Après les annonces de Macron, la filière cinéma remet ses projets sur avance rapide

Décryptage
le 27 Sep 2021
6

Lors de sa visite début septembre, le président de la République a déclaré vouloir développer l'industrie du cinéma à Marseille. Des projets qui ont conforté une vieille demande des professionnels locaux. Mais derrière le fantasme hollywoodien, beaucoup de questions restent en suspend.

Stillwater, avec Matt Damon, a été l'un des tournages les plus marquants à Marseille en 2019. (Capture d'écran du film)

Stillwater, avec Matt Damon, a été l'un des tournages les plus marquants à Marseille en 2019. (Capture d'écran du film)

“Nous allons créer les grands studios de la Méditerranée qui permettront d’avoir l’infrastructure pour les tournages de grands films, de grandes séries. Il faut aussi avoir les techniciens et créateurs pour le faire et les écoles qui permettent de les former”. Le volet culturel des annonces faites par Emmanuel Macron à Marseille le 2 septembre […]

Contenu réservé aux abonnés au journal

Offre découverte 1 € le premier mois puis 6,99 €/mois JE M'ABONNE

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Brallaisse Brallaisse

    Ça,pour le cinéma nous sommes bons à Marseille,c’est même notre spécialité avec les règlements de comptes,sujet cinématographique s’il en est,la drogue,itou,la corruption,Netflix s’y est même penché dessus.
    En revanche ce qui serait bien , domaine tiré au hasard ,que l’Etat se penche sur la valorisation de la répartition navale auprès des jeunes locaux plutôt que d’aller chercher ailleurs des ouvriers et faire jouer uniquement un rôle de figurants à nos minots.

    Signaler
    • AlabArque AlabArque

      Lapsus digiti (répartition) ‘réparation navale’ peut-être ?

      Signaler
  2. M.G M.G

    Le cinéma et Marseillaise est un sujet récurent et vieux comme la ville. Des écoles, il y en a, des studios aussi, il en y a même qui ont été construit et non utilisé, comme le studio de motion capture. Une cinémathèque: c’était les 12 millions dépensés dans la Buzine en 2010…je stoppe la liste des hérésies municipales et autres… donc même idée même remède pour les mêmes échecs. Mais cela fait tourner l’argent, seule chose positive.

    Signaler
  3. BRASILIA8 BRASILIA8

    Ce qui me sidère à chaque fois c’est le montant estimé des retombées, pardon du ruissellement. Par contre on oublie d’en faire le bilan : 20 ans pour éponger les dettes des JO d’Albertville, 10 ans à payer pour le stade, liste non limitative .
    De plus toutes les Régions se lancent dans ces projets, il n’y a qu’a regarder les séries tv, pour leur auto promotion avec de l’argent public et maintenant elles vont se faire de la concurrence pour attirer les productions.
    Vive le monde d’après où l’on investi dans une pseudo culture qui relève plus de la publicité que dans l’éducation.

    Signaler
  4. jasmin jasmin

    S’il y a un manque de lieu de stockage du matériel cinématographique ou de lieu de tournage sur Marseille (ce qui n’est pas le cas quand on lit plus haut M.G), est ce qu’on ne pourrait pas démolir tous les bâtiments dangereux a risque de s’écrouler et les transformer en studio de cinema et stockage? Ils sont tous dans les memes rues et memes quartiers.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Oui mais il n’y aurait plus rien à filmer, CQFD.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire