Après le premier tour de la présidentielle, des députés marcheurs marseillais en difficulté

Décryptage
le 12 Avr 2022
13

Trois des quatre députés de la majorité présidentielle sortante doivent faire face à une forte poussée du vote Mélenchon dans leur circonscription. En projetant les résultats de la présidentielle, Marsactu vous livre les clefs des élections législatives à Marseille.

Un bureau de vote à Marseille au premier tour de l'élection présidentielle 2022. (Photo : Emilio Guzman)

Un bureau de vote à Marseille au premier tour de l'élection présidentielle 2022. (Photo : Emilio Guzman)

C’est un exercice entre l’expertise électorale et la politique-fiction. Il se pratique dans tous les camps. Calculatrice en main pour les plus anciens, ordinateur bien calibré pour d’autres, les résultats du premier tour de la présidentielle sont bien vite décalqués sur les circonscriptions législatives. Chacun cherche à mesurer ses chances et donc son niveau de départ.

Les projections restent périlleuses. Le casting des candidats est loin d’être fixé et d’autres critères entrent en ligne de compte : vague de soutien à celui ou celle qui sera élu à la présidence de la République, équation personnelle pour les plus implantés, alliances, (très) hypothétique triangulaire… Sans jouer les Nostradamus, Marsactu s’est livré à cet exercice de transposition et essaie de dresser quelques pistes en vue du scrutin des 12 et 19 juin. Premier épisode avec les sept circonscriptions marseillaises avant de s’attaquer aux neuf autres du département ce mercredi.

PremièRE circonscription : L’extrême-droite en bonne position

Sortant : Julien Ravier (LR)

Il faudra attendre de savoir comment les plaies de la division de la présidentielle se refermeront à l'extrême-droite. Il faudra aussi regarder si la dynamique de vote utile se poursuivra aux législatives. Toujours est-il que dans cette partie Est de la ville le RN a réussi à conserver la première place malgré le bon score d'Eric Zemmour. Le parti devrait à nouveau présenter Franck Allisio, son nouveau chef de file départemental.

Dans cette circonscription ancrée à droite, la majorité présidentielle cherche selon nos informations un profil plutôt droitier. "Nous choisirons la candidate ou le candidat le plus apte à l'emporter", pondère le référent départemental Bertrand Mas-Fraissinet. Battu en 2017 et issu du centre-gauche, Pascal Chamassian espère aussi l'investiture. Les candidatures potentielles issues de LR ne manquent pas avec Didier Parakian, Bruno Gilles ou encore Sylvain Souvestre, le maire de secteur. Au cœur du dossier des procurations frauduleuses des municipales et inéligible depuis une décision du conseil d'État, le sortant LR Julien Ravier ne peut pas se représenter.

Deuxième circonscription : LREM en confort sur les terres de droite

Sortante : Claire Pitollat (LREM)

La députée sortante Claire Pitollat semble en bonne place pour conserver son poste dans cette circonscription littorale. Après avoir balayé le député (LR) historique Dominique Tian sur fond de vague macroniste en 2017, elle pourrait profiter de l'effondrement de la droite traditionnelle. La conseillère départementale du secteur Sabine Bernasconi, désignée par LR comme candidate, aura bien des difficultés à renverser la table.

Troisième circonscription : L'Extrême-droite plus haute qu'en 2017

Sortante : Alexandra Louis (LREM puis Agir)

Le coup était passé près en 2017. Avec 47,5 % des voix, Stéphane Ravier, alors maire des 13e et 14e arrondissements avait échoué de peu à devenir député RN. Désormais soutien d'Eric Zemmour et toujours sénateur, il n'est pour l'heure pas candidat. Mais l'extrême-droite, sur fond de chute de la droite, est en très bonne posture avec un total Le Pen + Zemmour à 38,8 %.

La gauche incarnée par Jean-Luc Mélenchon progresse et peut espérer cette fois atteindre un second tour quand Sarah Soilihi (alors LFI) était restée sur la troisième marche en 2017. Il faudra tout de même voir comment les deux partis de l'extrême-droite réussiront à s'entendre. Une division ferait les affaires de la sortante Alexandra Louis ou des candidats de gauche, s'ils ne sont pas trop nombreux au premier tour.

Quatrième circonscription : à gauche oui mais pour qui ?

Sortant : Jean-Luc Mélenchon (LFI)

Jean-Luc Mélenchon ne sera vraisemblablement pas candidat à sa succession dans cette circonscription du centre-ville considérée comme l'une des meilleures de France pour la gauche. Face à cet eldorado électoral, les candidats sont nombreux. La France insoumise pousse le directeur de campagne de la présidentielle et eurodéputé Manuel Bompard pour un nouveau parachutage.

Mais les composantes de la majorité municipale fourbissent elles aussi leurs armes avec notamment les candidatures en préparation de l'adjoint à l'économie Laurent Lhardit et de la cheffe de file locale de Génération.s alliée à EELV Capucine Edou. Enfin, le militant contre le mal-logement Kévin Vacher tentera de bousculer les partis traditionnels avec sa candidature "citoyenne".

Cinquième circonscription : L'autre circo préférée de la gauche

Sortante : Cathy Racon-Bouzon (LREM)

Cathy Racon-Bouzon et LREM auront fort à faire s'ils veulent conserver cette circonscription à cheval sur les 4e, 5e et 6e arrondissements. Au fil des élections, la gauche améliore ses scores sur fond d'arrivée de nouvelles classes moyennes qui lui sont favorables. En 2017, le candidat LFI Hendrik Davi avait déjà récolté 48,5 % des voix au second tour en pleine vague macroniste. Son camp y croit fort cette fois.

Sixième circonscription : la droite macronisée

Sortant : Guy Teissier (LR)

Le combat fratricide aura-t-il lieu ? Parti de LR, le maire des 9e et 10e arrondissements Lionel Royer-Perreaut réfléchit encore à une candidature soutenue par la majorité présidentielle. Il y retrouverait Didier Réault (LR), président du parc des Calanques, qui peut compter sur le soutien du très implanté sortant, Guy Teissier, pour relever le drapeau de la droite tombé au sol. La marche paraît aujourd'hui très haute pour espérer succéder à son mentor. Face à eux, il faudra compter sur le RN d'Eléonore Bez, qui connaît bien cette circonscription et un éventuel candidat Reconquête.

Septième circonscription : Si la gauche s'entend...

Sortant : Saïd Ahamada (LREM)

Longtemps, Jean-Marc Coppola et le PCF en ont voulu à LFI et Jean-Luc Mélenchon. Faute d'alliance de premier tour entre les deux partis en 2017, LREM s'était faufilée au second tour pour l'emporter face au RN. La partie paraît cette fois encore plus compliquée. Jean-Luc Mélenchon y atteint la majorité absolue au premier tour. Seul un éparpillement très marqué des voix de gauche pourrait à ce stade permettre au camp du président sortant de garder ce territoire des quartiers Nord.

Actualisation à 11 h 30 : ajout de précisions sur la 1re circonscription

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. BRASILIA8 BRASILIA8

    Pour la quatrième circonscription Mr Payan pourrait proposer Mme Taubira

    Signaler
  2. jasmin jasmin

    Il me semble que l'”attractabilité” des députés tient aussi du travail qu’ils ont fourni sur le terrain. Claire Pitolat et Alexandra Louis ont vraiment trempé leurs chemises pendant ce mandat. Claire Pitolat a défendu des causes pour des groupes de population en difficulté. Alexandra Louis était et reste très engagé pour plusieurs causes, mais il me semble qu’elle a pris un peu la tangente quand elle a commencé à quitter LREM puis revenir, et qu’elle a pris des causes pour le Haut Karabagh et la violence aux femmes qui ne sont pas nécessairement des causes très fortes dans sa circonscription. Pourtant elle a vraiment donné tout ce qu’elle pouvait et plus. Les autres, on n’en entend même pas parler. Le parti reprend les gens qui ont réussi à s’enraciner. A force de dire qu’on est plus député de la nation que député de la population d’une circonscription, les gens finissent par perdre leur allégeance. Ils ne sont pas dupes, ils ne se satisfont pas des photos prises à tel ou tel endroit. Il y a vraiment de la formation de députés à faire pour LREM et les autres. Le plus interessant, c’est que Mélenchon tire ses députés avec son habileté de tribun et la présence forte dans les médias pour les mêmes qualités. Les gens ne savent pas du tout ce que le candidat local va vraiment faire pour la population, maintenant que c’est la cause écologique qui est embrassée par le leader du mouvement. Ca va être la concurrence à qui va plus paraitre écolo entre l’allégeance à des candidats poussés par la municipalité et ceux poussés par la FI. C’est incroyable.

    Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Oui, bon, l’attractabilité, le terrain, le travail sur le terrain, toussa tout ça…. Mais y’a quand même des choses que j’arrive pas à comprendre, qui restent un mystère pour moi…Prenons Mélenchon par exemple. Sur ce forum là, sans aller chercher plus loin, y’a une foultitude de gens, assez énervés visiblement par les évolutions récentes des rapports de force électoraux, et qui n’ont pas arrêté de le maltraiter, de le stipendier, plusieurs semaines avant ces récentes élections, disant qu’il s’était fait élire puis qu’il n’était pas là, qu’il n’était jamais là, sur le terrain, qu’il était toujours à Paris, va savoir où à Paris, qu’on ne pouvait le croiser, lui dire ce qui n’allait pas sur la circonscription, bref q’il s’était fat élire (parachuté ils disaient) et avait disparu. Et que là, il revenait se présenter, pour la présidentielle, et qu’il allait voir ce qu’il allait voir, ah mais!
      Bon, sur le fond, là ça va, je comprends : Il s’agit de gens qui sont façonnés/déformés par la 5 ème république, qui gémissent contre le cumul des mandats et le clientélisme, mais en même temps voudraient que le député s’occupent des problèmes locaux, de ceux de la ville, de la métropole…, interviennent sur leurs problèmes locaux , aide le cas échéant le fiston à trouver un boulot….A l’inverse, d’autres( dont je suis) pensent que le député est élu pour contribuer à faire la loi, à l’amender ou la bloquer…la loi du pays, pas celle de la circonscription. Pour les en convaincre, il faudrait(depuis le temps) une sixième république, avec un régime à dominante parlementaire et sans découpages/charcutages de circo, sur liste, sans cumul de mandat, et à la proportionnelle, et qui vote pour un gouvernement…..point, comme nos voisins allemands ou britanniques donc (proportionnelle mise à part).
      Mais au delà du fond, si je puis dire, comment ne voient ils pas les dérives délétères qu’entrainent, de longues dates leurs souhaits répétés, les clientélismes, les places réservées, les baronnies locales… Moi j’en ai eu longtemps une députée comme ça, qui m’envoyait un calendrier avec sa poire tous les mois de décembre, et ses meilleurs voeux en janvier, toujours là, disponible à sa permanence pour écouter nos problèmes, locaux bien sur, donner un coup de main au fiston ou pour un logement. Le problème avec elle c’était le contraire, ce qui était difficile c’était de ne pas lui tomber dessus, de parvenir à l’éviter, et même à la contourner. Toujours là, incontournable, que ce soit à l’association de quartier, à l’espace” d’animation municipale” du secteur, au club de boule! Et pire encore pour l’asso de parents d’élève. Et quand elle n’était pas là, elle était toujours (fortement) représentée, parfois par des jeunes d’ailleurs, et plutôt du genre baraqués, qui se mettaient au fond de la salle, et suivant ce que vous disiez dans la réunion, ils vous regardaient d’un drôle de regard, lourd, insistant, et se chuchotaient ostensiblement de l’un à l’autre… Bon c’était pas très sympa quoi… Et puis elle à disparue, d’un seul coup, je ne me rappelle plus pour qu’elle raison, mais il me semble que c’était lié à un problème sur un autre mandat (elle en avait beaucoup) et forcément elle n’avait pas assez de temps pour s’occuper de tout hein. Mais depuis ma préférence s’est encore renforcée pour le travail assidu des députés à l’assemblée nationale, dans l’hémicycle, dans les commissions d’études ou d’enquêtes et tout le reste hein, pour faire la loi, la loi du pays, pas celle de Marseille ou de sa circonscription.
      Bon, ça c’est pour le fond, vu par le prisme de mon expérience bien sur.
      Mais tout ça ne me permet pas de tout comprendre quand même. Comment il fait Mélenchon là, à la belle de mai ? Après toutes ces allusions répétées et soutenues sur ses absences permanentes sur la circonscription qui l’a élu, ces attaques, ces insinuations, ces histoires de parachutage et de disparition…. Il se présente sur la circo en 2017, au premier tour, pour les législatives, et hop! 34,31% à peine le parachute plié. Et là il revient 5 ans plus tard, alors que tous les zigues l’accusant de désertion depuis des mois l’attendaient au tournant de l’épreuve des urnes, et hop! Marsactu nous dit qu’il réalise un54,4%, et plus de voix en proportion encore vu le différentiel d’abstension avec les législatives.Non, franchement j’aimerai bien que ces zigues là m’expliquent. Pour comprend bien sur comment ça marche les élections, les rapports de force politiques, sur le terrain, toussa tout ça. Mais avec des explications qui tiennent la route hein, argumentées; et pas des histoires de personnalités, de caractère et tout le bazar, parce que souvent les gens qui ne comprennent pas grand chose finissent par échouer la dedans. Et ça, c’est pas terrible pour la démocratie, d’expérience, c’est pas bon pour le raisonnement éclairé, et pour moi c’est franchement nul.

      Signaler
  3. smari smari

    Par expérience il ne faut pas prendre pour argent comptant le score des présidentielles pour extrapoler le 1er tour des législatives . Il faut retrancher 6 à 10 points à Mélenchon et en ajouter 5 à 6 aux candidats de la majorité présidentielle. L’extrême droite, elle aussi doit se voir retrancher 4 à 5 points. Ceci dit, LFI a l’assurance de remporter la 4ieme et la 7ieme circo et semble bien placée sur la 5ieme. Si les frères ennemis de l’extrême-droite s’entendent, la 1ere circo devrait basculer au RN. La 2ieme est promise à la majorité présidentielle. La 6ieme circo se jouera entre le RN et la majorité présidentielle avec avantage à cette dernière. Quant à la 3ieme circo, je verrai bien une triangulaire entre Extrême droite/LFI et la majorité présidentielle avec dans ce contexte un avantage à l’extrême droite (RN ou Reconquête ? )

    Stéphane MARI

    Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Je ne sais pas si les troupes de LFI sont si clairsemées à Marseille qu’il est impossible d’y trouver une personnalité tenant la route, mais envisager à nouveau un parachutage sur la 4ème circo a quelque chose de désagréable. M. Bompard est certainement quelqu’un de bien, mais qu’est-ce qui fait que sa candidature serait préférable à celle de quelqu’un qui connaît le terrain – si l’on excepte sa qualité de proche de Mélenchon ? Par ailleurs, il est déjà eurodéputé : pourquoi ne se contenterait-il pas de ce mandat ?

    Signaler
    • smari smari

      Je ne suis pas un fan de LFI, loin de là, mais je vous invite à regarder le CV de Bompard. C’est du lourd et il participerait largement à rehausser le niveau de la classe politique marseillaise.

      Signaler
    • Tarama Tarama

      Comme JL Mélenchon avant lui ?

      Entre clientélisme et parlementaire national, il doit y avoir une voie.

      Signaler
    • Electeur du 8e Electeur du 8e

      En l’occurrence, l’objectif du parachutage serait a priori moins de rehausser le niveau que de s’assurer une élection sans risque : le suffrage universel, c’est bien, mais quand le résultat est connu à l’avance, c’est mieux. Ce Monsieur rehausserait mieux le niveau en allant se frotter à l’extrême-droite dans une circo qu’elle convoite, ce que son patron n’a pas eu le courage de faire.

      On a eu aussi un aperçu du niveau hier, quand il a déclaré que la FI est favorable à des discussions avec les autres partis de gauche pour les législatives à condition que le “regroupement se fasse autour du programme porté par Jean-Luc Mélenchon” et à la proportionnelle des résultats du premier tour. Un peu de totalitarisme ne peut pas faire de mal : nier le vote “utile” et inviter les “alliés” à se mettre en rang par deux derrière le chef, on voit l’ouverture d’esprit.

      Signaler
  5. Richard Mouren Richard Mouren

    Je pense que la foire d’empoigne va être rigolotte avec tous ces ex-LR, LRM de la dernière heure, qui vont réclamer leur 30 deniers……..

    Signaler
  6. Lecteur Electeur Lecteur Electeur

    Pour leravidemilo il y a apparemment un lapsus en ligne 7 : lire “vilipender” au lieu de “stipendier”.

    Signaler
    • leravidemilo leravidemilo

      Oui, ouf, merci de l’avoir vu et signalé. Un vraiment gros lapsus.
      “Stipendier”! Corrompre quoi Mélenchon? Il ferait beau voir!
      J’en suis tout confus. Merci.

      Signaler
  7. Mars, et yeah. Mars, et yeah.

    Stratégie LREM pour achever les LR et PS marseillais, Marseille étant historiquement un bastion pour chacun de ces partis.

    1. Promettre BEAUCOUP de pognon, à tous les camps : les rendre dépendants (“Marseille En Grand” pour la Ville, le GIP Transport pour MAMP). Fournir immédiatement une partie du montant (c’est fait), mais une partie seulement.

    2. Bien leur rappeler, en off, que s’ils ne me soutiennent pas, ils peuvent s’assoir sur le reste de la promesse.

    3. Gagner les présidentielles (LREM n’existant qu’à travers le Président, sans lui c’est fini à ce stade)

    4. Reconduire les zélus LREM de 2017 dans leurs circos

    5. Appuyer les ex-LR devenus Horizon ou assimilés (on t’a vu LRP, caché derrière ton buisson !) dans des circos RN (ou gagnables par eux ou par Reconquête) mais surtout dans des circos que ceux restés LR veulent garder. Pour le PS c’est réglé : il n’y a déjà plus.

    Signaler
    • Brallaisse Brallaisse

      Contenter le peuple et ménager les grands, voilà la maxime de ceux qui savent gouverner.
      Le Prince (Machiavel)
      1513 et oui déjà.

      Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire