Après des semaines de grève, le défi de rendre Marseille propre en huit jours

Actualité
le 4 Fév 2022
13

Pour la métropole, commence désormais le chantier du ramassage de plus de 2000 tonnes de déchets accumulés. Elle s'appuiera notamment sur des prestataires privés en complément des agents. En parallèle, la mairie va poursuivre ses opérations lancées lundi et des initiatives citoyennes tentent de prendre part au nettoyage.

Une opération de déblayage par la mairie de Marseille rue du Baignoir le 1er février. (Photo CBy)

Une opération de déblayage par la mairie de Marseille rue du Baignoir le 1er février. (Photo CBy)

Qu’est-ce qui nous a poussés ? L’état lamentable de notre rue“, répond comme une évidence Maxime Giorico. En fin de journée ce mercredi, avec une dizaine de voisins, il a nettoyé environ 200 mètres de la rue d’Enco de Botte (12e). Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, pots de yaourt, sachets plastiques et autres déchets remplissent les rigoles de la route. “C’était super sympathique, mais je ne paie pas 450 balles de taxe pour faire ça quand je rentre du boulot. Si les pouvoirs publics sont pas foutus de mettre un coup de pied dans la fourmilière…” Le jeune trentenaire a la voix calme, mais tendue après les mois de grève du ramassage des poubelles, qui ont ponctué le conflit entre la métropole et les éboueurs. L’incompréhension persiste sur les raisons de cette grève, la lassitude s’installe et la colère gronde à force de voir les poubelles qui ne désemplissent pas.

La grève s’est arrêtée mercredi, mais les habitants attendront encore plusieurs jours avant un retour à la normale. Près de 2000 tonnes de déchets se sont accumulées dans la ville et les initiatives de voisins motivés ne seront pas suffisantes pour y faire face. Les agents de collecte et de propreté vont désormais devoir redoubler d’effort, aidés par les entreprises privées.

“Un million d’euros” pour ramasser le surplus

Hors période de grève, les tournées de la métropole collectent 1000 tonnes quotidiennes. Avec le surplus accumulé, le tonnage d’une tournée a triplé. Comme cela s’était passé en octobre, les agents métropolitains seront épaulés par leurs homologues d’entreprises privées. Ces entreprises – Urbaser, Ortec, Noe Concept, Nicollin… – officient déjà dans certains arrondissements de Marseille ou dans d’autres communes de la métropole.

Des contrats ponctuels vont donc être signés par la métropole. En octobre 2021, pour faire face à l’épisode de grève, porté par tous les syndicats cette fois-ci et étendu à tous les territoires métropolitains, le coût s’élevait à un peu plus de 350 000 euros. “La facture sera coûteuse“, a souligné Yves Moraine, élu LR en charge des négociations, lors d’une conférence de presse mercredi 2 février. Cette fois, elle pourrait même tripler et atteindre, selon une source proche du dossier “un million d’euros”.

La métropole a toujours de nombreux agents en arrêt maladie parmi ses équipes.

L’élu a au passage salué “les équipes de la métropole qui se sont données corps et âmes pour s’adapter aux arrêts maladies“. Au 28 janvier, la métropole dénombrait plus de 200 agents absents pour raisons médicales. Si l’épidémie de Covid n’y est pas pour rien, pour certains éboueurs, se déclarer en arrêt peut être une manière de soutenir la grève sans y perdre financièrement. Yves Moraine a mentionné ces “arrêts maladie exagérés“. “On avait quand même diligenté des contrôles médicaux sur une cinquantaine d’agents. On s’est aperçus qu’avant ce contrôle 24 agents avaient repris le travail”, indique l’élu.

Opération propreté

La mairie de Marseille, qui a récemment décidé de prendre part au ramassage, poursuit son initiative. 17 camions-bennes de la société Pizzorno sortiront chaque jour “jusqu’à ce que la situation ne se résorbe“, a indiqué Benoît Payan dans un communiqué mercredi. Ils sont affrétés principalement dans les quartiers qui jouxtent le littoral et dans le centre-ville.

La métropole espère voir la collecte du surplus d’ordures se résorber d’ici à huit jours. Mais qu’en est-il des déchets volants éparpillés dans les rues avec le vent ? D’après le service presse de la métropole, les quelque 700 agents de la propreté ont pour consigne de repasser derrière les “points noirs” où le tas d’ordures est important. Des camions équipés de “grappins” pour enlever les déchets sont ainsi suivis par une balayeuse du service propreté.

Initiatives citoyennes pour “éviter un écocide”

En attendant, certains comme Maxime s’attellent à des collectes citoyennes. Plusieurs associations de défense de l’environnement ont rencontré le maire de Marseille pour proposer des solutions. Une action de prévention a démarré ce jeudi 3 février. Pour que chacun puisse collecter les déchets, des sacs et des gants sont fournis dans différents lieux de la ville : mairie, bibliothèques, piscines. 10 000 seront mis à disposition par la mairie en plus de ceux proposés par les associations.

Des voisins collectent les déchets dans la rue d’Enclo de Botte (12e). (Photo : Maxime Giorico)

Avec le vent annoncé dans les prochains jours les déchets qui volent vont finir en mer. Cette opération est cruciale pour éviter un écocide“, alerte Alexandre Mounier, le président d’Un déchet par jour, association fondée il y a cinq ans. Avec l’appui d’autres associations, il prévoit l’organisation d'”Assises de la propreté” qui réunirait tous les acteurs : collectivité, associations, et “pourquoi pas” les syndicats. “Aujourd’hui on a beaucoup de retard dans la gestion des déchets, les Marseillais trient peu et produisent beaucoup de déchets. Le service de gestion de déchet coûte très cher. Il y a de nombreuses pistes d’amélioration“, poursuit-il.

Prochain rendez-vous : un ramassage de déchets à l’escale Borély, dimanche 6 février à 10 h 30, dans le cadre du Forum des mondes méditerranéens, organisé par les associations Clean My Calanques, MerTerre, Puce Ocean et Wings of the ocean. Ils ne manqueront pas de travail.

Article en accès libre

Soutenez Marsactu en vous abonnant

OFFRE DÉCOUVERTE – 1€ LE PREMIER MOIS

Si vous avez déjà un compte, identifiez-vous.

Commentaires

L’abonnement au journal vous permet de rejoindre la communauté Marsactu : créez votre blog, commentez, échanger avec les autres lecteurs. Découvrez nos offres ou connectez-vous si vous êtes déjà abonné.

  1. Haçaira Haçaira

    C’est parfait, mais dans ma rue on a lavé et nettoyé à grande eau avant de vider les containers ! C’est de nouveau impensé, mal foutu, à recommencer dans trois jours. Décidément on est pas aidé

    Signaler
  2. HeleneA HeleneA

    Dans ces amas de poubelles, il faudrait quand même s’interroger sur ce que nous citoyens y avons mis : quand on regarde, une bonne part pourrait aller dans les bennes de recyclage, qui sont ramassées, elles.

    Signaler
    • Haçaira Haçaira

      Certes, perso je jette dans les bons containers tout ce qui est recyclable, mais parfois je me demande à quoi ça sert si c’est pour se retrouver dans un hangar qui brûle !

      Signaler
  3. Danièle Jeammet Danièle Jeammet

    Le bénévolat devient la règle dans cette ville au nom de l’action citoyenne. L’action citoyenne remplace l’activité salariée, le rêve patronal … Bientôt ils vous demanderont de fabriquer des voitures de façon citoyenne, d’enseigner de façon citoyenne, de faire vos courses de façon citoyennes etc….

    Signaler
    • BRASILIA8 BRASILIA8

      tout en payant de façon citoyenne nos impôts et autres taxes

      Signaler
    • RML RML

      La faute à qui? Si la Métropole gérait notre argent , cela n arriverait pas. Tout cela devrait se régler devant les tribunaux me semble t il…
      Et , au passage, oui , nous sommes tous des citoyens…c’est aussi normal, parfois, de réagir en tant que tels

      Signaler
  4. Electeur du 8e Electeur du 8e

    Les “initiatives citoyennes” sont évidemment sympathiques, et ponctuellement utiles, mais elles ne doivent pas masquer l’essentiel : on élit des responsables pour qu’ils gèrent la ville et la métropole, et pas seulement pour qu’ils votent la taxe d’enlèvement des ordures ménagères la plus chère de France et inaugurent les chrysanthèmes.

    L’incompétence et l’irresponsabilité des élus sont, en réalité, récompensées quand les citoyens prennent le relais gratuitement.

    Signaler
  5. zaza zaza

    Je dois être une mauvaise citoyenne car en aucun cas je ne pallierai l’incurie des élu.e.s. et en plus dans le cas présent la mauvaise foi (et je suis gentille) de FO

    Signaler
  6. julijo julijo

    oui, ils relèvent le défi !!! tu parles…ils sont passés hier soir dans ma ruelle…et ont tout ramassé !! bravo !
    ….et je disais aussi que dans ma ruelle (12e) il y avait des sacs bien fermés, et des containeurs fermés aussi. la situation était gênante et encombrante, mais pas catastrophique.
    à 200 m de là, sur l’avenue de St julien, il y a tout le long des tas d’immondices sacs éventrés et poubelles renversés toujours là ce matin…..éparpillés.
    c’est trop leur demander que de gérer les priorités ???? le camion était trop petit ? ils ont pas vu ? c’est pas leur tournée ? pourtant ils ont été obligés de passer sur l’avenue ? trop tard ? trop tôt ?
    Ils comptent peut être sur une initiative personnelle et citoyenne ?

    Signaler
  7. Nath Nath

    A Londres près 9 millions d’habitants :
    2 ramassages de recyclables par semaine,1 ramassage d’ordures ménagères non recyclables toutes les 2 semaines en alternance avec le ramassage de déchets verts…Ça fait réfléchir…

    Peut être faudrait il s’en inspirer…moins de tournée sramassage,moins de coûts ,plus de nettoyage des rues financés en contre partie …une ville plus propre dans le détail,car a Marseille même si on ramasse les poubelles ,les rues sont souvent sales.

    Signaler
    • vékiya vékiya

      mais à marseille tout finirait dans le plus gros container, tant qu’on ne mettra pas de sévères amendes rien ne bougera

      Signaler
    • Marie Simon Marie Simon

      Comme sur beaucoup de sujet, Marseille est assez en retard. Oui tout le système doit être revu mais les gens doivent aussi changer de mentalité car s’il faut faire 3 pas supplémentaires, beaucoup ne recyclent pas. Peut-être que le seul moyen est effectivement de s’attaquer au portefeuille.

      Signaler
  8. Brallaisse Brallaisse

    Ces messieurs de FO travaillent mal et trop peu et nous payons des impôts pour un travail qui n’est pas fait. Ces messieurs de FO font grève en se mettant en arrêt de maladie sur le compte de la sécurité sociale et c’est nous qui payons avec nos impôts.Ces messieurs travaillent “au black’ en revanche eux ne payent pas d’impôts.
    Alors faire le ” Bobo’ en nettoyant les bordilles de ces messieurs de FO, même pas en rêve.
    Et nos zėlus, au passage,ne valent pas mieux, car complices de cet état fait doublé d’une incompétence rare, nos impôts ne cessent d’augmenter.
    Alors oui, le privé, pour finir chez Veolia comme d’habitude avec des concessions attribuées pour des décennies à des conditions exorbitantes.Si nous avions des élus dignes de confiance, pourquoi pas, mais avec nos Lascaris, la remède coûterait encore plus cher grâce à nos impôts.
    Compliqué d’avoir un environnement plus que particulier.
    Bienvenue dans le Sud.

    Signaler

Vous avez un compte ?

Mot de passe oublié ?


Ajouter un compte Facebook ?


Nouveau sur Marsactu ?

S'inscrire