c’est lui qu’on emmerde, alors qu’ils font tous pareil…

      Signaler

Ajouter un commentaire

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire